La feuille de match du 7 juillet : Angleterre-Danemark, "le football revient à la maison"

Donnarumma, Pickford, Lloris, Sommer... Lors de cet Euro 2020, les gardiens de but nous ont offert de belles envolées, des parades reflexes et des claquettes somptueuses ! Voici notre Top 10 des plus belles parades de la compétition !

DERNIÈRE LIGNE DROITE - En attendant la finale, le 11 juillet, LCI vous livre le programme de la compétition. Ce mercredi 7 juillet, qui de l'Angleterre ou du Danemark va rejoindre la finale ?

Il ne reste plus qu'une place. Le dernier fauteuil de la finale est à prendre. Ce mercredi 7 juillet (à 21h, en live commenté sur LCI.fr), l'Angleterre et le Danemark sont à 90 minutes, ou peut-être plus, de pouvoir prendre leur part à l'apothéose de cet Euro si particulier. Évidemment, on n'oubliera pas qu'au cours de cette compétition, organisée dans onze pays différents, qui a conduit des équipes à sillonner le Vieux Continent, les Three Lions ont eu la chance d'évoluer à domicile la plupart du temps (cinq matchs sur six jusqu'à présent). Les Danois ont, à peine, voyagé davantage puisqu'ils ont disputé tous leurs matchs de la phase de groupes (3) au Parken Stadium de Copenhague avant de visiter Amsterdam (Pays-Bas) puis Bakou (Azerbaïdjan).

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

L'affiche à ne pas rater : Angleterre-Danemark

Pourquoi vous ne devez pas louper cette demi-finale ? Tout simplement parce que cette rencontre va sonner la fin d'une belle histoire. Celle des Anglais qui disposent ce soir d'une occasion unique à domicile, cinquante-cinq ans après le seul titre remporté par la sélection aux trois lions lors de la Coupe du monde 1966 organisée sur son sol, de remporter un tournoi majeur. Évidemment, cela passe par une victoire dans leur jardin de Wembley, là où les Three Lions n'ont plus encaissé de buts  depuis un "csc" de Jordan Henderson lors d'une victoire 3-1 contre la Slovénie en novembre 2014. 

Les Rød-Hvide, eux, vivent un conte de fée. Qui avait débuté par une belle frayeur quand leur capitaine et meilleur joueur Christian Eriksen s'est effondré sur la pelouse du Parken Stadium de Copenhague, victime d'un accident cardio-respiratoire. Désormais appareillé avec un défibrillateur cardiaque implantable, le milieu de terrain se remet tranquillement et n'a d'yeux que pour ses coéquipiers mouiller le maillot comme jamais en son nom. Portée par cet élan populaire, la "Danish Dynamite" se verrait bien refaire sauter la banque comme le père de Kasper Schmeichel l'avait fait avant eux, en 1992.

Lire aussi

Il va faire parler de lui : Kasper Dolberg

Kasper à Nice, Dolberg au Danemark. Au cours de cet Euro, l'attaquant de l'OGCN s'est refait une santé ! Arrivé comme remplaçant,il  a gagné ses galons de titulaire après le premier tour et la blessure de Yussuf Poulsen. Lui qui débarquait après avoir été blessé, cambriolé, testé positif au Covid-19 à deux reprises avant une appendicite, comme l'écrivait L'Équipe, a marqué sa première titularisation dans un tournoi majeur en inscrivant les deux premiers buts du Danemark contre le pays de Galles, puis a inscrit le but de la victoire contre la République tchèque. À 23 ans, il a rejoint les Larsen, Tomasson et Brian Laudrup en tant que meilleur buteur danois en phase finale de l'Euro. Rien que ça ! 

Le chiffre qui fait la différence : 2

Les Three Lions dans le dernier carré d'un Euro, c'est arrivé à deux reprises. En 1968 puis en 1996 face à l'Allemagne. Mais ni les coéquipiers de Bobby Charlton et Gordon Banks (défaits 0-1 contre la Yougoslavie), ni ceux d'Alan Shearer et David Seaman (aux tirs au but face à l'Allemagne) ne sont parvenus à s'imposer. Ce dernier fait d'arme avait eu lieu à... Wembley. 

Hors-jeu : "Football is coming home"

Si vous aviez échappé jusque-là à la rengaine la plus célèbre du foot anglais... Ce n'est plus qu'une question d'heures pourqu'elle soit dépassée. On vous explique les origines du "tube" dont les paroles signifient : "Trente ans de peine ne m'ont jamais empêché de rêver/Tellement de blagues, tellement de railleries/Mais tous ces 'Oh, on y était presque' finissent par peser, au fil des années".  Écrite à la demande de la Fédération anglaise de football en 1996, pour accompagner l'organisation de l'Euro sur la terre natale du football, c'est le groupe The Lightning Seeds qui avait été choisi pour cette mission au service de la nation. 

Aux antipodes des chants belliqueux ou cocardiers parfois entonnés par les supporters anglais, le compositeur du groupe, Ian Broudie avait choisi une note humoristique, presque parodique. "Football is coming home" s'est malheureusement aussi révélée prémonitoire. "Tout le monde connaît le résultat/ On l'a déjà vu mille fois/ On sait bien, on est certain/ que l'Angleterre va tout gâcher, va tout foirer", annonçait-elle avant même la désillusion en demi-finale, aux tirs au but, contre l'Allemagne, future lauréate de l'Euro 1996.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tempête Aurore : à la mi-journée, 120.000 foyers sans électricité essentiellement en Normandie

Tempête Aurore : ce qui vous attend ce soir et cette nuit de la Bretagne à Paris

Tempête Aurore : une "mini-tornade" frappe une commune du Finistère et détruit une maison

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand toujours au coude-à-coude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.