Barcelone-PSG : Neymar-Messi, des retrouvailles... mais pas celles espérées

Neymar et Messi, alors coéquipiers au Barça, lors de la remontada face au PSG (6-1) le 8 mars 2017.

AMIS MAIS ADVERSAIRES - Quatre ans après la remontada, le PSG va de nouveau affronter le Barça en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Neymar et Lionel Messi se retrouveront ensemble sur la pelouse. Pas l'un avec l'autre, comme le numéro 10 parisien l'a récemment souhaité, mais bien l'un contre l'autre.

"C'est ce que je veux le plus, prendre à nouveau du plaisir avec lui sur un terrain. J'ai très envie de rejouer avec lui, nous devons le faire l'année prochaine". Le 2 décembre dernier, après la victoire capitale du PSG à Manchester United (3-1), Neymar, interrogé par la chaîne sportive ESPN Argentina, s'était exprimé publiquement sur son désir de retrouver avec Lionel Messi, son grand ami, dont le contrat à Barcelone expire en juin 2021. Mais, avant d'être de nouveau coéquipier avec l'Argentin, le Brésilien devra l'affronter, s'il est remis de sa blessure à la cheville, contractée contre Lyon (0-1), dimanche 13 décembre. 

Ce lundi 14 décembre, le PSG a en effet hérité du Barça en huitièmes de finale de la Ligue des champions, selon le tirage au sort effectué à Nyon, au siège de l'UEFA. Un classique, pourrait-on dire, de l'histoire récente de la Coupe d'Europe. Depuis 2012, et le retour du club parisien sur la scène européenne, les deux équipes ont pris l'habitude de se retrouver régulièrement. Le huitième de finale, programmé le 16 février à l'aller et le 10 mars au retour, portera à 13 le nombre de rencontres les opposant, dont 11 en C1. Barcelone est d'ailleurs l'équipe étrangère que les Parisiens ont le plus affrontée dans son histoire. Une confrontation qui a souvent tourné à l'avantage de la bande à Messi, laissant à Paris beaucoup de souvenirs amers. 

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

En 2013, il y a eu l'élimination en quarts au nombre de buts inscrits à l'extérieur (2-2 au Parc des Princes, 1-1 au Camp Nou). En 2015, il y a eu la démonstration du Barça au même stade de la compétition (1-3, 2-0). Mais il y a surtout eu, en 2017, la remontada subie par le club de la capitale. Sur un nuage après leur victoire 4-0 à l'aller à domicile, les joueurs d'Unai Emery avaient sombré 6-1 en huitième de finale retour contre l'équipe associant, à l'époque, Neymar, Lionel Messi et Luis Suarez. Une cicatrice indélébile, qui s'est rouverte en 2019 après le comeback de MU, battu 2-0 à Old Trafford puis vainqueur 3-1 à Paris. 

Laisser l'amitié au vestiaire

Incarnation de la lose, le PSG a depuis appris à terrasser ses vieux démons. La saison passée, les Parisiens ont brisé le plafond de verre des huitièmes puis des quarts, qui les empêchait de "rêver plus grand". Ils se sont hissés, pour la première fois de leur histoire, en finale de la Ligue des champions. Après y avoir goûté, ils n'ont clairement qu'une seule envie : y retourner au plus vite. Et, en 2021, le chemin pour y parvenir passera par la Catalogne. Au moment du tirage au sort, le Barça est au plus mal. 

Lire aussi

Neuvièmes de Liga, angoissés par les envies d'ailleurs de Lionel Messi et marqués par la raclée historique reçue face au Bayern Munich (8-2) lors du "Final 8" en août dernier, les Blaugranas ne sont que l'ombre d'eux-mêmes. Comme si leur temps était passé. Qu'en sera-t-il en février ? Souvenez-vous, en 2019, on disait que Manchester United était un bon tirage. Et puis Ole Gunnar Solskjaer a remplacé José Mourinho, avec le résultat que l'on connaît. La saison passée, on assurait que Dortmund ne ferait pas un pli contre le PSG. Et puis Erling Haaland a signé, avec les difficultés que Paris a connues pour se qualifier. 

Pour ces énièmes retrouvailles avec le Barça, la prudence devra être donc de mise. Quant à Neymar, avant peut-être de pouvoir rejouer un jour au côté de Messi, il ne devrait pas y avoir d'amitié qui tienne.

Le nouvel épisode du podcast CLUB MARGOTTON : Lilian Thuram, la mission d'une vie.

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Bien sûr, il a été champion du Monde de Football en 1998. Il a porté 142 fois le maillot de l’équipe de France. Un record. Pourtant, très tôt, il a regardé au-delà du ballon rond et su que son statut lui permettrait d’être une voix forte de la lutte contre les discriminations. Aujourd’hui, c’est son combat quotidien. Lilian Thuram écrit, il s’engage et lorsqu’il prend le temps de se confier, c’est de l’émotion à fleur de peau, une belle matière à réflexion.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

Lire et commenter