Handball : Vincent Gérard, gardien contre les extrêmes

SPORT
EXPERTS - L'équipe de France dispute, jeudi, son premier match de qualifications à l'Euro 2016 face à la République tchèque. Elle pourra s'appuyer sur son gardien, Vincent Gérard, aussi déterminé face aux tireurs sur un terrain que pour combattre certains discours politiques en dehors.

Il aurait dû avoir le sourire. Le 25 mai dernier, Vincent Gérard est désigné meilleur gardien de l'élite, conclusion d'une saison fabuleuse où il a remporté le titre national avec Dunkerque et le titre européen en équipe de France. Mais il y a un mais. ''Je voudrais d'abord vous faire part de ma tristesse, commence alors le portier de 27 ans sur scène. Aujourd’hui, le FN a fini en tête des élections européennes.'' Et ça, ç'a le don de l'énerver.

''Il nous avait dit le jour même d'aller voter et on sait tous qu'il est plutôt à gauche'', sourit Benjamin Afgour, son coéquipier dans le Nord. ''Disons que je suis contre les extrêmes, contre ceux qui cherchent des bouc-émissaires'', nuance Gérard. ''On est bien placés, nous handballeurs, reprend le gardien. A Dunkerque on est champions de France avec un Hongrois, un Tunisien, un Algérien. On voit que différentes cultures peuvent cohabiter.''

Des principes à la Claude Onesta

"Activiste" aussi sur Twitter, ce fils de professeurs évoque des ''valeurs'' avec une humanisme qu'il admet un peu ''utopique''. Lui parle de ''peuple'', de ''modèle à penser pour la France'' quitte à ''refonder profondément'' le système, et surtout d'éducation, qui ''permet d'élever le peuple''. Une conscience politique que ne renierait pas son sélectionneur, Claude Onesta, lequel aime rappeler son appartenance à une famille communiste.

''Mais faire le constat c'est facile, améliorer les choses c'est plus dur. C'est comme dans le sport'', n'hésite pas à comparer le Mosellan de naissance, qui en 2012, avait apporté publiquement son soutien au candidat Hollande. Si le handballeur n'exclut pas de se lancer en politique à la fin de sa carrière, un Vincent Gérard existe déjà dans le milieu. Un homonyme, candidat Front National battu aux dernières élections municipales à Limoges. ''Il y a aussi un philosophe et un artiste qui ont le même nom que moi. Il fallait bien un canard boiteux'', sourit le handballeur.

Sur le même sujet

Lire et commenter