Manchester City-PSG : Paris ne s'avoue pas vaincu malgré 7% de chances de qualification

Neymar pris en étau par les joueurs de Manchester City, le 28 avril 2021.

ESPOIR - Défait 1-2 par Manchester City au Parc des Princes, en demi-finale aller de la Ligue des champions, le PSG a vu son rêve de participer à une deuxième finale de C1 consécutive s'étioler. Les Parisiens veulent toutefois "croire" en un renversement de situation au retour.

"1% de chance, 99% de foi". Neymar n'a pas abdiqué. Battu par Manchester City (1-2), mercredi 28 avril au Parc des Princes, en demi-finale aller de la Ligue des champions, le PSG aura besoin d'un exploit, ou d'un miracle, c'est selon, mardi 4 mai, à l'Etihad Stadium, pour accrocher une deuxième finale de C1 consécutive. Sur ses réseaux sociaux, le Brésilien - qui s'est effondré en seconde période, à l'instar du collectif parisien - a appelé à la révolte. Il a reposté son célèbre enchantement, lancé après la gifle du Barça à Paris (4-0) au printemps 2017, qui avait débouché sur la fameuse remontada (6-1) au Camp Nou.

De la foi, les vice-champions d'Europe en auront besoin, tant la tâche s'annonce immense. Depuis la saison 1970-1971, toutes Coupes d'Europe confondues, pareille situation s'est présentée à 378 reprises. Seules 7% des équipes se sont qualifiées après s'être inclinées, à domicile, sur un score 2-1 à l'aller, en phase à élimination directe. Dans la forme actuelle de Ligue des champions, une seule équipe a réussi l'impensable : l'Ajax Amsterdam. Défaits 2-1 par le Real Madrid en quart de finale aller, en 2018-2019, les coéquipiers de Frenkie de Jong et Matthijs de Ligt avaient renversé les Merengues (1-4), triples champions d'Europe en titre. Les neufs autres fois, le résultat acquis à l'aller par l'équipe visiteuse a toujours été confirmé.

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

En ballotage défavorable, avant le retour à l'Etihad Stadium, les Parisiens devront l'emporter avec deux buts d'écart (2-0 par exemple) ou avec un but d'écart s'ils marquent au moins trois fois (3-2, 4-3...) pour se qualifier. En cas de succès 2-1, le score du match aller en faveur de City, ils devront passer par une prolongation. Tout autre résultat serait synonyme d'élimination pour le club de la capitale. 

Si on n'y croit pas, il ne faut même pas y aller- Marquinhos, capitaine du PSG

Malgré leur défaite aux allures rédhibitoires au Parc des Princes, les Parisiens n'ont pas prévu de rendre les armes. "Nous avons perdu la bataille, mais la guerre continue. Je crois en mon équipe, je crois que nous pouvons être meilleurs que nous ne l'étions", a ajouté Neymar sur ses réseaux. Un champ lexical guerrier repris par son coéquipier italien Alessandro Florenzi sur l'antenne de Sky Italia. "Nous ne sommes pas abattus. Ce n'est que la moitié de la bataille. Ils n'ont pas gagné la guerre", a assuré le latéral droit parisien. 

"Il faut surtout avoir de la personnalité. Si on n'y croit pas, il ne faut même pas y aller", a harangué le capitaine Marquinhos, l'unique buteur parisien, au micro de RMC Sport. "Il faut avoir une mentalité de guerrier, de faire tout ce qu'il faut pour passer. Il ne faut pas avoir de doutes maintenant. On a tout ce qu'il faut pour renverser la situation." "Bien sûr on y croit", a poursuivi le coach Mauricio Pochettino. "On peut faire quelque chose de spécial là-bas, on y croit. Cela ne marchera pas, si on n'y croit pas."

Le PSG meilleur loin du Parc

Pour Paris, les raisons d'espérer existent. La première, et non des moindres, est elle aussi statistique : Keylor Navas n'a jamais été éliminé d'une phase d'élimination directe de Ligue des champions en tant que titulaire. Pas suffisant ? Cette saison, c'est loin du Parc des Princes que le PSG tourne le mieux, avec 2,6 buts de moyenne par match. C'est sur les pelouses européennes que le club de la capitale a bâti ses exploits, à Old Trafford (1-3 contre Manchester United), au Camp Nou (1-4 face au Barça) et puis à l'Allianz Arena (2-3 contre le Bayern Munich). "On peut le faire et aller en finale", a assuré Mauricio Pochettino.

Lire aussi

"On s'attend à une réaction de Paris. On joue contre une équipe qui a marqué quatre buts à l'extérieur contre Barcelone et trois au Bayern", a déjà prévenu son homologue Pep Guardiola, dont l'équipe pourrait se sentir vaciller et perdre pied au moment de gravir la dernière marche vers sa première finale de Ligue des champions. "Au retour, on ira en finale si on est l'équipe de la seconde période. Si c'est celle de la première, alors tout est possible", a finement analysé l'entraîneur espagnol. Faire déjouer Manchester City, le PSG l'a fait, avec brio, pendant 45 minutes. Pour "rêver plus grand", il devra le faire 90 minutes de plus.

Vous aimez le sport ? Découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Proche-Orient : Macron et Al-Sissi s'entretiennent avec le roi de Jordanie

Covid-19 : un tiers de la population de l'UE a reçu au moins une dose

La Commission européenne préconise-t-elle réellement de fixer la retraite à 70 ans ?

Carte bancaire : vos achats en ligne de plus de 30 euros désormais soumis à l'authentification forte

Gérald Darmanin s'invite à la manifestation des policiers devant l'Assemblée le 19 mai

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.