VIDÉO - JO d'hiver : que s'est-il passé avec la robe de Gabriella Papadakis ?

PAS DE CHANCE - Médaillés d'argent olympiques, le duo Clermontois avait été déconcentré par un problème de garde-robe lors de leur programme court, mardi 19 février. Un souci qui aurait pu leur coûter leur chance de médaille.

Grande chance de médaille d’or ou d’argent pour la délégation française, les patineurs Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron n'auront finalement pas vu leurs espoirs de podium ruinés par leur début de JO contrarié. Tout était pourtant loin d'être gagné quand commençant à peine leur programme court dans la compétition de danse sur glace, ce lundi, la paire française a été déconcentrée par un problème de garde-robe. 


En effet, la robe de Gabriella Papadakis s’est détachée au tout début de leur programme ce qui a fortement perturbé le couple. Mais ces grands champions ont réussi à passer outre cette difficulté. Ils ont terminé deuxièmes du programme court juste derrière leurs rivaux n°1 la paire canadienne Tessa Virtue et Scott Moir, auteur d'un nouveau record du monde (83,67 pts).

Un tour de cou qui se dégrafe

A peine quelques secondes après le début de leur programme, le tour du cou qui retient, avec deux fines bretelles, le top à franges vertes et jaunes de la patineuse, se détache. La patineuse avait pourtant pris soin de consolider les agrafes  par quelques points de couture avant de patiner.

Par la suite, le duo français tente tout pour ne pas laisser se laisser déstabiliser par l’incident. Vers la fin de leur programme, le sein gauche de la patineuse est apparu brièvement à l’écran, laissant craindre le pire pour leur note finale.

"Mon pire cauchemar est arrivé aux Jeux olympiques. Ça m'a beaucoup déconcentrée", a regretté Gabriella Papadakis, visiblement émue à sa sortie de la glace. "C'est arrivé dans les premières secondes du programme, je me suis dit que je n'avais pas le choix, qu'il fallait continuer. C'est ce qu'on a fait. On peut être fiers de nous parce qu'on a été capables de faire une super performance malgré ce qui est arrivé", a-t-elle raconté, le visage marqué.


"C'était dans notre esprit pendant tout le programme, c'est sur le twizzle (série de pas tournants, ndlr) que ça nous a le plus affectés, parce que quand vous tournez, c'est dur de garder votre robe alors qu'elle ne tient plus", a ajouté son partenaire Guillaume Cizeron.

En cas d’arrêt, 5 points en moins

Du côté des entraîneurs, la question de demander l’arrêt du programme pour régler ce problème s’est posée mais elle a rapidement été écartée. En effet, cette demande aurait coûté cinq points de pénalité à la paire française, une pénalité qui aurait ruiné du même coup leurs espoirs de titre. 


"Quand j'ai vu la robe se défaire, j'ai regardé Romain (ndlr : Haguenauer qui entraîne également Papadakis et Cizeron) et je lui ai dit : 'On fait quoi ? Est-ce qu'on crie pour arrêter la musique ?' Romain m'a répondu : 'Ils perdent cinq points s'ils s'arrêtent'", a raconté Marie-France Dubreuil, une des entraîneurs de Gabriella Papadakis.

Des nerfs d'acier

Admirative, Marie-France Dubreuil a salué la performance du duo. "Je ne connais aucune autre fille qui aurait été capable de finir la performance de cette façon même avec le haut complètement défait. Elle a des nerfs d'acier (…). Guillaume a essayé de lui remonter pour qu'ils puissent continuer, ils ont fait un travail d'équipe incroyable."


Après cet incident malheureux, le couple n'a pas fait de détail et s'est remobilisé, mardi 20 février, lors de leur programme libre, leur spécialité. Avec 1,74 point de retard, leur sans-faute, record du monde du programme libre à la clé, n'aura pas suffi. Avec 0,79 point de retard, ils ont tout de même décroché une magnifique médaille d'argent.

La robe la plus chère de la carrière de Gabriella

Paradoxe : la robe au tour de cou si fragile est la plus chère jamais portée par Gabriella Papadakis. Elle est composée d'un top, retenu par un tour de cou et deux fines  bretelles, et d'une jupe aux franges vertes et dorées abondemment strassés. Un  ensemble qui a demandé une douzaine d'heures de travail pour la confection et  la peinture des franges, plus une vingtaine d'heures rien que pour poser les  strass.  Ce qui a fait grimper en flèche son prix, autour de 2.800 euros. A titre de  comparaison, la longue robe bleue aérienne, largement échancrée dans le dos,  qu'elle portera mardi pour la danse libre ne coûte que 400 euros. Il s'agit d'une "forme très simple qui demande  d'être parfaitement ajustée", selon Sophie Thomas, la couturière qui habille les couples de danseurs de l'équipe de France depuis six ans . 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jeux olympiques d'hiver 2018 : le monde a rendez-vous à Pyeongchang

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter