OM-PSG : tensions au Vélodrome, Payet veut de "vraies sanctions" contre certains supporters

OM-PSG : tensions au Vélodrome, Payet veut de "vraies sanctions" contre certains supporters

"CLASSIQUE" - Quelques incidents ont émaillé le choc au sommet entre l'Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain dimanche (0-0). La rencontre a notamment été très brièvement interrompue en première mi-temps, au grand dam des joueurs phocéens.

Un vélodrome bouillant... sans doute un petit peu trop. Le Classique du football français a pu aller à son terme dimanche mais il s'en est fallu de peu, quelques incidents ayant émaillé ce choc au sommet (0-0). Le tifo déployé par le virage nord, avec un immense message "LFP Merda", et l'important craquage de fumigènes côté opposé ont donné le ton de la soirée. Ainsi, en première période, le match a été très brièvement interrompu en raison de projectiles lancés en direction d'un poteau de corner, où le Parisien Neymar s'apprêtait à frapper. Tout est finalement rentré dans l'ordre après l'appel au calme du speaker et de plusieurs joueurs marseillais. Par la suite, au cours du second acte, un spectateur est entré sur le terrain et s'est approché du Parisien Lionel Messi avant d'être évacué par plusieurs stadiers. 

Par ailleurs, "des centaines de personnes ont essayé de rentrer" dans le stade malgré les portes fermées, nécessitant l'intervention des forces de l'ordre, a indiqué dans la soirée la préfecture de police. Des gaz lacrymogènes ont été tirés et un commissaire a été blessé "en pleine face" et transporté à l'hôpital. À l'heure actuelle, aucune communication officielle sur son état de santé n'a été effectuée mais il serait exposé à au moins 7 jours d'incapacité temporaire de travail (ITT). Selon nos informations, huit autres policiers ont également été touchés. Au total, les forces de l'ordre ont procédé à 21 interpellations ont eu lieu au cours de la soirée pour divers motifs, et notamment des tentatives d'intrusion et jets de fumigènes. 

"On ne peut pas dire que ces gens-là aiment l'OM"

Ces débordements ont suscité la colère du capitaine olympien, Dimitri Payet. "Certains dérapent, on risque de perdre des points, on ne peut pas dire que ces gens-là aiment l'OM", a fustigé le meneur de jeu français en zone mixte. "Je suis désabusé, je ne comprends pas", a-t-il ajouté, réclamant de "vraies sanctions". "On ne peut plus attendre que quelqu'un soit blessé", a pointé le Marseillais, d'un ton grave. Il a toutefois tenu à saluer la partie du "public qui a mis le feu et a été exemplaire"

Les Phocéens ont déjà été sanctionnés deux fois cette saison par la commission de discipline de la LFP pour des incidents dans les tribunes, d'abord après le match Nice-OM du 22 août puis après celui joué à Angers le 22 septembre. Depuis, les Marseillais sont sous la menace d'un retrait d'un point au classement en cas de récidive. Pour cette raison, le président de l'OM, Pablo Longoria, avait lancé un appel au calme vendredi dernier afin que le match de dimanche reste "un instant de football". 

Lire aussi

Sur le terrain, le 101ème "Classique" du football français a accouché d'une souris. Les Marseillais, pourtant en supériorité numérique pendant plus d'une demi-heure, ne sont pas parvenus à faire la différence face à des Parisiens solides à défaut d'être flamboyants.  Avec ce point du nul, le PSG conserve sept longueurs d'avance sur le RC Lens en tête du championnat. Le club phocéen, de son côté, quitte le podium.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

EN DIRECT - Migrants : il appartient au Royaume-Uni de gérer le contrôle de ses frontières, estime la Commission européenne

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.