Italie-Angleterre : un dimanche décisif dans la course au Ballon d'or ?

Le Ballon d'Or France Football 2019 va être décerné ce lundi 2 décembre.

FINALES - Jorginho, Sterling, Kane... plusieurs joueurs pourraient prendre une option sur le prestigieux Ballon d'or lors d'Italie-Angleterre (21h). Cependant, la finale de la Copa America entre le Brésil et l'Argentine (2h du matin) risque bien d'être encore plus décisive.

La finale de l'Euro entre l'Italie et l'Angleterre est le plus grand match de cette année 2021. Disputé tous les quatre ans à l'inverse de la Copa America (tous les deux ans) et de la Ligue des champions des clubs (tous les ans), le championnat d'Europe ne cède en majesté qu'à la Coupe du monde, qui attendra l'année prochaine. Pourtant, il n'est pas dit que le Ballon d'or revienne à un des protagonistes du match, on vous explique pourquoi.

Toute l'info sur

Euro 2021 : l'Italie s'offre un 2e sacre

Le trophée de France Football est déterminé en fonction de trois critères : les performances individuelles et collectives (palmarès) pendant l'année, la classe du joueur (talent et fair-play) et sa carrière. Au vu du premier critère, les années de grande compétition, les vainqueurs sont largement avantagés. C'est ainsi que Zidane a été nommé en 1998, Ronaldo en 2002, Fabio Cannavaro en 2006, Cristiano Ronaldo en 2016... En application de ce critère, des joueurs comme Raheem Sterling côté anglais ou Jorginho côté italien pourraient tirer leur épingle du jeu.

Le Transalpin a en effet remporté la Ligue des champions avec Chelsea, ce qui le distingue de ses coéquipiers. Il aurait donc en cas de victoire de l'Italie le meilleur palmarès de l'année. De l'autre côté des Alpes, on veut en tout cas y croire. Le tableau est similaire pour Raheem Sterling. Lui n'a pas remporté la Ligue des champions, mais il a atteint la finale avec Manchester City. Il est le joueur décisif de l'Angleterre dans cet Euro... alors, pourquoi pas ?

Harry Kane, joueur papable

Le mécanisme d'attribution est plus compliqué que cela. De par les deuxièmes et troisièmes critères, mais également en raison de la starisation du foot depuis quelques années, le vainqueur du Ballon d'or doit avoir ce statut supplémentaire qui le démarque des autres. Les vainqueurs sont quasiment toujours des stars au long cours. 

Or, des joueurs comme Jorginho se fondent dans un collectif. Sterling n'est pas l'homme principal de son club où le talent de ses partenaires, on pense par exemple à Kevin de Bruyne, éclipsent ses performances. Le jury privilégiant historiquement les profils offensifs, le Citizen et sa carrière semblent plus à même de l'emporter en cas de succès, mais rien ne serait sûr.

Côté anglais, un favori pourrait ainsi en cacher un autre. Contrairement à son coéquipier, Harry Kane est une star incontestée du football mondial et un joueur considéré depuis plusieurs saisons comme un des meilleurs attaquants du monde. Sterling a fini une fois douzième Ballon d'or en 2019, Kane a lui été deux fois dixième en 2017 et 2018. S'il venait à donner la victoire aux Anglais en marquant, dimanche, l'attaquant de Tottenham deviendrait par la-même le meilleur buteur de la compétition ex aequo avec Ronaldo, après avoir dominé le classement en Premier League (23 buts). Il deviendrait un des grands favoris pour la récompense individuelle suprême, qu'importe si Sterling a en réalité été meilleur sur la compétition. Sauf qu'en ce qui le concerne, cela resterait fragile. Un seul homme peut ce dimanche prendre une option quasi-définitive sur le trophée doré, et il jouera à Rio. 

