Ligue des champions : le quart Bayern-PSG se jouera "comme prévu" à Munich

Ligue des champions : le quart Bayern-PSG se jouera "comme prévu" à Munich

MAINTENU - Malgré les mesures de l'Allemagne touchant la France, pour endiguer l'explosion des variants, les retrouvailles entre le Bayern et le PSG, les finalistes de la précédente édition, ne seront pas impactées. Elles auront bien lieu le 7 avril à Munich.

Le Covid s'accompagne de son lot d'incertitudes. Depuis vendredi 26 mars, l'Allemagne a classé la France comme "zone à haut risque" d'infection. Cela implique un durcissement des restrictions pour les voyageurs en provenance de l'Hexagone, qui ont l'obligation d'observer une quarantaine de dix jours et de présenter un test négatif de moins de 48 heures. Depuis ce nouveau tour de vis, une question taraude les fans de football : le match Bayern-PSG, prévu le 7 avril à Munich, pourra-t-il se tenir comme prévu ? 

Avec ce classement de la France, la possibilité de voir Berlin fermer ses portes au PSG, qui doit affronter les Bavarois en quart aller de finale de la Ligue des champions, n'était pas exclue. Une telle décision conduirait les deux équipes à devoir trouver un "plan B", sans doute disputer la rencontre sur un terrain neutre, dans un pays non concerné par les mesures prises outre-Rhin. L'UEFA, contactée par LCI, ce mardi 30 mars, confirme que le durcissement des restrictions n'aura pas d'impact sur la tenue de ce quart de finale. "Le match se déroulera à Munich, comme prévu", nous précise l'instance, en charge de la compétition.

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

Les précédents Liverpool et Mönchengladbach

Le 7 avril, le club de la capitale foulera donc bien la pelouse de l'Allianz Arena, et par extension le sol allemand. Ce qui n'avait pas été le cas de Liverpool en février dernier. L'Allemagne avait suspendu l'entrée sur son territoire aux personnes venant de zones touchées par les mutations du virus. Le Royaume-Uni, où s'était répandue une souche beaucoup plus contagieuse, était directement visé. Attendus à Leipzig le 16 février, pour disputer leur huitième de finale aller de C1, les Reds avaient été interdits de voyage, malgré la demande d'exception formulée de leur adversaire auprès des autorités locales.

Lire aussi

Face à ce refus catégorique, le club de la galaxie Red Bull avait alors dû trouver une solution de rechange pour accueillir Liverpool. Après négociations, l'UEFA avait officialisé la délocalisation sur terrain neutre, à Budapest, en Hongrie. Il en avait été de même, la semaine suivante, pour Borussia Mönchengladbach-Manchester City. Les matchs retour s'étaient, eux aussi, joués au stade Puskas pour éviter à Leipzig et  de devoir se conformer aux directives allemandes, obligeant les voyageurs "ayant un droit de séjour en Allemagne" ou "une résidence habituelle" à être testés et observer un isolement de dix jours à leur retour.

Vous aimez le sport ? Découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter