Euro : les "Diables rouges" éliminés, la presse belge garde "un arrière-goût amer"

Euro : les "Diables rouges" éliminés, la presse belge garde "un arrière-goût amer"

REVUE DE PRESSE - Au lendemain de l'élimination de la Belgique par l'Italie (1-2) en quarts de finale, la presse belge est déçue de rentrer à nouveau les mains vides. Ce nouvel échec l'interroge aussi sur la capacité de sa génération dorée à décrocher un trophée d'envergure.

L'euphorie est retombée aussi vite qu'elle est montée. Parée de l'étiquette de favorite de l'Euro, après l'élimination de la France par le voisin suisse en huitièmes, que ses supporters - encore amers de la demie perdue au Mondial 2018 - ont fêté comme une victoire, la Belgique avait la voie toute tracée. Impitoyables en phase de poules (trois victoires, 9 points sur 9), les "Diables rouges" avaient vu leurs chances bondir de 15 à 24%, selon les prédictions du spécialiste des données sportives Gracenote, après avoir sorti le Portugal, champion d'Europe en titre (1-0). Soit une chance sur quatre de gagner l'Euro.

Alors qu'elle se voyait déjà en haut de l'affiche, l'équipe de Roberto Martinez est tombée de haut aux portes du dernier carré. L'Italie a donné une leçon de vivacité et d'efficacité, bref de football, aux coéquipiers de Kevin De Bruyne (1-2), vendredi 2 juillet à Munich. Si solide contre la Seleção das Quinas, la défense belge a cette fois pris l'eau face aux accélérations d'une équipe italienne, séduisante et décomplexée. La presse belge attendait des gladiateurs, mais ils n'étaient pas du côté qu'elle espérait. "Les gladiateurs jouaient en blanc", déplore La Libre Belgique, en écho à la Une de La Dernière Heure la veille, qui avait grimé les stars de la sélection Eden Hazard, Romelu Lukaku ou encore Thibaut Courtois et légendé "Prêts pour le combat".

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

"Tactiquement et techniquement, les Italiens étaient au-dessus, mais c'est l'écart de rage de vaincre qui était le plus marquant", poursuit le quotidien belge. "L'Italie était trop forte, trop intelligente, trop bonne" pour le Plat Pays, acquiesce le quotidien néerlandophone De Morgen. "Dans le duel des Roberto, Mancini a pris le dessus sur Martinez au terme d'un match intense, qui constitue sans doute le chef-d'œuvre tactique de l'entraîneur italien, alors que le choix des Diables de jouer très bas a laissé perplexe", analyse Le Soir, qui titre "Encore raté". Cet échec est "à coup sûr une déception" pour le journal, qui rappelle que "pour la troisième fois en quatre tournois majeurs depuis 2014, la Belgique est éliminée au stade des quarts."

"La génération dorée ne gagnera peut-être jamais"

Pour Sudpresse, l'Allianz Arena s'ajoute "au rang des cimetières qui ont enterré les illusions des Diables". Les espoirs étaient pourtant grands de voir la première nation au classement Fifa rafler son premier trophée d'envergure. "Cela aurait dû être l'année où la Belgique aurait pu remporter la coupe tant convoitée. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Après une véritable montagne russe d'émotions, où se sont alternés désespoir et espoir, les Diables Rouges n'ont pas (une fois de plus) pu être à la hauteur", regrette le quotidien flamand De Standaard, qui garde en bouche "un arrière-goût amer".

Une question se pose désormais : la génération dorée est-elle déjà rouillée ? La Dernière Heure, redescendue de son petit nuage après avoir vu le "rêve encore brisé", une référence à 2018, ne cache pas son inquiétude. "La génération dorée ne gagnera pas encore de tournoi cette année. Et elle n'en gagnera peut-être jamais", écrit le journal. "Cette Italie va continuer à devenir de plus en plus forte. Et d'autres nations aussi. La crainte de se faire irrémédiablement dépasser est là." 

"Peut-on parler pour autant de la fin de cette génération dorée qui a tant séduit les supporters belges depuis près de 10 ans ?", s'interroge Le Soir, qui apporte un début de réponse : "C'est une fin... à moitié." Le temps presse pour la deuxième équipe la plus âgée de l'Euro (29,1 ans de moyenne). Le Mondial 2022 au Qatar, dans un an et demi, sera sans doute la dernière possibilité de ramener la coupe à la maison. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

Colombie : Otoniel, le plus grand trafiquant de drogue du pays, capturé dans la jungle

VIDÉO - Candidat ou pas ? Éric Zemmour indique avoir "pris une décision" pour la présidentielle

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.