JO d'hiver : de Rio à Pyeongchang, l’incroyable destin de Pita Taufatofua

SPORT
INCROYABLE – En 2016, il avait fait sensation en défilant lors de la cérémonie d’ouverture des JO de Rio en tenue traditionnelle et le corps huilé. Dix-huit mois plus tard, Pita Taufatofua était à nouveau ce vendredi le porte-drapeau des îles Tonga, mais aux Jeux d’hiver de Pyeongchang. L’occasion pour l'ancien taekwondoiste de s’offrir, cette fois, un destin olympique hivernal inattendu.

D’une Olympiade à l’autre, du soleil à la neige. Voilà le destin inattendu de Pita Taufatofua, porte-drapeau des îles Tonga lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016. Dix-huit mois plus tard, le taekwondoiste est de retour sous les anneaux olympiques enneigés de Pyeongchang (Corée du Sud), mais en tant que fondeur cette fois.


Et comme à Rio, il a fait forte impression lors du défilé de la cérémonie d’ouverture. Car comme sous le soleil brésilien, Pita Taufatofua, une fois encore porte-drapeau et une fois encore le corps huilé (et pour cause puisqu'il est le seul représentant de son pays), a fait son entrée sur la scène olympique… torse nu et en tenue traditionnelle tongienne, tongs comprises. Malgré le froid polaire régnant actuellement en Corée du Sud (il fait environ -10° !). 

15 kilos en moins depuis Rio

Pita Taufatofua s’était lancé un challenge après les JO 2016. "Après Rio, j’ai décidé de trouver le sport le plus difficile qui existe, parce que j’avais besoin d’un nouveau défi," explique-t-il sur le site officiel des JO. "Et le sport le plus difficile, c’est le ski de fond !" Alors, le natif du Pacifique s’est mué en skieur. Et il s’était donné un an pour devenir un candidat aux Jeux olympiques. "J’ai sacrifié 20 ans de ma vie à devenir un athlète olympique des Jeux d’été et un an pour ceux d’hiver", résume-t-il.


"Ce gars a l'air plus à son avantage le torse luisant d'huile de coco qu'avec des skis aux pieds", avait dit de lui Petter Northug, lors de l’épreuve de sprint des Championnats du monde de ski de fond à Lahti (Finlande). Moqueur, le champion norvégien ? Un brin réaliste alors que Taufatofua avait terminé la course 153e sur 156 participants. Mais, à sa décharge, il n’avait que quatre semaines de skis au pied avant d’arriver sur la neige finlandaise. Quasiment un an plus tard, quinze kilos en moins sur la balance, il se lance donc un dernier défi à 34 ans, histoire de montrer aux enfants sans abri dont il s’occupe que rien n’est impossible.


Pita Taufatofua n'est pas le premier athlète à tenter le doublé Jeux olympiques hiver et été. Mais seulement six d'entre eux ont réussi à ramener une médaille dans chacune des compétitions. Dernière en date, l'Américaine Lauryn Williams avait été médaillée d'argent en athlétisme sur 100m en 2004 avant de décrocher le bronze en bob à 2 en 2014. Mais peu de chance que le Tongien fasse aussi bien, même si l’expérience sera forcément incroyable, mais très probablement de courte durée, pour lui. Pita Taufatofua doit se lancer à l’assaut de l’épreuve du sprint masculin mardi 13 février pour les qualifications. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jeux olympiques d'hiver 2018 : le monde a rendez-vous à Pyeongchang

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter