Main non sifflée dans la surface : pourquoi on risque d'en voir beaucoup à l'Euro

Main non sifflée dans la surface : pourquoi on risque d'en voir beaucoup à l'Euro

RÈGLEMENT - Une main de Zeki Celik dans sa surface n'a pas été sifflée lors d'un match d'ouverture de l'Euro, vendredi 11 juin, les Italiens réclamant, en vain, un penalty. Un "oubli" auquel il va pourtant falloir s'habituer.

Cela aurait pu être la toute première polémique de l'Euro. Heureusement pour l'Italie, qui a dévoré la Turquie (3-0), vendredi 11 juin, lors du match d'ouverture de la compétition, elle a été tuée dans l'œuf. Juste avant la mi-temps, alors que le score était de 0-0, la Nazionale a crié à l'injustice suite à une main décollée de Zeki Celi, le latéral turc champion de France avec Lille, non sifflée dans sa surface. Y avait-il penalty ? Il fut un temps, on vous aurait dit "oui", mais la nouvelle règle a tout changé.

Pour mieux comprendre, il faut revenir sur l'action en question. On joue le temps additionnel de la première période au Stadio Olimpico de Rome, lorsque le latéral Leonardo Spinazzola déborde côté gauche et centre en retrait. Dans sa surface, Celik met son corps en opposition. Le ballon vient toucher sa main droite. Convaincus de la nature de la faute, les Italiens se précipitent vers M. Danny Makkelie. Ils l'entourent pour réclamer leur dû : un penalty. En vain. Mutique, l'arbitre néerlandais échange quelques secondes, par oreillettes et micros interposés, avec l'assistance vidéo, qui très vite le conforte dans sa décision. 

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Plus tôt dans la partie, une situation similaire avait déjà fait parler d'elle. Sur une frappe de Ciro Immobile (21e), le défenseur turc Caglar Söyüncü avait contré le ballon avec son bras, qui était alors collé au corps au niveau du torse. L'arbitre central, droit dans ses bottes, avait estimé qu'il n'y avait d'intentionnalité de la part du joueur d'augmenter sa surface corporelle.

Une nouvelle règle sur les mains dans la surface

A-t-il eu raison de ne pas siffler ? Dans les deux cas, oui, si on se fie aux nouvelles directives de l'Ifab. Avant la compétition, l'instance, qui détermine et fait évoluer les règles du jeu, a assouplie les critères pour siffler les mains dans la surface. "Tout contact de la main ou du bras d'un joueur avec le ballon ne constitue pas une faute", a-t-elle acté. Plutôt que de désigner systématiquement le point de penalty, les arbitres ont été appelés à "user de leur jugement". Ils doivent apprécier si un joueur "a augmenté la surface de son corps", d'une manière "non justifiée par le mouvement du corps dans une situation spécifique"

Lire aussi

De fait, l'interprétation peut varier. Un arbitre peut siffler une main qu'un autre jugera involontaire. C'est à l'appréciation de chacun. À deux reprises, avec Söyüncü puis Celik, Danny Makkelie et ses assistants n'ont pas relevé d'intentionnalité. Une clémence à laquelle ni les joueurs ni les supporters ne sont habitués. De quoi susciter quelques frustrations.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

EN DIRECT - Olivier Véran : "Le pass sanitaire, nous y mettrons fin à la minute où nous le pourrons"

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.