Accident de Romain Grosjean : qu'est-ce que le halo, cet arceau qui a sauvé la vie du Français ?

Accident de Romain Grosjean : qu'est-ce que le halo, cet arceau qui a sauvé la vie du Français ?

TECHNOLOGIE - Le pilote français est un miraculé. Ce dimanche à Bahreïn, la voiture a été coupée en deux lors d'un choc avec les barrières de sécurité, avant de prendre feu. Un danger qui l'a amené à revoir sa position sur le halo de sécurité.

Dimanche 29 novembre, aux balbutiements du Grand Prix de Bahreïn, Romain Grosjean a été victime d’un accident à peine croyable, sa voiture se brisant en deux à 220 km/h dans les barrières de sécurité, avant de prendre feu. Par miracle, le pilote de 34 ans est ressorti des flammes, aidé par l’équipe de secours venue sur les lieux.

Son salut, Romain Grosjean le doit en grande partie au halo, un arceau de sécurité venant protéger la tête du pilote. Dans une vidéo postée sur son compte Instagram, le pilote tricolore a mis l’accent sur ce dispositif, dont il n'était guère défenseur au moment de sa mise en place : "Je n'étais pas favorable au halo il y a quelques années mais je ne serais pas là pour vous parler aujourd’hui sans cela." Mais en quoi consiste-t-il ?

Le poids d'un bus londonien

Proposé aux écuries en 2016 avant sa mise en place en 2018, cet arceau avait été critiqué par de nombreux pilotes, notamment pour son manque d’esthétisme et le fait qu'il nuise à l'aérodynamisme. Niki Lauda, ancien champion de la discipline, victime d'un effroyable accident en 1976, s’était farouchement opposé à ce dispositif : "Le halo détruit l'ADN de la F1. Le risque pour les pilotes est devenu minime."

Néanmoins, le dispositif a fait ses preuves en cas d’accident. En forme de trépied, cette pièce de 7 kg composée de titane est capable de résister à un pneu lancé à plus de 220 km/h et peut soutenir le poids d’un bus londonien à deux étages. En cas de crash, cette protection peut également supporter un poids de 12 tonnes, et une force de plus de 50 G.

Lire aussi

Il ne fait aucun doute que le halo a été le facteur décisif dans cette situation.- Ross Brawn, le manager de la F1

Ce système a été proposé après l'accident mortel du Français Jules Bianchi, lors du Grand Prix du Japon à Suzuka, le 5 octobre 2014. Ce dernier avait perdu le contrôle de sa Formule 1 et percuté un engin de levage, provoquant une grave blessure à la tête. Une blessure qui le plongera dans le coma, jusqu’à sa mort le 17 juillet 2015, à seulement 25 ans.

Pour le manager de la F1, Ross Brawn, le halo a bel et bien sauvé la vie de Romain Grosjean, puisqu’il a permis de résister à un fractionnement de la barrière. "Le fractionnement de la barrière était un problème classique il y a quelques années et il en résultat normalement un décès. [] Il ne fait aucun doute que le Halo a été le facteur décisif dans cette situation et qui a sauvé Romain", a-t-il déclaré.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN DIRECT - Covid-19 : des chiffres "effroyables" au Royaume-Uni, Johnson met en cause le nouveau variant

EN DIRECT - Justin Trudeau sera le premier dirigeant étranger avec lequel Joe Biden va s'entretenir

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

Lire et commenter