Gianni Infantino espère l’instauration de la vidéo lors de la Coupe du monde 2018

Gianni Infantino espère l’instauration de la vidéo lors de la Coupe du monde 2018

FOOTBALL - La vidéo dans le football, c’est pour bientôt. Gianni Infantino, le nouveau président de la Fifa, interrogé par les lecteurs du journal Le Parisien, espère qu’elle sera instaurée lors de la Coupe du monde 2018 au Qatar.

Une page dans la fabuleuse histoire du football va bientôt se tourner. Celle où les erreurs humaines faisaient partie intégrante d’une rencontre. Désormais, les décisions arbitrales sont soumises à de nouveaux moyens modernes. L’apparition de la goal-line technology était un premier pas pour aider les hommes en noir. L’instauration de la vidéo en sera un autre. Gianni Infantino espère d’ailleurs qu’elle sera instaurée dès la Coupe du monde 2018 au Qatar. Dans un long entretien accordé aux lecteurs du journal Le Parisien, le président de la Fifa, assure que de nombreux tests seront effectués pendant les deux prochaines années. La décision finale devrait être prise en mars 2018.

Batterie de tests pendant deux ans

Pourtant, Gianni Infantino n’était, au départ, pas forcément favorable à l’apport de la vidéo dans le football.  "J’étais sceptique car j’avais peur que la vidéo n’ait un impact sur la fluidité du jeu. Mais je me suis rendu compte lors des tests que ce n’est pas le cas", explique-t-il dans Le Parisien. Une prise de position contraire à celui qu’Infantino côtoyait à l’UEFA, Michel Platini. L’ancienne numéro 10 de la Juventus jugeait en mars 2016 que la vidéo était "une mauvaise chose". "Je pense que ce n'est pas bien et que cela ne marchera pas. Si on me prouve le contraire, tant mieux. Mais il ne faut pas que le business des sociétés qui travaillent sur la vidéo l'emporte. Il y a beaucoup de lobbying dans ce domaine", indiquait le Français, suspendu quatre ans de toute activité liée au football pour avoir reçu 1,8 million d’euros de la Fifa.

Lire aussi

    D’autre part, l’Italien a réitéré sa volonté de faire passer la Coupe du monde à 48 sélections nationales, afin de "développer le football dans plus de pays". "Une Coupe du monde ce n’est pas qu’un événement sportif, c’est quelque chose d’énorme au point de vue social. Et il n’y a rien de plus fort qu’une qualification pour un Mondial, cela emballe un pays pendant six mois", assure Gianni Infantino, qui explique que cette nouveauté pourrait être mise en place lors de la Coupe du monde 2026 (dont le pays hôte n’a pas encore été choisi). 

    En vidéo

    Enjeux de sport : Focus sur Gianni Infantino le nouveau président de la FIFA

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

    EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 cas ces dernières 24 heures

    "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

    VIDÉO - Victime de violences conjugales, Camille Lellouche se livre dans "Sept à Huit"

    VIDÉO - Sur les côtes anglaises, les habitants assistent consternés à l'arrivée de centaines de migrants

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.