JO 2024 : un an avant la décision du CIO, tour d'horizon des villes candidates

JO 2024 : un an avant la décision du CIO, tour d'horizon des villes candidates

ATTENTE - C’est dans un an, le 13 septembre 2017, à Lima, au Pérou, que le Comité international olympique rendra sa décision sur la ville hôte des JO en 2024. Alors qui de Paris, Rome, Los Angeles ou Budapest succédera à Tokyo ? Petit tour d’horizon des candidatures en lice.

  • 1Paris

    Dans une interview accordée ce mardi au Parisien, Anne Hidalgo, la maire de la capitale française se veut optimiste quant aux chances de Paris d’organiser les Jeux en 2024. "Avoir la possibilité d’organiser des Jeux à Paris, ce serait un signal extraordinaire de confiance en notre pays et pour cette jeunesse qui doit avoir un horizon. Je ne vois pas de projet plus fédérateur et plus porteur pour ça que les Jeux olympiques". Depuis de nombreux mois, politiques et sportifs mettent tout en oeuvre pour tenter de séduire les membres du CIO. Après trois échecs en 25 ans, Paris espère enfin décrocher les étoiles. Elle fait figure de grande favorite avec Los Angeles.
  • 2Los Angeles

    C’est sûrement la candidature la plus dangereuse pour Paris. Après Atlanta, les Américains veulent de nouveau revoir les Jeux sur leur sol, 28 ans après. En cas de victoire, cela serait la troisième fois que la ville californienne accueillerait les JO, après 1932 et 1984. Avec déjà de nombreuses infrastructures déjà prêtes, les organisateurs espèrent même faire de nombreux bénéfice. "Los Angeles peut espérer que les revenus dépasseront les dépenses, un excédent qui serait consacré à la jeunesse et aux citoyens de la ville", prédit Kevin De Leon, le président démocrate du Sénat de Californie. La Cité des Anges compte également créer de nombreuses nouvelles lignes de train et de métro. Pour ne pas étouffer dans les bouchons comme à Rio. Attention candidature très sérieuse.
  • 3Budapest

    La capitale hongroise est sûrement la moins médiatique de toutes les villes candidates mais son dossier demeure tout de même solide. Budapest promet des Jeux olympiques à moindre coût, avec des déplacements réduits. Selon les chefs de projet de la candidature, la majorité des sites sont déjà existants. "Le coût par habitant entre 2017 et 2024 sera équivalent à un verre de bière par mois", assurent les Hongrois. Si Budapest raflait la mise, cela serait la première fois que les Jeux se dérouleraient en Europe centrale.
  • 4Rome

    La capitale italienne est sûrement la moins bien positionnée pour recevoir les jeux olympiques en 2024. A tel point qu’elle pourrait même déclarer forfait avant la réunion du CIO, le 13 septembre 2017. Il faut dire que le torchon brûle entre Virginia Raggi, la maire de Rome fraîchement élue, et le chef du gouvernement, Matteo Renzi. L’édile, issue du Mouvement 5 Etoiles (M5E) de Beppe Grillo, avait déjà assuré que les Jeux olympiques n’étaient pas une priorité pour une ville dont la dette atteint 13 milliards d’euros. Vendredi 9 septembre, le blog du M5S publiait même une tribune, dont le titre ne pouvait pas être plus clair : "Les Jeux à Rome ? Non merci". Chou blanc donc.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

    EN DIRECT - Variant Omicron : 13 cas détectés parmi les passagers qui ont atterri aux Pays-Bas

    "Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

    EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

    Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

    Lire et commenter
    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.