Rachat de Newcastle : qui se cache derrière le PIF, le nouveau propriétaire des "Magpies" ?

Des supporters de Newcastle fêtent le rachat du club par un fonds saoudien devant St Jame's Park, le 8 octobre 2021.

REPRENEUR - Dans les tuyaux depuis plusieurs mois, le projet de rachat de Newcastle a été officialisé jeudi 7 octobre. Le club populaire du nord de l'Angleterre est désormais détenu majoritairement par le Fonds souverain d'Arabie saoudite (PIF), piloté... par le prince héritier Mohammed ben Salmane.

"Le club le plus riche du monde". C'est ainsi le Daily Express a présenté Newcastle, vendredi 8 octobre, au lendemain de son changement de pavillon. Le nouvel actionnaire majoritaire, le PIF, le Fonds public d'investissement d'Arabie saoudite, a déboursé 305 millions de livres (environ 360 millions d'euros) pour racheter 80% des parts de cette institution. "Nous sommes extrêmement fiers de devenir les nouveaux propriétaires de Newcastle United, l'un des clubs les plus célèbres du football anglais", s'est félicité, dans un communiqué, le patron du fonds saoudien, Yasir Al-Rumayyan, nouvel homme fort des Magpies.

À l'été 2020, le PIF avait déjà tenté, sans succès, d'acquérir le club, détenu depuis 14 ans par l'homme d'affaires britannique Mike Ashley. Revenu à la charge ces dernières semaines, le puissant fonds saoudien a finalement réussi à mettre la main sur Newcastle. Un rachat effectué par le biais d'un consortium, comprenant également PCP Capital Partners, qui a joué les intermédiaires par la voix de la "fixeuse" et femme d'affaires Amanda Staveley, et RB Sports & Media, appartenant aux frères David et Simon Reuben, désignés comme la deuxième famille la plus riche du Royaume-Uni par le Sunday Times Rich List.

Un fonds présidé par "MBS" en personne

"La Premier League, le Newcastle United Football Club et St James Holdings Limited ont réglé le différend concernant le rachat du club par le consortium composé de PIF, PCP Capital Partners et RB Sports & Media", a annoncé la Premier League, qui a donné son feu vert à la vente "avec effet immédiat" de l'actuel 19e du championnat d'Angleterre. En réponse à la défiance suscitée par cette opération d'envergure, l'instance qui chapeaute le football anglais de clubs a indiqué avoir reçu "des garanties légalement contraignantes que le Royaume d'Arabie saoudite ne contrôlera pas le Newcastle Football Club."

Lire aussi

Et pour cause : l'ombre du prince héritier Mohammed ben Salmane plane sur ce rachat. Il préside d'ailleurs le PIF, le nouvel actionnaire principal. L'ONG Amnesty International s'est ainsi alarmé de cette reprise par un fonds souverain d'Arabie saoudite, qualifiant la situation des droits humains de "désastreuse" dans le pays du Golfe. Malgré un démenti des autorités locales, "MBS" est, aussi, accusé par des responsables turcs et américains d'avoir "validé" l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, en octobre 2018, dans le consulat saoudien à Istanbul par un commando d'agents venus d'Arabie saoudite. 

Des actifs estimés à 400 milliards d'euros

Si la reprise de Newcastle par le fonds financé par l'Arabie saoudite ne passe pas auprès des autres clubs anglais, qui "craignent que la marque de la Premier League ne soit endommagée", selon The Guardian, les fans des Magpies sont, eux, aux anges. Des milliers d'entre eux se sont rassemblés, juste après l'annonce du rachat, devant le stade du club pour faire la fête. "Newcastle est la meilleure équipe du monde et nous voulons la voir remporter des trophées au top niveau, en Angleterre et en Europe", a affirmé Amanda Staveley, qui siège désormais au conseil d'administrateur du club, dont elle détient 10% des parts.

Une ambition sur le long terme pour redorer le blason des Magpies, autrefois prétendants au titre de champion. Revenu en Premier League en 2017 après un an en Championship, l'équivalent de la Ligue 2, le club populaire du nord de l'Angleterre se bat cette saison pour sa survie dans l'élite. "Nous avons les mêmes ambitions que Manchester City et le PSG en termes de trophées, c'est vrai, mais cela prendra du temps", a indiqué la femme d'affaires, dans des propos rapportés par le Daily Mail. "Nous voulons gagner la Premier League d’ici à cinq à dix ans. Cette prise de contrôle est extrêmement transformatrice. Nous voulons voir des trophées. Mais, pour cela, nous avons besoin d'investissements, de temps, de patience et de travail d'équipe." 

De l'argent, ce n'est pas ce qui fera manquera. Le Daily Telegraph croit savoir que les nouveaux dirigeants de Newcastle auraient déjà réservé une enveloppe de 220 millions d'euros pour renforcer l'équipe lors du prochain mercato hivernal. Une somme astronomique, mais une goutte d'eau dans le sable pour le PIF, dont les actifs s'élèvent à 400 milliards d'euros. À titre de comparaison, Qatar Investment Authority, le fonds qui chapeaute QSI, propriétaire du PSG, est valorisé autour des 250 milliards d'euros. Un puits de cash quasiment sans fond qui fait (potentiellement) de Newcastle le club le plus riche du monde.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quels sont les départements où le nombre de cas augmente à nouveau ?

Le permis à points est-il sans effet sur la mortalité routière ?

Ces propositions qu'Eric Zemmour emprunte au programme 2017 de François Fillon

Texas : trois enfants abandonnés dans une "maison de l'horreur" avec le cadavre de leur frère

Femme de ménage, j’ai plusieurs employeurs, lequel me versera l'aide de 100 euros ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.