France-Allemagne : Thomas Müller, l'autre revenant

France-Allemagne : Thomas Müller, l'autre revenant

VIEUX BRISCARD - Mis au ban pendant deux ans et demi, comme son coéquipier Mats Hümmels, après l'échec de l'Allemagne au Mondial 2018, Thomas Müller a été rappelé sur le fil pour disputer l'Euro. Le joueur du Bayern Munich a pour mission d'encadrer une équipe sans caractère ni certitudes.

Il n'y a pas que les Bleus qui ont eu le droit à leur retour. À l'instar de Karim Benzema, rappelé en équipe de France après cinq ans et demi d'absence, Thomas Müller a longtemps cru qu'il allait suivre l'Euro devant sa télévision. Tombé en disgrâce aux yeux du sélectionneur Joachim Löw, après la déroute de l'Allemagne, éliminée dès la phase de poules à la Coupe du monde 2018, le Raumdeuter (littéralement "l'interprète de l'espace") avait fait partie des cadres écartés, avec Jérôme Boateng et Mats Hummels, pour entamer "un nouveau cycle". Une éviction qu'il avait vécue, disait-il, comme "une défaite personnelle".

À l'époque, le choix de Löw de l'évincer de la Mannschaft était audible. D'ailleurs, outre-Rhin, personne n'y a trouvé à redire. En mettant de côté les trentenaires, pensait-il, sur le déclin, il voulait faire table rase pour une nouvelle génération, amenée tôt ou tard à reprendre le flambeau des champions du monde 2014. Droit dans ses bottes, malgré les résultats chaotiques de son équipe depuis 2018, le sélectionneur allemand s'était montré très clair, en novembre 2020, sur le sort des bannis. "Nous avons décidé de ne plus appeler ces joueurs et cela ne changera pas. Nous ne pouvons pas faire demi-tour maintenant", avait-il argué, ne refusant toutefois pas, du bout des lèvres, l'idée de les contacter s'il le fallait "pour le bien de l'équipe nationale".

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Face à l'obstination de Joachim Löw de suivre un autre chemin, Thomas Müller s'était fait une raison. "La question de ma sélection a refait surface, mais il y a eu aussi de toutes parts des déclarations très claires. Pour le moment, ce n'est pas d'actualité", s'était-il rendu à l'évidence. Revoir l'attaquant du Bayern Munich à l'Euro semblait improbable. Et pourtant, la vérité d'un jour n'est pas toujours celle du lendemain. Encore plus au football. Après deux ans et demi au ban, le Bavarois a été réintégré dans le groupe allemand, comme Mats Hummels, à la veille du championnat d'Europe des nations.

Löw s'est résigné à le rappeler

La raison de ce changement de pied ? Sans lui, sans eux, l'Allemagne s'est "déshonorée", estimait la presse locale. Les désillusions contre l'Espagne (6-0) en Ligue des Nations en novembre 2020 puis face à la Macédoine du Nord (2-1) en qualifications pour la Coupe du monde 2022 en mars 2021 ont mis en exergue les lacunes d'une équipe jeune et inexpérimentée. Seuls rescapés des titulaires sacrés au Brésil en 2014, le gardien et capitaine Manuel Neuer et le milieu Toni Kroos, semblaient impuissants face au désastre se profilant. Pour sauver les apparences, et aussi la face, Löw s'est résigné.

Pour redonner du caractère à un collectif en manque de leaders, l'ancien modeste milieu a fait amende honorable. Il a rappelé Mats Hümmels, 32 ans, taulier du Borussia, et Thomas Müller, 31 ans, chef de bande du Bayern. En revanche, ne lui parlez pas d'erreur. "Nous avions pris cette décision à l'époque, car nous voulions laisser de l'espace et du temps aux jeunes joueurs pour se développer. Mais la pandémie a ralenti cette progression, et c'était maintenant le bon moment pour les rappeler", avait-il expliqué lors de l'annonce de sa liste des 26. "Ils nous connaissent bien, ils ont été longtemps en équipe nationale et connaissent notre philosophie. Ils sont respectés et acceptés par les plus jeunes, pour leurs performances et pour leur expérience."

Il sera primordial à l'Euro auprès de Löw et des jeunes- Lothar Matthaüs, Ballon d'Or et champion du monde 1990

"C'est vrai qu'avec Mats (Hummels), nous faisons partie des joueurs qui osent parler", a avoué Thomas Müller, heureux de reprendre le fil d'une histoire arrêtée, le 19 novembre 2018, au soir de sa 100e sélection contre les Pays-Bas (2-2). Lors des matchs de préparation contre le Danemark (1-1) et la Lettonie (7-1), "Radio Müller" - l'un de ses autres surnoms - n'a pas tardé à assumer ce nouveau statut de "grand frère". "Aboyer ou monter le volume n'est pas un but en soi, ce qui compte, c'est de diffuser l'information de façon à ce que chaque joueur puisse réagir aussi vite que possible dans chaque situation de jeu".

Lire aussi

"Un leader par l'exemple" salué par son aîné Lothar Matthäus, Ballon d'Or et champion du monde 1990. "Thomas est un joueur spécial. Pour moi, un des quatre ou cinq meilleurs joueurs du monde. Alors oui, ce n'est ni Messi, ni Ronaldo, ni même Lewandowski. Il ne marque pas 35 ou 40 buts par saison, mais c'est un double vainqueur de Ligue des champions et un champion du monde. Son importance ne réside pas dans les statistiques. C'est un leader par l'exemple, influent sur et en dehors des terrains comme pouvait l'être Raul au Real Madrid", a affirmé l'ancien milieu à So Foot. "Il ne dit pas ce que les gens attendent qu'il dise, mais ce qu'il ressent. On l'aime et il sera primordial à l'Euro auprès de Löw et des jeunes. Un vrai relais et un grand frère."

Un rôle que le redoutable artilleur (39 buts en 102 sélections) pourrait endosser sur le long terme. Son ancien entraîneur Hansi Flick, qui prendra en charge la Mannschaft après l'Euro, est fan du bonhomme (214 buts en 581 matchs avec le Bayern Munich). "Thomas est un phénomène pour moi", a-t-il avoué au site officiel du club allemand. "Il ne réussit pas toujours à tout faire dans le jeu, mais il vous apporte beaucoup plus de moments de joie en tant qu'entraîneur que de moments où vous êtes en colère contre lui. (...) Il est incroyablement terre-à-terre et c'est un très bon gars." Une haute estime qu'ils se portent réciproquement. Cela tombe bien puisqu'ils pourraient se retrouver en sélection après l'Euro. D'ici là, Thomas Müller a un travail à accomplir. Ça commence, mardi 15 juin (à 21h, en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI.fr), chez lui, à Munich, face aux Bleus. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients hospitalisés a plus que triplé en une semaine

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

Covid-19 : que signifie concrètement le plan blanc, activé en Corse, Paca et Occitanie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.