"Vous nous saoulez" : la "remontada", pour le PSG c'est basta

"Vous nous saoulez" : la "remontada", pour le PSG c'est basta

C'EST TROP ! - En ballotage plus que favorable, après son succès historique au Camp Nou (4-1) à l'aller, le PSG voit pourtant les références à la "remontada" de 2017 polluer son environnement avant le retour au Parc.

Ne leur parlez plus de la remontada. Large vainqueur du Barça (4-1) au Camp Nou, le 16 février dernier, en huitième de finale aller de la Ligue des champions, le PSG s'est ouvert une voie royale vers les quarts. Ce mercredi 10 mars (à 21h, en live commenté sur LCI), il ne lui restera plus qu'à finir le travail au Parc. 

Pourtant, depuis quelques jours, le mot remontada, entré dans le dictionnaire depuis l'élimination historique des Parisiens, le 8 mars 2017 à Barcelone, après leur défaite 6-1 au retour, malgré un succès 4-0 à l'aller, s'affiche partout à longueurs d'interviews, de conférences et de Unes de presse. 

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

Malgré ses trois buts d'avance à l'aller, une question revient sans cesse : Paris est-il à l'abri d'une nouvelle remontada ? Rien que le fait de la poser exaspère le vestiaire parisien. "Vous nous saoulez avec la remontada !", s'est emporté Abdou Diallo, le week-end dernier, après la victoire à Brest (3-0) en Coupe de France. "C'était avant, il y a des nouveaux joueurs, c'est totalement autre chose. Il n'y a pas de stress par rapport à ça. On joue le match à fond, on respecte l'adversaire et on se respecte nous-mêmes et puis on va faire le maximum." 

Comprenez que Paris ne veut plus entendre en parler et préfère se concentrer sur le tâche qui lui reste à accomplir pour définitivement balayer ce douloureux souvenir qu'on ne cesse de lui rappeler. 

Ces idées transmettent uniquement de la négativité- Mauricio Pochettino, entraîneur du PSG

D'ailleurs, Mauricio Pochettino, arrivé sur le banc du PSG début janvier, s'est fixé pour règle d'éviter le sujet. "Nous ne sommes pas affectés par ce passé. Nous sommes venus ici avec un esprit libre, et sans préjugés. Ces idées transmettent uniquement de la négativité", a jugé l'entraîneur parisien, dans un entretien à l'AFP, lundi 8 mars, à deux jours de la réception du Barça. "Rester tourné vers le passé limite tes possibilités futures. Nous venons avec une énergie nouvelle, nous pensons que nous avons le potentiel pour rester en lice en Ligue des champions. Dans le foot, la conviction te permet de te rapprocher de la victoire." 

Sa mise au point n'a cependant pas eu l'effet escompté, à savoir ne plus remuer le couteau dans la plaie. Interrogé sur la remontada, mardi 9 mars, à la veille du match retour, l'Argentin s'est montré plus cash, peinant à cacher son agacement. "Tout ce dont on me parle, toutes les questions... Pour moi, le passé, c'est le mois de janvier, quand je suis arrivé", a-t-il rappelé. "Mon esprit n'est pas conditionné par quelque chose qui s'est passé auparavant. Nous devons gagner pour nous qualifier, ce sera notre approche dès la première minute. (...) Il nous faudra être aussi performant, voire plus, qu'à Barcelone (à l'aller)."

Lire aussi

En face, le Barça veut croire quand même en l'exploit, comme en 2017. "Il y a toujours de la vie. Cela dépend de la façon dont nous commençons le match, de l'énergie que nous mettons pour compliquer la vie de l'adversaire", a estimé Ronald Koeman, l'entraîneur blaugrana. "Si nous pensons à une remontada, nous aurons besoin des joueurs à leur meilleur niveau. (...) Il faut aussi avoir de la chance, terminer les actions en recherchant l'efficacité dont on a besoin. Si nous sommes efficaces, rien n'est impossible." 

Pour réussir l'impossible, la bande à Messi devra marquer au moins quatre buts. Soit un de plus que le nombre total de buts encaissés par le PSG au Parc des Princes depuis le début de l'ère Pochettino. Sans en prendre en retour...

Vous aimez le sport ? Alors découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

 Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

Lire et commenter