JO d'hiver de Pyeongchang : comme à Sotchi, Marie Martinod prend l'argent sur le ski half-pipe

ET DE 11 ! - L'équipe de France a décroché sa onzième médaille des JO de Pyeongchang mardi. Au terme de la compétition de ski half-pipe, Marie Martinod a accroché la deuxième place pour offrir à la France sa troisième médaille d'argent (pour 4 en or et 4 en bronze). Il y a quatre ans à Sotchi, la skieuse de La Plagne avait déjà été sacrée vice-championne olympique.

Une bien bonne habitude. Quatre ans après une première médaille d'argent décrochée à Sotchi, Marie Martinod a remis ça mardi 20 février à Pyeongchang en se classant de nouveau deuxième des JO en ski half-pipe. Seulement devancée par la Canadienne Cassie Sharpe (25 ans), la skieuse de La Plagne offre ainsi à la France sa onzième médaille dans ces JO d'hiver 2018. La troisième place est revenue à l'Américaine Brita Sigourney.

Vice-championne du monde l'an dernier dans la Sierra Nevada, la skieuse française a vécu une finale somme toute assez tranquille alors que la deuxième Tricolore qui devait y prendre part, Anaïs Caradeux, a renoncé au dernier moment en raison d'une blessure à l'oeil droit (hématome). Deuxième des qualifications la veille derrière - déjà - Cassie Sharpe, la native de Bourg-Saint-Maurice s'est installée à la deuxième place du classement dès son premier run avec 92,20 points. Son deuxième passage, encore plus réussi, lui permettait de gratter quelques dixièmes mais pas de rattraper sa rivale canadienne (92,60 contre 95,80), les deux jeunes femmes n'allant ensuite pas au bout de leur troisième et dernier run. Brita Sigourney arrachait pour sa part le bronze avec 91,60 points.

Elle a skié avec une blessure au coccyx

"C’est chouette, s'est immédiatement réjoui Marie Martinod (33 ans) au micro de nos confrères de France Télévisions. Déjà hier (ndlr : lundi, lors des qualifications) j’étais super bien sur mes skis. Ce matin, je me demandais si j’allais être aussi bien. Mais c’est génial de se laisser surprendre. J’ai une bonne étoile. Elle me suit partout, tout le temps. Je me sens très, très chanceuse, sur mes skis et dans la vie. Il faudrait que je revoie mon deuxième run mais je crois que j’ai raté quelque chose alors qu’aux JO il faut faire des runs parfaits."

Quasi parfaite techniquement, propre dans ses réceptions, la Française a sans doute perdu l'or sur un (tout) petit manque d'amplitude dans ses sauts, sa petite faiblesse par rapport à Sharpe. Et puis, elle a dû composer avec une gêne physique dont elle a révélé l'existence juste après avoir conquis l'argent olympique pour la deuxième fois de suite : "J’ai une fract… enfin j’ai un problème au coccyx depuis une semaine et il ne fallait absolument pas que je pose le c.. par terre", a-t-elle avoué sur France TV. Une blessure qui donne encore plus d'ampleur et plus de saveur à cette nouvelle médaille d'argent. Chapeau !

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jeux olympiques d'hiver 2018 : le monde a rendez-vous à Pyeongchang

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter