Handball : Philippe Médard, l'ancien gardien de l'équipe de France, est mort à 58 ans

SPORT

DISPARITION - Il avait été un des grands artisans de l'épopée des "Bronzés" lors des JO de Barcelone en 1992 où les Bleus avaient remporté la médaille de bronze. Philippe Médard est décédé ce vendredi à l'âge de 58 ans d'une longue maladie.

Triste jour pour le handball français. Si depuis les "Barjots", les "Costauds" et les "Experts", les Bleus nous ont habitué aux bonnes nouvelles et aux titres, ce samedi, l'équipe de France est en deuil. Car elle a perdu un de ses "Bronzés", premier surnom donné à ses joueurs lors de leur magnifique médaille de bronze lors des Jeux olympiques de Barcelone, en 1992 : Philippe Médard.

Âgé de 33 ans au moment des JO, ce gardien de but aux 188 sélections (entre 1983 et 1992), passé, entre autres, par Gagny, Saint-Maur ou Nîmes en club, avait été l'un des grands acteurs de cette superbe épopée olympique. Une première médaille sur la scène internationale pour le hand tricolore qui doit donc beaucoup à Médard, notamment décisif lors du match opposant la France à l'Espagne au 1er tour, durant lequel, infranchissable, il avait évité aux "Bronzés" de passer à la trappe en début de tournoi.

Lire aussi

"Sa disparition est terrible. Il était peut-être le plus doué de sa génération. Il est aussi celui qui a le plus brûlé la chandelle par les deux bouts; et ce n'est pas seulement une formule. Il était malade depuis un certain temps et son organisme était fatigué", a commenté l'ancien sélectionneur de l'équipe de France (1985-2001) Daniel Costantini.

En vidéo

Handball : de l’Elysée aux plateaux télévisés… les joueurs de l’équipe de France à l’honneur

C'est d'ailleurs à la suite de cette quinzaine olympique que "Mémé", son surnom, avait décidé de prendre sa retraite internationale, avant de poursuivre sa carrière à Boulogne. Moins connu que ses coéquipiers des JO de Barcelone (Philippe Gardent, Jackson Richardson, Stéphane Stoecklin...), Philippe Ménard reste un des pionniers du hand français. Et celui qui a ouvert la voie à ces illustres successeurs.

Lire et commenter