La feuille de match du 2 juillet : Belgique ou Italie, un favori ira au tapis, le calme suisse à l'épreuve de la "Furia Roja"

Ciro Immobile (à gauche) et Romelu Lukaku (à droite), l'un des duels de ce Belgique-Italie.

PLACE AU JEU - Jusqu'au 11 juillet, LCI vous livre, chaque jour de matchs, le programme de la compétition. Ce vendredi 2 juillet, malheur au vaincu entre la Belgique et l'Italie. La Suisse, tombeuse des Bleus en huitièmes, tentera de briser un nouveau plafond de verre contre l'Espagne.

Un Euro inédit à plus d'un titre. Décalée d'un an, en raison de la pandémie de Covid-19 qui a mis à l'arrêt la planète entière, la fête du football, chapeautée par l'UEFA, se tient cet été dans onze villes d'Europe et autant de pays. Ce format paneuropéen, une première à l'initiative de Michel Platini, a vu les 24 sélections qualifiées sillonner le Vieux Continent, de long en large. Il n'en reste plus que 8 en lice, ce vendredi 2 juillet, qui peuvent encore viser la grande finale, le 11 juillet prochain à Wembley. 

LCI vous livre à domicile le programme qui rythmera votre journée placée sous le signe du ballon rond.

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

L'affiche à ne pas rater : Belgique-Italie

Le Portugal en huitième, l'Italie en quart. Cinq jours avoir sorti le champion d'Europe en titre (1-0), la Belgique poursuit sa tournée des têtes couronnées. À Munich, elle s'en va défier sa bête noire, la Nazionale, vendredi 2 juillet (à 21h, en live commenté sur LCI.fr). L'histoire plaide en faveur des Italiens, qui ont affirmé leur ascendant dans leurs confrontations directes (14 victoires, 4 nuls et 4 défaites), avec notamment deux succès en 2000 et en 2016 (2-0, à chaque fois en poules). Autant dire que c'est une montagne qui se présente aux coéquipiers de Romelu Lukaku, qui n'ont, pour référence face à l'Italie, que leur unique victoire en quarts de finale d'un Euro... en 1972, joués selon la formule aller-retour (2-1, score cumulé).

D'autant, qu'en face, les hommes de Roberto Mancini écrasent tout sur leur passage. Ils surfent actuellement sur une incroyable série de 31 matchs sans défaite, record absolu devant les 30 rencontres de Vittorio Pozzo, sélectionneur champion du monde en 1934 et 1938, et comptent bien atteindre le dernier carré d'une grande compétition pour la première fois depuis sa finale de l'Euro 2012. Gare toutefois à l'excès de confiance. "L'erreur la plus grande, à coup sûr, serait de penser d'avoir déjà fait quelque chose de grand", a alerté le milieu Jorginho, vainqueur de la C1 avec Chelsea. En effet, s'il promet d'être spectaculaire, ce duel entre deux favoris rescapés aura forcément un grand perdant, qui sera contraint de sortir précocement de la compétition.

▶️ Belgique-Italie, c'est à suivre en direct en cliquant ici 

Lire aussi

La Belgique, en attente de l'avènement de sa génération dorée, quart de finaliste à l'Euro 2016 et demi-finaliste au Mondial 2018, en a bien conscience. Après les éliminations du Portugal, de la France et de l'Allemagne, une qualification face à la Nazionale pourrait donner à croire que la voie de la finale est ouverte. Mais les huitièmes de finale ont laissé des traces : s'il y a de la fatigue chez les Italiens, la casse est plus importante chez les "Diables rouges", avec les blessures de Kevin De Bruyne et Eden Hazard. Des incertitudes qui nappent un peu plus de brouillard leur route vers ce premier titre tant convoité. 

📺 Le programme du vendredi 2 juillet

18h : Suisse-Espagne (St-Pétersbourg) en direct sur TF1 et beIN SPORTS (en live commenté)

21h : Belgique-Italie (Munich) en direct sur M6 et beIN SPORTS (en live commenté)

Il va faire parler de lui : Pedri

Un visage d'enfant, mais déjà de grandes responsabilités. Encore inconnu la saison dernière, où il évoluait avec les U17, Pedro Gonzalez Lopez dit "Pedri" s'est mué en leader d'une Roja, repartie à la conquête de l'Euro. Le natif de Tenerife, révélé cette saison au Barça au côté de Lionel Messi, suit une trajectoire fulgurante, passant en un claquement de doigts de la Segunda Division (l'équivalent espagnol de la Ligue 2) à la sélection nationale, où il a été appelé par Luis Enrique pour disputer l'Euro. Un Euro qu'il a débuté tambour battant face à la Suède (0-0), en devenant, à 18 ans et 201 jours, le plus jeune joueur espagnol de l'histoire à être titulaire dans une compétition majeure, devant Cesc Fabregas (19 ans et 41 jours) en 2006. 

Un record de précocité qui ne lui a pas suffi. Contre la Croatie (5-3), en huitièmes de finale, l'ancien pensionnaire de Las Palmas est devenu, à 18 ans et 215 jours, le plus jeune joueur de l'histoire à jouer un match à élimination directe d'un grand tournoi international, devant Marcus Rashford (18 ans et 240 jours). Si Pedri fait tout si vite, c'est grâce à son talent déjà très grand. "C'est un joueur unique, totalement différent de tout ce que l'on connaît", l'a encensé son sélectionneur. 

Malgré une feuille de statistiques encore vierge (0 but, 0 passe décisive), il est le maître à jouer de la Roja. Élégant balle aux pieds, doté d'une vision de jeu sans égal et d'un sens inné de la passe, le Barcelonais est le joueur ayant créé le plus d'occasions (10) dans cet Euro. Des qualités qui lui valent la comparaison avec Andrès Iniesta, son aîné champion du monde et d'Europe et idole du Barça. "Je comprends cette comparaison, c'est normal, mais Pedri ne doit ressembler qu'à Pedri", avait balayé Luis Enrique, après sa première sélection en mars 2021. "À son âge, ce qu'il fait, c'est merveilleux. Il est humble, bosseur, intelligent... et très bon camarade." Du haut de ses 18 ans, Pedri est affolant de maturité. Il a déjà tout d'un futur géant.

Le chiffre qui fait la différence : 9

Savez-vous qui est le meilleur buteur de l'Euro ? Karim Benzema ? Raté. Romelu Lukaku ? Réessayez. Cristiano Ronaldo ? Non, mais ça aurait pu. Un petit indice ? Il a marqué le premier du but du match d'ouverture Italie-Turquie. Il n'est ni Italien, ni Turc. Depuis, il en a inscrit huit autres. Vous ne l'avez toujours pas ? Allez, on vous donne la réponse : il s'agit de "CSC", l'abréviation pour "contre son camp". Cet Euro est marqué par un nombre inégalé de buts contre son camp. Il y en a eu neuf en 44 matchs. Jusqu'ici, le record était de trois lors de l'Euro 2016. Avant cette édition, on n'en comptait d'ailleurs que neuf dans toute l'histoire de la compétition. Avec sept rencontres encore à disputer, "CSC" est bien parti pour finir "Soulier d'or" du tournoi. 

Lire aussi

Hors-jeu : un supporter suisse mème de l'Euro

Le football est un désinhibiteur d'émotions. Luca Loutenbach en est la preuve vivante. Ce supporter suisse a vécu un ascenseur émotionnel en mondovision lors de France-Suisse. Par deux fois, la production s'est arrêtée sur lui. On l'aperçoit, en détresse, à la 90e minute, alors que la Nati est menée 3-2. Le fan fait la soupe à la grimace. Il serre le col de son maillot de désespoir, persuadé que les dés sont jetés. La caméra le laisse inconsolable. Une minute trente plus tard, juste après l'égalisation de Mario Gavranovic dans une ambiance assourdissante, il réapparaît à l'écran, transfiguré. Torse nu et déchaîné, il est ivre de bonheur. Il n'en fallait pas plus pour que cette explosion de joie, celle de tout un peuple, devienne virale.

Le journal suisse Blick a retrouvé ce fan invétéré, qui a assisté à tous les matchs de qualification à l'Euro de la Nati et a suivi les deux rencontres de la Suisse en Azerbaïdjan, contre le pays de Galles (1-1) puis la Turquie (3-1). "Je n'avais pas de réseau pendant le match. Certains fans autour de moi étaient connectés à Internet et ont vite pris la mesure de ce qui arrivait. Quel buzz incroyable. Je crois que tous les gens que je connais m'ont écrit", a raconté Luca, originaire du canton du Jura, frontalier avec la France. Il a depuis mis à profit sa notoriété soudaine. Il a interpellé la compagnie aérienne Swiss Airlines, qui lui a offert un billet pour Saint-Pétersbourg, où la Suisse joue vendredi son quart face à la Roja. Peut-être pour vibrer encore plus fort.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

EN DIRECT - Primaire des écologistes : "Je serai le président du climat", assure Yannick Jadot

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Perpignan : une jeune femme meurt après être restée enfermée dans une voiture en plein soleil

Éric Zemmour sur LCI : nous avons vérifié 6 de ses déclarations

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.