JO de Tokyo : Riner, Ferrand-Prévot, Mayer... les meilleures chances de médailles françaises

Teddy Riner (judo), Pauline Ferrand-Prévot (VTT) et Kévin Mayer (décathlon) portent les espoirs tricolores à Tokyo.

ON MISE SUR EUX - Forte d'une délégation de 378 athlètes, la France a l'objectif de récolter 42 médailles aux Jeux de Tokyo, qui débutent vendredi 23 juillet. LCI vous propose de découvrir (de manière non exhaustive) les plus belles chances de titres françaises.

Ils sont 378 à représenter la France à Tokyo. Après une moisson record de 42 médailles à Rio (10 en or, 18 en argent, 14 en bronze), une de plus qu'à Pékin, la délégation française s'est fixée un objectif similaire pour les JO d'été, qui s'ouvrent vendredi 23 juillet au Japon. "On vise une quarantaine de médailles", a annoncé la ministre déléguée chargée des Sports Roxana Maracineanu, lundi 19 juillet, sur France Inter. Une ambition en adéquation avec les prédictions sportives de la plateforme statistique Gracenote, qui prend en compte notamment les résultats des grandes compétitions depuis les derniers Jeux.

À trois ans du grand rendez-vous de Paris 2024, la France raflerait 42 récompenses, dont 7 en or, 13 en argent et 22 en bronze. Elle finirait à la 7e place au classement des médailles, dominé par les États-Unis (96 breloques, dont 40 en or, 27 en argent et 29 en bronze). "En raison de l'impact de la pandémie du Covid-19, les Jeux de Tokyo s'annoncent comme les plus imprévisibles de l'histoire", prévient toutefois le spécialiste des statistiques. Avant les Jeux de Rio, il avait surestimé le potentiel français avec un prévisionnel de 47 médailles pour 12 titres. Les Bleus étaient rentrés du Brésil avec 42 podiums et 10 titres. 

Toute l'info sur

Tokyo 2021 : des JO sous le signe du Covid

La délégation tricolore "semble sur le point de connaître le succès en escrime, en judo et en athlétisme", prédit Gracenote dans ses notes. De Teddy Riner et Clarisse Agbegnenou en judo à Kevin Mayer au décathlon, sans oublier Charline Picon à la voile et Pauline Ferrand-Prévot en VTT, LCI fait un tour d'horizon (non exhaustif) des médaillés d'or potentiels lors des Jeux olympiques de Tokyo. 

Teddy Riner - Judo

Une légende au pays du judo. Dans la mythique salle du Nippon Budokan, Teddy Riner, titré à Londres et Rio, vise une troisième couronne olympique. Un exploit seulement réussi par le Japonais Tadahiro Nomura, médaillé d'or en 1996, 2000 et 2004 chez les moins de 60 kg. Pas épargné physiquement depuis les derniers Jeux, à l'instar d'une grave blessure au genou en février 2021 qui aurait pu le coûter sa place aux JO, le décuple champion du monde a de nouveau goûté à la défaite pour la première fois depuis 2010 et 154 combats. Il s'est incliné contre Kokoro Kageura, en février 2020, au Grand Slam de Paris.

À Tokyo, il n'y aura pas de revanche sur les tatamis. Le récent champion du monde des plus de 100 kg n'a finalement pas été retenu pour représenter le Japon. Malgré cette absence de taille, le pensionnaire du PSG Judo ne manquera pas de rivaux chez les +100 kg, à l'image du local Hisayoshi Harasawa, sa victime en finale des Jeux de Rio en 2016. À lui de prouver qu'il est toujours "Teddy Winner".

Pour suivre Teddy Riner (heure française) :

- Vendredi 30 juillet, à partir de 4h : +100 kg (H)

- Samedi 31 juillet, à partir de 4h : épreuve par équipes mixte

Clarisse Agbegnenou - Judo

Une porte-drapeau en mission à Tokyo. Il ne lui manque que l'or olympique. Battue en finale à Rio en 2016, Clarisse Agbegnenou n'a qu'une obsession : conquérir, enfin, le Graal suprême. Depuis les derniers Jeux, la numéro 1 mondiale a pris le dessus sur ses concurrentes chez les moins de 63 kg. Elle s'est adjugée quatre titres mondiaux et trois médailles d'or européennes en une olympiade. À 28 ans, la judoka française est d'ores et déjà la Tricolore la plus titrée de l'histoire. Celle qu'on surnomme "Gnougnou", réanimée dès sa venue au monde avec son jumeau Aurélien, est une battante. Elle aura à cœur de le montrer sur les tatamis, face à la Slovène Tina Trstenjak, qui lui avait chipé le titre olympique, il y a cinq ans au Brésil. 

