PSG-Barça : après sa victoire 4-1 au Camp Nou, les quarts promis à Paris

Les Parisiens ont pris une très sérieuse option sur la qualification en quarts de finale.

FEU VERT - Après avoir balayé le Barça sur sa pelouse en huitième de finale aller de la Ligue des champions, le PSG est crédité de 100% de chances de se qualifier pour les quarts avant le retour. Cette fois-ci, le cauchemar de la "remontada" de 2017 ne devrait pas se répéter.

Les statistiques ne laissent aucune place au doute. Après sa victoire historique contre le Barça (4-1) au Camp Nou, mardi 16 février, en huitième de finale aller de la Ligue des champions, le PSG a un pied et quatre orteils - si ce n'est plus - en quarts. Du côté des chiffres, tous les voyants sont au vert : Paris est crédité de 100% de chances de se qualifier. Depuis 1970-1971, toutes Coupes d'Europe confondues, aucune des 79 équipes l'ayant emporté à l'extérieur, sur un score de 4-1 à l'aller, n'a été éliminée chez elle, au retour. Évidemment, les statistiques sont faites pour être démenties. Le PSG ne le sait que trop bien.

Il y a quatre ans, l'horizon était tout aussi dégagé pour le club de la capitale. Vainqueur 4-0 du Barça, au terme de l'une des soirées les plus inoubliables qu'a connues le Parc des Princes, l'équipe d'Unai Emery ne faisait du retour au Camp Nou qu'une simple formalité. On connait la suite. Le 8 mars 2017, contre toutes attentes, Barcelone renversait le PSG sur le score historique de 6-1. Du jamais vu ! Et pour cause : avant la fameuse remontada, mot depuis rentré dans le dictionnaire, chacune des 169 équipes qui s'étaient retrouvées dans la situation favorable des Parisiens avait poursuivi sa route dans la compétition.

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

Nous allons jouer comme s'il y avait 0-0- Mauricio Pochettin, entraîneur du PSG

Bien que le chemin vers les quarts de finale soit tout tracé, les vice-champions d'Europe ne veulent pas mettre la charrue avant les bœufs. À l'image de Marquinhos, qui était de la déroute au Camp Nou. "Il faut rester humbles, simples, on a appris de nos erreurs", avait assuré le Brésilien, après le match aller. "C'est magnifique, mais on n'a rien gagné", avait appuyé Kylian Mbappé. Un appel au calme et à l'humilité, relayé par Mauricio Pochettino, le chef d'orchestre du succès parisien à Barcelone. "Je suis content du résultat et de la performance, mais il faut de la modération", avait nuancé le nouvel entraîneur du PSG. "Il reste 90 minutes, le Barça a des grands joueurs, et surtout respecter le staff adverse. Il faudra mettre la même intensité au retour et avoir ça en tête." "Nous allons jouer comme s'il y avait 0-0 et nous voulons gagner pour nous qualifier", a-t-il répété, mardi 9 mars, à la veille du retour au Parc. 

Lire aussi

Toutefois, cette fois-ci, une remontada du Barça paraît plus hypothétique. Déjà, parce que de l'eau a coulé sous les ponts. "Pour nous, le passé remonte au 3 janvier, quand nous avons rejoint le club. C'est un match que nous devons passer pour atteindre le tour suivant. Ce sera notre approche dès la première minute", a justement résumé Pochettino. Ensuite, parce que la situation est différente en tous points. Le 8 mars 2017, les Blaugrana jouaient chez le retour chez eux, dans un Camp Nou bondé, soutenus par plus de 90.000 socios qui avaient le fol espoir d'y croire. Lionel Messi, qui ne ressentait pas encore le poids des années, était entouré de Neymar, Luis Suarez et Andrès Iniesta, pour ne citer qu'eux. Quatre ans plus tard, tout ça paraît si lointain. Ce mercredi 10 mars, c'est à Paris, devant un stade vide, face à une équipe qui aura retrouvé Angel Di Maria que ce Barça, en regain de forme, sera condamné à reproduire l'exploit. 

S'il mesure la tâche immense qu'il l'attend lui et son équipe, qui pourrait ne pas accéder aux quarts pour la première fois depuis 2007, Ronald Koeman ne se rend pas à Paris en victime. Il ose croire à l'exploit. "Pour espérer, il faudra être efficace, réaliste, mais on va essayer. (...) Si nous sommes efficaces, rien n'est impossible", a indiqué l'entraîneur blaugrana. Un discours plus incisif, lui qui avait déclaré dans la foulée du match aller qu'il y avait "très peu de possibilités de remonter". "Le pire qui puisse nous arriver, c'est que demain (mercredi), on se dise que l'on n'a pas donné le maximum pour se qualifier ou gagner." 

Vous aimez le sport ? Découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Le Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Des témoignages uniques pour comprendre ces histoires extraordinaires. Un podcast du Groupe TF1.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Lire et commenter