Lucas Hernandez ne passera pas par la case prison

Lucas Hernandez à l'entraînement avec le Bayern Munich, le 19 octobre 2021.

JUSTICE - Condamné par la justice espagnole à six mois de prison après des violences conjugales mutuelles, Lucas Hernandez a vu sa peine être suspendue, mercredi 27 octobre, à la suite de son recours. Une bonne nouvelle pour le défenseur des Bleus et du Bayern Munich.

Lucas Hernandez va éviter un séjour en prison. Condamné en Espagne, à six mois d'emprisonnement pour non-respect d'une mesure d'éloignement après des violences conjugales, le champion du monde 2018 a vu la justice espagnole accepter son recours, mercredi 27 octobre. "Nous considérons que le recours doit être accepté et que l'exécution de la peine de privation de liberté imposée à Lucas François Bernard Hernandez doit être suspendue", a fait part dans sa décision le tribunal supérieur de justice de Madrid, à la veille de la date limite fixée pour l'entrée volontaire en prison du joueur du Bayern Munich.

S'il a bénéficie de la clémence de la justice espagnole, cette suspension est toutefois conditionnée. Il devra s'acquitter d'une amende de 96.000 euros sous la forme d'un forfait journalier et respecter une période de sursis de quatre ans. Au moindre nouveau délit, il sera dans l'obligation d'assumer sa peine initiale

Lire aussi

Il avait enfreint une décision judiciaire

Le 3 février 2017, alors qu'il évoluait à l'Atlético de Madrid, le frère de Théo Hernandez avait été surpris, sous emprise de l'alcool, en train d'échanger des coups en pleine rue avec sa compagne Amelia de la Ossa Lorente. Le couple avait alors été condamné par la justice madrilène pour "violences domestiques" à un mois de travaux d'intérêt général et à six mois d'éloignement à minimum 500 mètres l'un de l'autre. 

Quatre mois plus tard, alors qu'ils revenaient de leur lune de miel à Miami, ils avaient été aperçus ensemble à l'aéroport de Madrid. Ce manquement à la loi avait valu au défenseur des Bleus plusieurs heures de garde à vue ainsi qu'une peine d'un an de prison requise par le parquet de Madrid, en janvier 2018.

Considéré comme un "récidiviste"

Finalement condamné, en 2019, à six mois de prison, il avait fait appel. Son recours avait été initialement rejeté, la justice refusant d'aménager sa peine, ce qui est généralement le cas en Espagne pour les personnes condamnées à moins de deux ans de prison et ayant un casier judiciaire vierge. 

Le tribunal chargé de l'affaire avait estimé que le joueur tricolore était un "récidiviste" en raison de sa condamnation de 2017 pour "blessures dans le cadre de violences conjugales", de celle de 2019 pour "non-respect de la mesure d'éloignement," mais aussi d'une "autre condamnation" pour "violences conjugales", prononcée par un tribunal de Mostoles, en banlieue de Madrid, dont les détails restent inconnus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : "Il n'impacte pas le profil de la vague que nous connaissons"

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.