Jeux Olympiques : à Osaka, le relais de la flamme fait les frais du Covid-19

Jeux Olympiques : à Osaka, le relais de la flamme fait les frais du Covid-19

COUAC - Le relais de la flamme olympique devrait éviter la métropole d'Osaka, dans l'ouest du Japon, en raison d'une nouvelle augmentation des infections au Covid-19.

La flamme olympique n'est pas épargnée par le Covid-19. Son traditionnel relais, qui a débuté le 25 mars avec comme point de mire les Jeux de cet été, va devoir éviter la métropole d'Osaka ces prochains jours. En cause : une nouvelle augmentation des infections.

Théoriquement, la flamme doit traverser le département d'Osaka les 13 et 14 avril, en commençant par la ville de Sakai et en terminant par celle d'Osaka. Mais selon plusieurs médias nippons, le gouverneur Hirofumi Yoshimura a posé son véto : il souhaite l'annulation de l'étape du relais de la flamme olympique dans sa ville.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

"Nous pensons que cela entre dans la catégorie des sorties non indispensables et qu'il faut éviter les foules dans la ville d'Osaka", a-t-il déclaré selon le journal Mainichi. Selon des médias locaux, le maire d'Osaka, Ichiro Matsui, a également demandé que le relais évite la ville. "C'est très malheureux, mais le relais de la flamme doit être annulé", a-t-il dit, selon le journal Nikkei.

Des étapes annulées en cas de foules trop importantes

Des responsables à Osaka n'ont pas immédiatement commenté les déclarations attribuées au maire de la ville et au gouverneur du département du même nom où elle est située. Mais difficile de ne pas les prendre au sérieux : le gouvernement japonais se préparerait à imposer de nouvelles mesures de lutte contre le Covid-19 dans certaines zones d'Osaka et deux autres départements.

Les Jeux olympiques de Tokyo, retardés d'un an en raison de la pandémie, doivent se tenir du 23 juillet au 8 août prochain. Malgré la situation sanitaire, le relais de la flamme olympique a démarré le 25 mars à Fukushima, les organisateurs espérant qu'il contribuera à créer un élan d'enthousiasme pour ces Jeux affectés par la crise sanitaire mondiale. Reste à savoir si cette dernière ne va pas prendre le dessus. 

Lire aussi

Les règles exigent déjà que les spectateurs le long du parcours du relais portent des masques et évitent d'acclamer les relayeurs. Les organisateurs, eux, ont déclaré que des étapes pourraient être annulées en cas de foules trop importantes. L'annulation d'Osaka ne devrait d'ailleurs pas être un cas isolé : le gouverneur d'un autre département a également laissé entendre qu'il pourrait demander que le relais n'y passe pas si les mesures de lutte contre le virus ne sont pas renforcées.

Vous aimez le sport ? Découvrez le podcast du "club Margotton" où les plus grands athlètes, se livrent au micro de Grégoire Margotton

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Club Margotton, c'est un micro tendu vers l'excellence. Le récit de destins hors du commun. Ils ou elles ont enflammé des stades, repoussé leurs limites... Athlètes, entraîneurs, dirigeants, leurs parcours nous a fait vibrer et ils ont un peu changé nos vies. Ces femmes et ces hommes, pas comme les autres, se livrent au micro de Grégoire Margotton.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une usine nucléaire iranienne touchée par un acte de "terrorisme antinucléaire"

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

Du Stade de France au centre vaccinal de Dreux, les vaccinodromes ont sonné bien creux ce dimanche

Lire et commenter