Golf : Ryder Cup, la glorieuse histoire d'une compétition légendaire

Golf : Ryder Cup, la glorieuse histoire d'une compétition légendaire

GOLF - Du 28 au 30 septembre prochains, la compétition la plus attendue de la planète golf va se jouer pour la première fois en France, à Saint-Quentin-en-Yvelines, en Île-de-France. Avant ce grand rendez-vous, l'un des événements sportifs les plus suivis sur la planète, LCI vous propose une petite remise à niveau pour tout comprendre à la Ryder Cup.

La Ryder Cup est au golf ce que la Coupe du monde est au football. C'est simple, il n'existe rien de comparable pour les amoureux de la petite balle blanche. Avec le Mondial de football, les Jeux olympiques et le Tour de France, la compétition, fondée par Samuel Ryder en 1927, fait figure de monument dans le paysage sportif. Tous les deux ans, chaque édition mobilise plus de 250.000 spectateurs et 750 millions de téléspectateurs à travers la planète. Ce qui en fait l'un des événements les plus regardés au monde. Du 28 au 30 septembre, fait exceptionnel, la Ryder Cup se jouera en France, à Saint-Quentin-en-Yvelines, en Île-de-France.


Du vendredi au dimanche, le Golf national, l'écrin de la Fédération française de golf où se joue chaque année l'Open de France, va accueillir pour la première fois cet événement démesuré et sans pareil. La 42e édition de l'épreuve-phare du golf va mettre aux prises les 24 meilleurs joueurs d'Europe et des États-Unis, répartis en deux équipes de 12 golfeurs. À quelques jours des premiers coups de clubs, LCI revient sur l'histoire de cette compétition hors norme. 

Samuel Ryder, le mécène du golf

La Ryder Cup trouve son origine dans la passion d'un homme, philanthrope dans l'âme, Samuel Ryder. Né en 1858, cet Anglais est le précurseur de la vente par correspondance. Fan de cricket qu'il pratique avec assiduité, l'entrepreneur âgé de 50 ans se tourne vers une autre activité en plein air, le golf, pour des raisons médicales. Le sujet de sa Majesté, désireux de perfectionner sa technique, engage un joueur professionnel, Abe Mitchell, qui lui donne des leçons privées. À son contact, il découvre la vie des golfeurs de l'époque, mal payés et peu considérés. Pour la suite, il fera du développement de la discipline une obsession permanente.


En 1926, le promoteur Ryder met sur pied un match d'exhibition entre deux équipes professionnelles, une formation américaine et une autre britannique, sur le parcours du Wenworth Club au Royaume-Uni. Mais en raison d'une grève générale, la moitié des Américains ne peuvent pas se rendre sur le lieu-dit. Les fidèles de l'Oncle Sam se présent tout de même sur le green avec une équipe loin d'être au niveau. Sans grande surprise, les États-Unis s'inclinent lourdement. À la demande de l'Association américaine des golfeurs professionnels (PGA), l'édition 1926 est finalement jugée caduque et n'est pas prise en compte. 

Emballé par ce coup d'essai, Samuel Ryder rêve de démocratiser l'événement qu'il a aidé à créer. Il fait réaliser un trophée en or par Mappin and Webb, estimé à 300 livres qu'il prévoit de remettre aux vainqueurs l'année suivante. Il s'agit d'une coupe de 14 carats à la forme fine et singulière, surmontée de la figure d'un golfeur dont la silhouette est fortement inspirée d'Abe Mitchell, le professeur de golf de l'homme d'affaires anglais. En 1927, trop malade pour voyager, il ne peut assister à la première édition de la Ryder Cup, joué aux États-Unis, au Worcester Country Club. Il va patienter jusqu'en 1929 pour voir de ses propre yeux ce qu'il a accompli.

Un format particulier et indémodable

Au fil du temps, la Ryder Cup s'est ouverte au monde. Jusqu'en 1971, les matches se déroulaient uniquement entre l'équipe des États-Unis et l'équipe de Grande-Bretagne. En 1973, l'équipe britannique associe des Irlandais. Il faut attendre 1979 pour que l'ensemble des golfeurs européens puissent intégrer la formation. Une manière de rendre l'épreuve plus compétitive. L'édition 2001, qui devait avoir lieu après les événements du 11 septembre, oblige les organisateurs à reporter l'événement d'une année. Depuis cette date, la compétition, qui avait lieu historiquement les années impaires, se déroule les années paires.

Si la compétition a évolué, la formule elle n'a guère changé. Pendant trois jours, du vendredi au dimanche, les douze meilleurs golfeurs de chaque camp s'affrontent avec pour seul objectif de soulever le précieux sésame. Les deux premières journées sont consacrées aux matches en duos, avec une session de quatre matches en foursome (les deux joueurs, habillé d'une même tenue sans sponsor, jouent alternativement la même balle) et en fourball (chaque joueur joue sa propre balle). La dernière journée est réservée aux 12 matches en simple. La première équipe à atteindre le score de 14 points et demi est déclarée gagnante. Chaque duel rapporte un point au vainqueur, un demi-point pour chaque joueur en cas d'égalité. Si la Ryder Cup se termine à égalité 14-14, c'est l'équipe tenante du titre - les États-Unis en 2016 - qui repart avec le trophée.

Une disette américaine en Europe

Elles sont loin les années où la Ryder Cup était la propriété exclusive des États-Unis. Après un long passage à vide, l'équipe européenne a retrouvé des couleurs au début des années 90 avant de faire main basse sur le trophée à l'aube du XXIe siècle. Cela s'est traduit par une première série de victoires en 2002, 2004 et 2006 puis une nouvelle série en 2010, 2012 et 2014. Une domination encore plus flagrante sur le Vieux Continent. Pour voir une victoire américaine sur le sol européen, il faut remonter à 1993 au Belfry de Wishaw, au Royaume-Uni. Une hégémonie que les États-Unis entendent bien mettre à mal cette année sur le green tricolore.  

En vidéo

On a visité le Golf national, l'écrin qui va accueillir la Ryder Cup

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ryder Cup, la légende arrive en France

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter