Baisse des violences entre supporters autour et dans les stades

Baisse des violences entre supporters autour et dans les stades

INFO LCI – Depuis le début du championnat, 388 interpellations ont été réalisées par les policiers dans et autour des stades à l'occasion de rencontres sportives. Les violences et agressions sont en baisse.

Des supporters de plus en plus disciplinés ? Depuis ce mardi, les 99 policiers "correspondants hooliganisme" sont réunis en séminaire à Lyon pour faire le bilan, à mi-saison, des violences entre supporters. Premier constat : les interpellations de supporters sont en baisse. Depuis la première journée, 388 arrestations ont été dénombrées (toutes compétitions confondues), soit une moyenne de 17 interpellations par journée. Contre 772 sur l’ensemble de la saison dernière, soit une moyenne de 20 interpellations par journée.

"La violence dans et autour des stades baisse. C’est une constante depuis plusieurs années en France. Alors que ce n’est pas forcément le cas dans des pays voisins", explique auprès de LCI le commissaire Antoine Boutonnet, patron de la division de lutte contre le hooliganisme (DNLH). La raison : "On travaille beaucoup en partenariat, en coproduction de sécurité, avec les clubs, les associations pour trouver des solutions", se félicite-t-il.

Baisse des interdictions de stade

Parmi ces 388 interpellations, 36% concernent des violences et des agressions, 21% un usage pyrotechnique, 15,4% des reventes illégales de billets, 8,5% la consommation interdite d’alcool, 8% la détention de stupéfiants,  et 5% l’intrusion de supporters sur la pelouse des stades.

Outre la baisse des délits lors des matchs, le nombre de supporters interdits de stade est aussi en baisse : 115 interdictions administratives et 142 judiciaires à l’heure actuelle, contre 152 administratives et 160 judiciaires l’année dernière à la même époque.

Fin des "fights" programmées entre supporters

"On connait aujourd’hui une situation assainie dans les enceintes sportives", poursuit le "Monsieur Hooligans" de la police nationale. Mais il prévient : "Ça ne veut pas dire que les comportements ne peuvent pas changer. On a parfois des événements isolés : des rixes entre supporters qui se croisent de façon inopinée sur une aire d’autoroute par exemple. Mais on n’observe plus de fights programmées entre fans".

Ce bilan à la baisse est aussi à relativiser au regard de l’état d’urgence en vigueur depuis novembre 2015 qui a permis aux autorités d’interdire plus facilement et en nombre certains déplacements de supporters jugés à risque. Les associations de supporters et les avocats de défense des supporters dénoncent régulièrement des mesures trop restrictives.

Lire aussi

En vidéo

Les hooligans expliqués en dessin et en une minute par Bridoulot

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 62 blessés parmi les forces de l'ordre, 81 interpellations

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Lire et commenter