JO de Sotchi : agents secrets, contrôles trafiqués et médaillés tricheurs, soupçons de dopage d'Etat en Russie

JO de Sotchi : agents secrets, contrôles trafiqués et médaillés tricheurs, soupçons de dopage d'Etat en Russie

SCANDALE - Quelques mois après la confirmation d'un système de dopage dans l'athlétisme russe, voilà que le pays est à nouveau sur le banc des accusés. L'ancien patron du laboratoire de Moscou, réfugié aux Etats-Unis, expliquant en effet qu'une organisation similaire a été mise en place pendant les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi.

Une bombe. Voilà ce qu'a lâché jeudi soir Grigory Rodchenkov sur le site Web du New York Times. Pour faire simple dans cette histoire où l'Etat et ses services ont tout fait pour organiser puis cacher les pratiques dopantes des athlètes, l'ancien patron du laboratoire de Moscou révèle l'existence d'un vaste système durant les JO de Sotchi en 2014, le tout supervisé par Moscou. Une organisation qui aurait permis à la Russie de terminer à la première place du tableau des médailles, avec 33 podiums, dont 13 titres olympiques.

"Nous étions très bien équipés, nous savions ce que nous avions à faire et nous étions parfaitement préparés pour Sotchi, comme jamais auparavant. Cela a fonctionné comme une horloge suisse", explique notamment M. Rodchenkov. Pour preuve, "des douzaines d'athlètes russes, dont 15 médaillés olympiques" auraient ainsi profité de ce système. Sont notamment évoqués 14 membres de l'équipe de ski de fond, le double champion olympique de bobsleigh Alexandre Zubkov et Alexandre Tretiakov, médaillé d'or en skeleton.

Une petite trappe dans le laboratoire antidopage de Sotchi...

Autant de tricheurs qui seraient passés entre les mailles du filet, grâce à l'aide de l'Etat Russe, organisateur des Jeux de Sotchi. Car, comme l'affirme M. Rodchenkov, les athlètes tournaient  grâce à un cocktail associant trois stéroïdes anabolisants (méténolone, trenbolone et oxandrolone) qu'il mélangeait à de l'alcool pour réduire la fenêtre durant laquelle ils pouvaient être détectés. Charge ensuite aux services secrets russes d'échanger durant la nuit les échantillons urinaires "sales" prélevés par des "propres"...

Pour étayer ces accusations, M. Rodchenkov a fourni au New York Times des échanges de courriers électroniques avec le ministère russe des Sports dans lequel sont mentionnés les athlètes profitant de ce programme. Il a également fourni une photo montrant une petite trappe dans le laboratoire antidopage de Sotchi utilisée par les services secrets russes pour échanger les échantillons. Une dénonciation que Grigory Rodchenkov effectuent depuis les Etats-Unis, où il vient de trouver refuge, après avoir dû démissionner fin 2015 à cause du scandale qui éclabousse l'athlétisme russe et quitter son pays, car craignant pour sa vie.

À LIRE AUSSI 
>>  La Russie absente des Jeux olympiques 2016 ? >> Toute l'actu sport de metronews

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation franchit la barre des 2000

VIDÉO - Allemagne : les restrictions drastiques imposées aux non-vaccinés divisent

VIDÉO - Chèque énergie exceptionnel : voici quand vous allez recevoir les 100 euros d'aide

Congrès LR pour la présidentielle 2022 : Éric Ciotti et Valérie Pécresse exposent leurs différences sur LCI

Covid-19 : l'Allemagne impose des restrictions drastiques aux non-vaccinés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.