JO d'hiver : avant le relais messieurs du biathlon, Martin Fourcade se paye Pierre Ménès sur Twitter

PASSE D'ARMES - A quelques heures de son relais messieurs en biathlon ce vendredi, Martin Fourcade s'est amusé à "fusiller" le chroniqueur football de Canal Plus Pierre Ménès, auteur d'un billet acerbe sur les Jeux olympiques d'hiver dans CNews Matin. Les deux hommes se sont titillés sur Twitter.

Ce vendredi matin, Martin Fourcade a eu une drôle de manière de préparer son relais messieurs à Pyeongchang. Sur Twitter, le biathlète s'est frotté au chroniqueur football de Canal Plus Pierre Ménès, auteur d'un billet acerbe sur les Jeux olympiques d'hiver dans CNews Matin et intitulé "Mais c'est où Pyeongchang ?". Dans cette publication, le journaliste explique, sans langue de bois, se désintéresser des JO.


"Je concède bien volontiers que je me désintéresse de ces Jeux olympiques de Pyeongchang avec une force invraisemblable" lance-t-il en préambule avant de déclarer que "le fait qu’ils se déroulent en Corée du Sud, avec un décalage horaire monstrueux, ça n’aide pas à s’y intéresser." Ménès salue néanmoins le travail de Martin Fourcade : "C'est formidable ce qu'il réalise. Mais s’il n’était pas français, qui s’intéresserait franchement au biathlon, à part trois anciens chasseurs alpins ?" Pour rappel, le sacre du Français sur la mass start dimanche dernier a été suivi par 6,4 millions de télespectateurs ...

L'athlète français le plus titré des Jeux, été et hiver confondus avec cinq médailles d'or au total, n'a pas tardé à réagir à cet article critique. "Documenté, pertinent et plein d'entrain. Le meilleur du journalisme et de @Pierre Ménès" a ainsi rétorqué Fourcade, qualifié par la suite de "stagiaire" par le chroniqueur. "Le stagiaire t'embrasse !" a alors répondu Fourcade du tac-au-tac, avec une photo le pouce levé à l'appui.

"Bon, ton sport ne m'intéresse pasPierre Ménès à Martin Fourcade, sur Twitter

Une publication qui a surpris Ménès, qui s'est étonné que le champion communique à deux heures de la course : "À deux heures d’une course ? Admettons. Respect pour tes médailles. Bon ton sport m’intéresse pas mais tu t’en fous. Et tu as bien raison".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jeux olympiques d'hiver 2018 : le monde a rendez-vous à Pyeongchang

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter