Incidents d'OL-OM : des mesures concrètes "dans 15 jours" contre la violence dans les stades

Violences dans les stades : des décisions dans les 15 jours

URGENCE - Après les nouveaux incidents qui ont conduit à l'arrêt du match de dimanche, des pistes sur la sécurité dans le football français ont été avancées ce mardi, lors d'une réunion. Des décisions fortes sont attendues sous 15 jours, a annoncé Gérald Darmanin.

Le rendez-vous a été donné "dans 15 jours". Deux jours après les incidents lors du match OL-OM, arrêté après un jet de bouteille sur Dimitri Payet, une réunion s'est tenue mardi 23 novembre, à Beauvau, en présence des ministres de l'Intérieur Gérald Darmanin, de la Justice Eric Dupond-Moretti et des Sports Roxana Maracineanu. Étaient aussi présents les représentants de la Ligue de football professionnel (LFP) et de la Fédération française (FFF). Il en est ressorti que des mesures pour améliorer la sécurité dans les stades seront proposées "dans 15 jours", a annoncé Gérald Darmanin.

Toute l'info sur

Incidents lors d'OL-OM : le football français à nouveau couvert de honte

Pour stopper cette spirale de violences qui gangrène le football français depuis le début de la saison, "nous avons convenu de travailler ensemble sur quatre sujets", a-t-il expliqué à la suite de cette concertation avec les principaux acteurs du milieu. "Le premier est celui (...) de l'interdiction des stades et des réponses. La question de la sécurisation elle-même des stades, des caméras de vidéo-protection et des filets", a détaillé le locataire de la place Beauvau. Cette nouvelle task force planchera également sur "la question de la sécurité privée puisque nous devons améliorer le contrôle à l'accès des stades", selon le ministre.

"Comment on arrête un match ?"

Il sera aussi abordé "la question sans doute la plus importante", "le processus de décision de qui arrête le match". Une interrogation à laquelle il est urgent d'apporter une réponse, après la grande confusion survenue au Groupama Stadium, dimanche. Arrêté dès la 4e minute, le match Lyon-Marseille n'a pas repris. Sauf que la décision a été prise après deux heures de tergiversations. Les dirigeants des deux clubs, l'arbitre, la Ligue de football professionnel (LFP) et la préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes se sont renvoyés la balle à tour de rôle, donnant à voir un spectacle déconcertant. 

Lire aussi

Il s'agira de déterminer "comment on arrête un match ?" "Quelle responsabilité pour arrêter ce match ? Entre, évidemment, le rôle essentiel de l'arbitre, (auquel) nous sommes tous extrêmement attentifs, et le rôle du préfet, puisqu'il y a une question d'ordre public qui se pose lorsque l’on évacue des stades de 60.000 personnes", a ajouté Gérald Darmanin. "On a donc convenu de travailler très rapidement et dans 15 jours, dans le même format, de nous retrouver afin de proposer au Premier ministre et aux instances dirigeantes du football des propositions." Quinze jours, donc, pour remettre le foot français dans le droit chemin.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : deux morts, une personne toujours portée disparue

EN DIRECT - Covid-19 : "Nous sommes sur un chemin de crête, mais nous pouvons tenir", selon Gabriel Attal

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Pour Christian Estrosi, Emmanuel Macron "a fait le job pendant cinq ans"

"Koh-Lanta" : ce sont Ugo, Claude et Laurent qui s’affronteront sur les poteaux en finale

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.