Pour suivre Clarisse Agbegnenou (heure française) :

- Mardi 27 juillet, à partir de 4h : -63 kg

- Samedi 31 juillet, à partir de 4h : épreuve par équipes mixte

Kévin Mayer - Décathlon

L'Olympe comme objectif. Il s'était révélé à Rio en 2016, en repartant avec la médaille d'argent. Cinq ans plus tard, Kévin Mayer a confirmé tout le potentiel aperçu sur le tour de piste du Maracanã. Il s'est affirmé en salle comme en plein air. Son record d'Europe en salle de l'heptathlon en 2017 (6479 points) et son record mondial du décathlon en 2018 (9126 points), ravi à la légende américaine Ashton Eaton, en font l'une des principales chances françaises en athlétisme. Sacré champion d'Europe en salle en mars 2021, il a gagné en confiance avant d'arriver à Tokyo. Ça tombe bien puisque le licencié de l'ACM devra affronter Damian Warner. Le Canadien a établi la meilleure performance mondiale de l'année lors du meeting de Götzis en Autriche, le 30 mai dernier. Il a inscrit 8995 points, à seulement 131 points du record du Français. 

Pour suivre Kévin Mayer (heure française) :

- Mercredi 4 août, à partir de 2h : 100m, longueur, poids, hauteur et 400m

- Jeudi 5 août, à partir de 2h : 110m haies, disque, perche, javelot, 1500m

Renaud Lavillenie - Saut à la perche

Sera-t-il revenu à son meilleur niveau à temps ? C'est l'incertitude qui règne autour de Renaud Lavillenie. En or à Londres en 2012 et en argent à Rio quatre ans plus tard, le perchiste tricolore a été stoppé dans son élan, victime d'une entorse à la cheville gauche le 11 juillet à l'entraînement au meeting de Sotteville-Lès-Rouen. Il a ressauté pour la première fois, mercredi 21 juillet, à dix jours des qualifications. "La cheville réagit plutôt bien, c'est rassurant et encourageant pour les jours à venir", a-t-il écrit dans un tweet, assorti d'une vidéo d'un saut. À Tokyo, l'ancien recordman du monde, supplanté par le Suédois Armand Duplantis, chassera un nouveau podium olympique. Reste à voir s'il pourra lutter avec "Mondo" pour l'or.

Pour suivre Renaud Lavillenie (heure française) :

- Samedi 31 juillet, à partir de 2h40 : qualifications

- Mardi 3 août, à partir de 12h20 : finale (si qualification)

Mélina Robert-Michon - Lancer de disque

Elle a tout d'un des tubes de l'été. Vice-championne olympique en 2016, où elle avait battu le record de France (66,73m), et vingt fois championne de France (de 2000 à 2021, sauf 2010 et 2018), Mélina Robert-Michon est la reine française du disque. Dans cette discipline qui demeure confidentielle, la quadragénaire (42 ans) fait figure de phare pour le camp tricolore. À Tokyo, elle participe à ses sixièmes Jeux, avec l'ambition de décrocher la timbale : l'or olympique. Élue "Athlète française de l'année" à trois reprises, en 2013, 2016 et 2018, une première pour une sportive, la licenciée au Lyon Athlétisme aurait pu débarquer au Japon avec le statut de porte-drapeau des Bleus. Un honneur qui est finalement revenu à Clarisse Agbegnenou. La discobole cherchera sans doute se consoler cet été avec un nouvel exploit olympique. 

Pour suivre Mélina Robert-Michon (heure française) :

- Samedi 31 juillet, à partir de 2h30 : qualifications

- Lundi 2 août, à partir de 13h : finale (si qualification)

Vincent Luis - Triathlon

Et si c'était lui ? Vincent Luis, double champion du monde en titre, veut marquer l'histoire du triathlon. Leader d'une équipe de France taillée pour jouer les podiums, le triathlète de 32 ans ambitionne de devenir le premier Français médaillé depuis l'entrée de la discipline au programme olympique en 2000 à Sydney. Le Rémois, licencié au Sainte-Geneviève Triathlon, peut même envisager de se parer deux fois d'un métal avec le relais mixte, présent pour la première fois aux Jeux et programmé cinq jours après l'épreuve individuelle. Au Japon, il aura surtout une revanche personnelle à prendre sur les Jeux olympiques de Rio, où il avait terminé une décevante 7e place. Une contre-performance qu'il a toujours dans un coin de la tête.

