VIDÉO - France-Allemagne : l'ULM de Greenpeace a failli être abattu par la police

ULM pendant le match France-Allemagne

MUNICH - On a frôlé la catastrophe dans l'Allianz Arena, quelques minutes avant l'entrée en lice de la France face à l'Allemagne dans cet Euro. Équipé d'un ULM, un militant Greenpeace a failli s'écraser dans les tribunes. Il aurait même pu être abattu par la police. L'association s'est excusée.

Les minutes précédant France-Allemagne ont failli virer au drame. Un militant de l'association écologiste Greenpeace, qui arrivait au-dessus de l'Allianz Arena dans un engin de type ULM, a manqué de s'écraser en tribune, mardi 15 juin, après avoir heurté un câble. Sauf que ce n'était pas du tout le plan de l'association. Le pilote "aurait dû survoler le stade et laisser tomber un ballon en latex" avec le message "Kick out Oil" ("dehors le pétrole", en anglais), selon un porte-parole. 

"Des difficultés techniques l'ont forcé à atterrir dans le stade", selon un communiqué publié sur le site de l'association de défense de l'environnement. "Nous sommes désolés que l'action de protestation ne se soit pas déroulée comme prévu" et "regrettons que des personnes aient été mises en danger et blessées", a ajouté le porte-parole. Deux hommes ont été blessés, pris en charge par les secouristes du stade puis transportés à l'hôpital "pour des examens", selon la police de Munich.

Toute l'info sur

Les Bleus éliminés de l'Euro

Mercredi 16 juin, au lendemain de cet incident, les autorités allemandes ont révélé que la police a été à deux doigts d'abattre le pilote de l'ULM. "Les tireurs d'élite l'avaient déjà dans le viseur", a indiqué mercredi le ministre de l'Intérieur de la région de Bavière Joachim Herrmann, dans un communiqué transmis à l'AFP. "Si la police avait déterminé qu'il s'agissait d'un attentat terroriste, il l'aurait payé de sa vie", a-t-il ajouté. Les tireurs ont finalement renoncé à appuyer sur la détente qu'en apercevant le logo Greenpeace sur le paravoile.

Le pilote de l'ULM remis en liberté, mais poursuivi

Le conducteur de l'ULM, un homme de 38 ans résidant dans la région allemande du Bade-Wurtemberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne, est sorti indemne de l'atterrissage avant d'être interpellé. Une enquête est ouverte pour "plusieurs délits". Il a été remis en liberté mercredi, poursuivi pour "blessures dangereuses", "intrusion", "menace du transport aérien" et d'autres "délits relevant de la législation aéronautique, qui limite strictement les possibilités de survol", a annoncé la police.

L'UEFA a condamné un "acte inconsidéré" et la Fédération allemande (DFB) a jugé l'action "inacceptable".

Le message de Greenpeace était adressé au constructeur automobile Volkswagen, un des sponsors principaux de l'Euro organisé cette année dans un format inédit avec onze villes hôtes réparties dans onze pays. "Notre demande : arrêtez de vendre des voitures diesel et essence mauvaises pour le climat", avait tweeté peu après l'incident l'organisation. L'UEFA a défendu mardi soir sa politique en matière d'environnement, se disant "pleinement engagée pour faire de cet Euro un tournoi durable".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 19.600 nouveaux cas en 24h, forte hausse des hospitalisations

Covid-19 : Pfizer et Moderna augmentent les prix de leurs vaccins pour l'Europe

Star de TikTok, Anthony Barajas meurt à 19 ans après une fusillade dans un cinéma californien

Immersion dans les coulisses d'un camping de luxe dans l'Hérault

Iran-Israël : l'attaque meurtrière d'un pétrolier en mer d'Oman ravive les tensions

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.