Froome se serait dopé avec l'aide de l'UCI, qui dément les accusations

Froome se serait dopé avec l'aide de l'UCI, qui dément les accusations

DOPAGE - Le dernier vainqueur du Tour de France aurait reçu, selon le JDD, l'aide de l'union cycliste internationale pour ingérer des corticoïdes, dans le cadre d'une autorisation à usage thérapeutique. Un traitement qui aurait boosté ses performances.

C'est un fait bien connu du peloton et des amateurs de cyclisme. Christopher Froome est asthmatique. A ce titre, le dernier vainqueur du Tour de France est autorisé à utiliser un spray de type "bêta-2 agonistes et corticoïdes inhalés".

Mais selon les informations du  Journal du dimanche , le leader de la Sky aurait demandé et reçu l'aide de l'UCI pour obtenir une autorisation à usage thérapeutique (AUT), lui permettant de prendre par voie orale de la prednisolone. Un corticoïde ingéré chaque jour à hauteur de 40 milligrammes. Le tout en plein Tour de Romandie, qu'il a remporté début mai. Selon l'hebdomadaire, la dose de ce produit, aux vertus stimulantes sur le système nerveux, aurait permis au champion de passer ''une semaine tranquille'' du côté de la Suisse.

Des liens avec le président de l'UCI

Et si cette autorisation pose question, c'est d'abord parce que les corticoïdes sont officiellement interdits. Plus encore, c'est la façon dont elle lui a été octroyée qui étonne. Dans ce genre de cas, le règlement prévoit que des experts se réunissent avant de rendre leur décision. Pour l'Anglais, ce passe-droit aurait finalement été validé par le seul directeur médical de l'UCI, le Docteur Mario Zorzoli. Le journal s'interroge sur l'excès de zèle de ce dernier, qui connaissait la relation qu'entretiennent Froome et Brian Cookson, président de… l'UCI.

La demande d'usage de ce médicament aurait dû entraîner le forfait du cycliste. ''Si un coureur ou un sportif présente un état de santé nécessitant l'usage d'un tel traitement, c'est en théorie qu'il n'est pas capable de prendre le départ d'une course'', précise au JDD le Dr Gérard Guillaume médecin de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Mais Froome, lui, avait coché cette épreuve comme l'un des passages obligés dans sa préparation en vue de la Grande Boucle, qui s'élancera le 5 juillet depuis Leeds (Angleterre).

Selon l'UCI tout a été fait "en conformité avec les règlements"

En marge de la dernière étape du Dauphiné, dimanche, le manager de la Sky, Dave Brailsford a tenu à démentir ses informations. "Nous avons suivi les règles, nous respectons les procédures, a-t-il insisté. L’UCI va vérifier ce qu’on a fait mais nous sommes dans les clous. Chris était malade. Il toussait beaucoup. Notre équipe médicale a demandé une AUT d’urgence à l’UCI et Zorzoli nous a dit ce qu’on pouvait faire ou non.''

Dimanche, quelques minutes après l'arrivée du Critérium du Dauphiné,  l'Union cycliste internationale s'est défendue, dans un communiqué , de toute erreur dans la procédure d'administration d'une AUT. "L’autorisation à usage thérapeutique de Christopher Froome pour une utilisation orale de glucocorticoïdes a été accordée le 29 avril 2014 sur la base des antécédents médicaux détaillés du coureur et en conformité avec les règlements de l'UCI et les directives relatives de l'AMA." Si l'ensemble des parties concernées par l'affaire se sont exprimées, l'avis de l'Agence mondiale antidopage (AMA), qui enquête aussi sur l'affaire, est désormais attendu.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Israël/Palestine : plus de 150 morts depuis la reprise des violences, l'essentiel à Gaza

Val-de-Marne : une adolescente de 17 ans tuée à coups de couteau, le suspect arrêté

EN DIRECT - Cévennes : après sa reddition, Valentin Marcone "était dans une volonté de dialogue"

VIDÉO - "Une femme libérée et de pouvoir" : Amandine Petit a défilé en Marianne à Miss Univers

EN DIRECT - Covid-19 : la pression hospitalière toujours à la baisse, moins de 4300 patients en réa

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.