Formule 1 : la hiérarchie chamboulée, vraiment ?

Formule 1 : la hiérarchie chamboulée, vraiment ?

SPORT
DirectLCI
REGLEMENTS – Après quatre saisons dominées par la Red Bull de Sebastian Vettel, l'arrivée des nouveaux moteurs V6 cette année devrait modifier les rapports de force en F1. Pourtant, à en croire les spécialistes, les favoris devraient rapidement retrouver leur rang. Le GP de Malaisie en apportera sans doute la preuve dès ce week-end.

Ne pas tirer de conclusions hâtives. Au sortir du premier Grand Prix de la saison, le 16 mars dernier à Melbourne, les plus optimistes, sans doute lassés de voir Sebastian Vettel au sommet depuis 4 ans, s’enflammaient devant un podium inédit et deux anciens champions du monde (Vettel et Lewis Hamilton) à l'arrêt. La hiérarchie était chamboulée et l’intérêt pour la Formule 1 relancé.

Pourtant, tirer des enseignements d'un premier GP rendu chaotique par l'arrivée des nouveaux moteurs V6 était allé un peu trop vite en besogne. Car à y regarder de plus près, les deux Ferrari de Fernando Alonso (4e) et Kim Raikkonen (7e) ont fini dans les points, tout comme Mercedes (avec la victoire de Nico Rosberg) et Red Bull (avec la 2e place de Daniel Ricciardo avant disqualification), qui ont prouvé que leurs voitures étaient déjà compétitives.

Hamilton, Raikkonen et Vettel vont jouer les premiers rôles en Malaisie

"On a vraiment entendu tout et n'importe quoi sur la conséquence des nouveaux règlements, confie à metronews l'ancien pilote Jean Alesi. Course après course, les choses vont se remettre en place et la poussière va un peu retomber". Pour le nouveau consultant Canal+ pas de doutes, l'arrivée des nouvelles motorisations a évidemment changé beaucoup de choses dans les monoplaces et la gestion des courses, mais le Championnat du monde ne devrait pas être totalement bouleversé pour autant.

"A mon avis, la hiérarchie restera de toute façon plus ou moins la même, car ce sont toujours les plus forts qui gagnent, poursuit celui qui a officié chez Ferrari entre 1991 et 1995. C'est un peu une évidence de dire ça, mais en F1, les grosses écuries s'adaptent toujours plus vite que les petites." Ainsi, Red Bull, Mercedes et Ferrari devraient rapidement être au rendez-vous.

Vendredi déjà, lors des premiers essais libres en Malaisie, ce sont ces trois équipes qui ont trusté les premières places et qui devraient en faire de même dimanche sur la piste de Sepang. Avec sans doute un petit avantage pour le constructeur allemand, comme l'explique Alesi pour qui "Mercedes est parvenu à faire le power unit (l'équilibre entre la motorisation thermique, électrique et le turbo sur le V6, ndlr) plus vite que les autres".

"La Red Bull sera à nouveau la voiture à battre"

Une avance qui ne devrait pas durer si l'on en croit Alain Prost, comme il nous l'avait expliqué avant le début de la saison . Pour l'ancien champion du monde (1985, 1986, 1989 et 1993), lui aussi consultant sur la chaîne cryptée qui diffuse le GP de Malaisie dimanche à partir de 10 heures, "la Red Bull est la plus belle voiture du plateau. Quand elle va retrouver son niveau de performance, Vettel sera à nouveau dans le coup."

Analyse partagée par celui qui a été son pilote du temps de l'écurie Prost Grand Prix (1997-2001) : "C'est difficile de contrarier Alain car on ne l'appelle pas 'Le Professeur' pour rien, raconte Alesi. Red Bull peut toujours compter sur son ingénieur en chef Adrian Newey, qui a toujours fait des voitures incroyables. A un moment ou un autre, la RB10 va redevenir la voiture à battre." Comme les années précédentes.

Sur le même sujet

Lire et commenter