Manchester United-PSG : Cavani, l'amour vient avec le temps

Edinson Cavani est en train de mettre tout le monde d'accord à Manchester.

BÉGUIN - Cible de critiques à son arrivée à Manchester United, dans les derniers instants du mercato, Edinson Cavani ne s'est pas laissé abattre. "El Matador", fidèle à lui-même, s'est battu avec ses valeurs et ses qualités pour se faire une place dans le cœur des Red Devils. Juste à temps pour les retrouvailles avec son ex, le PSG.

"C'est le temps qui mûrit l'amour. L'amour grandit et se solidifie dans la patience." À Manchester, Edinson Cavani a fait siens les mots de l'écrivaine Simone Piuze. L'Uruguayen a conquis les esprits et les cœurs. Pourtant, c'était loin d'être gagné. Arrivé libre, après sept saisons passées au PSG, "El Matador" n'a pas reçu le meilleur accueil qu'il soit. Désigné comme le "pire transfert" de l'été en Premier League, il a suscité défiance et scepticisme, pour ne pas dire plus. "Il y a cinq ou six ans, cela aurait été une superbe signature et il aurait probablement pu nous emmener au niveau supérieur. Mais maintenant, je ne pense pas qu’il puisse nous y emmener", avait estimé Paul Scholes, légende des Red Devils, le jugeant "trop vieux".

Des critiques émises alors que l'attaquant de 33 ans n'avait pas disputé une minute avec MU. Débarqué le dernier jour du mercato estival, "Edi" avait dû respecter une "quatorzaine" à son arrivée en Angleterre, en raison de l'isolement imposé aux entrants sur le sol britannique. Finalement autorisé à s'entraîner, mais sans match depuis mars, il était apparu à court de rythme. Il n'avait pas fait le voyage à Paris, le 20 octobre dernier, pour les retrouvailles attendues avec son ancien club au Parc des Princes. "Edinson a besoin de s'entraîner quelques jours encore", avait justifié son entraîneur Ole Gunnar Solskjaer.

Southampton, le match référence

Il avait fallu attendre quatre jours de plus pour le voir faire ses grands débuts. Le natif de Salto, sur le banc au coup d'envoi, était entré en jeu à la 58e minute de jeu contre Chelsea (0-0). Remplaçant de luxe, il a depuis participé à 8 rencontres (5 en Premier League, 3 en Ligue des champions). Le temps pour lui d'ouvrir son compteur but le 7 novembre, face à Everton (1-3), puis de fêter sa première titularisation le 24 novembre, contre l'Istanbul Basaksehir (4-1) à Old Trafford, match qu'il a disputé en intégralité. Une montée en puissance confirmée ce week-end face à Southampton. Entré à la pause, alors qu'United était mené 2-0, Cavani a inscrit un doublé et offert une passe décisive pour renverser les "Saints" (2-3). 

Ce match "référence" lui permet de postuler une place de titulaire mercredi 2 décembre (à 21h, en live commenté sur LCI) pour la réception du PSG, dont il est le meilleur buteur de l'histoire (200 buts en 301 matchs). "Il est prêt à jouer et bien sûr, c'est spécial pour lui de jouer contre le PSG, son ancien club où il a été le meilleur buteur. Ce qui l'affectera mentalement. Mais pour le connaître, il donnera toute son énergie", a assuré mardi Ole Gunnar Solskjaer, tombé sous le charme de l'ancien Napolitain. 

Il est tellement méticuleux- Ole Gunnar Solskjaer, entraîneur de Manchester United

Loin de faire l'unanimité à son arrivée, notamment parmi les observateurs assidus des Red Devils, le numéro 7 est tout doucement en train de faire consensus. En interne, il force le respect et l'admiration. "Il est tranchant, intelligent et a le sens du timing (...) Il a tout d'un joueur de classe mondiale et d'un grand monsieur également", avait salué "OGS", émerveillé après l'entrée décisive de l'ex-Parisien contre Southampton. "C'est un professionnel exemplaire. Je ne le connais pas encore très bien personnellement à cause de la langue, on doit encore se parler par l'intermédiaire d'un interprète", a-t-il ajouté, précisant que Cavani "a déjà appris deux mots en anglais : demain et repos". "Il veut un jour de repos après une victoire", s'est amusé l'ancien "super-sub". Au-delà de la boutade, il voit en "Edi" un exemple pour son groupe peu expérimenté. "Il est tellement professionnel, tellement méticuleux, tout ce qu'il fait est dans l'idée d'être le meilleur joueur possible. C'est aussi un très bon coéquipier, très altruiste."

Lire aussi

Ce qui l'a aidé à se faire une place dans le vestiaire. "C'est vraiment un grand joueur. Il l'a démontré tout au long de sa carrière et j'espère qu'il réussira à nous aider aussi", avait indiqué son coéquipier Anthony Martial en octobre. Un mois plus tard, il est totalement intégré et apporte son expérience et ses qualités. "Comme Ander (Herrera) me l'avait prédit, j'ai pu constater son professionnalisme. Edinson a quand même accompli beaucoup de grandes choses dans sa carrière, mais il reste très simple. C'est génial de l'avoir, il nous amène son expérience et son sens du but", a souligné le milieu Juan Mata, interrogé dans L'Équipe

"Ses déplacements dans la surface sont excellents", a expliqué le défenseur Harry Maguire. "C'est le meilleur joueur que j'aie pu affronter à l'entraînement. Il est tout le temps en train de bouger. On sait tous ce qu'il peut apporter au club. C'est important qu'il se lance maintenant, parce que c'est vraiment un joueur de très haut niveau." Un apport encensé par Donny van de Beek, qui évolue en dessous de Cavani : "C'est vraiment important de l'avoir, surtout pour moi, car cela vous donne plus d'espace dans la surface. Les défenseurs surveillent davantage ces attaquants, et donc cela donne plus d'espace à nos milieux."

MU vole à son secours

Une influence grandissante dans le jeu et dans l'intimité du vestiaire qui lui vaut d'être épaulé, même quand il dérape malencontreusement. Pris malgré lui dans une polémique, après avoir répondu à l'un de ses abonnés sur Instagram "gracias negrito" ("merci petit noir"), un terme jugé raciste, l'Uruguayen a vu l'institution faire bloc autour de lui. "Il est clair que pour nous il n'y avait aucun sous-entendu dans le message d'Edinson et il l'a supprimé dès qu'il a été informé qu'il pouvait être mal pris. Il a présenté des excuses pour le tort involontaire qu'il a pu causer", a écrit le club mancunien dans un communiqué

Un soutien réaffirmé de vive voix par Ole Gunnar Solskjaer. "Nous avons communiqué avec Edinson et il est vraiment désolé pour l'erreur qu'il a fait. Il n'y avait pas de mauvaise intention du tout. La FA lui a demandé de s'expliquer et nous le soutiendrons. C'est l'une de ces situations malheureuses, il vient juste d'arriver au pays et en Uruguay, cela est utilisé de façon différente. (...) Je suis sûr qu'Edinson a appris", a-t-il affirmé. "Cela pourrait l'affecter, mais il devra mettre cela de côté quand le match sera lancé. Les meilleurs joueurs peuvent mettre ces choses de côté." Nul doute qu'Edinson Cavani aura à cœur se montrer à la hauteur de cette confiance. Et c'est son ex, le PSG, qui pourrait en faire les frais.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary-sur-Mer : un homme de 30 ans retrouvé mort, deux personnes toujours recherchées

VIDÉO - Fermeture des discothèques : le monde de la nuit entre colère et incompréhension

EN DIRECT - Covid-19 : Noël sans jauge, "c'est notre cap, notre objectif", assure Gabriel Attal

Le Covid, une simple bactérie ? Les autorités de Singapour démentent avoir dévoilé un "canular mondial"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.