Messi, encore, toujours

Qui de mieux que Lionel Messi pour succéder à Lionel Messi ? Au vu de sa saison en club, beaucoup de monde, serait-on tenté de répondre. Auteur tout de même de 38 buts et de 14 passes décisives, l'Argentin n'a remporté "que" la Coupe du Roi avec Barcelone cette année. Mais la Pulga a, cette fois-ci, gardé le meilleur pour sa sélection. Depuis le coup d'envoi de la Copa America, Messi est inarrêtable. Il a marqué quatre buts et délivré cinq passes décisives en six matchs.

Son succès, acquis dans la nuit de samedi à dimanche en finale, se révèle être un évènement marquant dans l'histoire du sport. Non seulement l'Albiceleste n'avait plus remporté la Copa depuis 1993, et les trois échecs en finale de Messi restaient comme un point noir de sa carrière (2007, 2015, 2016). Le scénario de la victoire, sa première avec la sélection argentine, rajoute encore un petit peu plus de poids à ce résultat. L'Argentine a disputé la finale au Maracana de Rio, face au Brésil, son ennemi juré, dans ce même stade où les Allemands avaient douché les locaux puis les visiteurs pour emporter le titre mondial de 2014 (7-1 contre le Brésil, 1-0 a. p contre l'Argentine en finale). Grâce à ce succès, le natif de Rosario chasse définitivement les questions qui entourent encore ses performances avec son pays, s'affirmant d'autant plus, quelques mois après la mort de Maradona, comme une légende argentine.

Vainqueur quatre fois d'affilée entre 2009 et 2013, détenteur de six Ballons d'or, Messi est toujours un choix légitime quand on se demande qui est le meilleur joueur du monde. En l'absence d'évidence, cela pourrait jouer en sa faveur. Il est le favori de nombreux bookmakers devant Harry Kane et... Robert Lewandowski.

L'ombre Lewandowski

Cette édition 2021 du Ballon d'or est particulière car elle vient deux ans après la précédente, et cela risque de modifier les votes. L'année dernière, le choix du joueur du Bayern Munich aurait été une certitude comme il n'en existe pas encore cette fois-ci. Privé du trophée par le coronavirus, le Polonais pourrait être récompensé cette année, où il a de nouveau fait parler de lui.

En retrait au niveau collectif, Lewandowski a brillé individuellement. Certes, son Euro s'est terminé de façon précoce puisque la Pologne a été éliminée dès les poules, mais l'attaquant a marqué trois buts en trois matchs et n'y est pas pour grand-chose. Le Bayern est sorti en quart de finale de Ligue des champions contre le PSG, mais il était absent et enchainait les  triplés.  En championnat, il a battu le record de Gerd Müller en inscrivant 41 buts en seulement 29 matchs. Une performance extraordinaire venue rappeler le talent de celui qui est sans doute le meilleur attaquant du monde, et l'un des favoris, malgré tout, d'un trophée "2020 et 1". 

Lire aussi

Finalement, la seule certitude à l'aube de ces deux finales, c'est le doute. La richesse des scénarios envisageable rend difficile de distinguer le nom des favoris du trophée lundi, et ce d'autant plus que les mois de septembre et octobre pourraient s'avérer décisifs. L'effet de récence peut ainsi sacrer un vainqueur surprise dans les derniers instants.

On se rappelle notamment de Michael Owen désigné à la surprise générale grâce à son triplé en Allemagne juste avant les votes (victoire 5-1) ou, à l'inverse, de Zidane qui avait perdu le trophée en 2000 à cause d'un coup de boule infligé fin octobre en Ligue des champions face à Hambourg. Impossible donc d'effacer les chances de joueurs comme Neymar ou Kylian Mbappé. Vous pouvez cependant compter sur les journalistes des vainqueurs pour faire la promotion de leur poulain dès le coup de sifflet final demain.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

EN DIRECT - Covid-19 : la Martinique se reconfine dès vendredi

PHOTO - Emmanuel Macron préside un conseil des ministres depuis son avion, un fait inédit

Covid-19 : le pass sanitaire élargi entrera en vigueur le 9 août

Le tableau des médailles des JO de Tokyo : la France stagne, après l'or en aviron

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.