Pour suivre Vincent Luis (heure française) :

- Lundi 26 juillet, à partir de dimanche 23h30 : épreuve individuelle

- Samedi 31 juillet, à partir de 00h30 : relais mixte

Lire aussi

Samir Aït Saïd - Gymnastique artistique

Un rêve qui va enfin aboutir. À 31 ans, Samir Aït Saïd vit une forme de résurrection. Sportif aguerri, pratiquant la gymnastique et les sports de combat, le spécialiste des anneaux n'a pas eu une histoire simple avec la grand-messe olympique. En 2012, il n'avait pas pu se rendre à Londres, à cause d'une fracture du plateau tibial. Quatre plus tard, à Rio, il avait vu l'expérience tournée court, après une mauvaise réception sur un saut en qualifications. Sa jambe brisée en équerre, double fracture tibia péroné, avait terrifié le monde entier. À Tokyo, le porte-drapeau de la délégation française rêve en grand. Il a promis de se battre pour l'or, son objectif avoué, pour arriver à Paris en 2024 avec le titre de seigneur des anneaux.

Pour suivre Samir Aït Saïd (heure française) :

- Samedi 24 juillet, à partir de 3h : qualifications

- Lundi 2 août, à partir de 10h : finale (si qualification)

Charline Picon - Voile

Le vent souffle dans sa voile. Titrée à Rio, Charline Picon a l'objectif ambitieux de devenir la première femme double championne olympique dans sa discipline. La planchiste, six fois médaillée mondiale et quintuple championne d'Europe, voudra absolument conserver son dû. Seul le Néerlandais Dorian van Rijsselberge l'a déjà fait en 2012 et 2016. Revenue à la compétition en 2018, après avoir donné naissance à sa fille Lou, la Rochelaise de 36 ans a montré qu'elle était toujours armée pour jouer les premiers rôles. Un premier rôle qu'assurera aussi sa principale rivale, la Néerlandaise Lilian de Geus, 4e à Rio. 

Pour suivre Charline Picon (heure française) :

- Dimanche 25 juillet, à partir de 8h05 : RS : X

- Lundi 26 juillet, à partir de 5h05 : RS : X

- Mercredi 28 juillet, à partir de 5h15 : RS : X

- Jeudi 29 juillet, à partir de 6h05 : RS : X

- Samedi 31 juillet, à partir de 7h30 : course pour la médaille

Pauline Ferrand-Prévot - VTT

Elle veut se réconcilier avec les Jeux. Pauline Ferrand-Prévot a tout gagné dans sa carrière. Triple championne du monde cross-country (2015, 2019, 2020), elle a fait de sa polyvalence sa force. Elle est capable de gagner aussi bien des épreuves de VTT que de cyclisme sur route (championne du monde 2014) et de cyclo-cross (championne du monde 2015). Pourtant, "PFP" court toujours après le titre olympique, le seul qu'il manque à son immense palmarès. Contrainte à l'abandon à Rio en 2016, elle avait subi un échec cinglant à Londres, quatre ans plus tôt, en terminant à la 26e place du country-cross. À Tokyo, elle aura forte à faire face à sa compatriote Loana Lecomte. Il n'y aura pas d'amitié qui tienne. 

Pour suivre Pauline Ferrand-Prévot (heure française) : 

- Mercredi 27 juillet, à partir de 7h : cross-country

Enzo Lefort - Escrime

De l'or au bout du fleuret. Sacré champion du monde en 2019, une première pour un fleurettiste depuis Philippe Omnès en 1990, Enzo Lefort est une chance de médaille en puissance pour la France. Le médaillé d'argent par équipes à Rio en 2016 et d'or aux Mondiaux 2019 a pour ambition d'aller chercher l'or en individuel et avec ses compagnons. Son arme a donné à l'escrime française son dernier champion olympique individuel. En 2004, à Athènes, Brice Guyart s'était paré d'or. Et si c'était enfin son tour en 2021 ?

Pour suivre Enzo Lefort (heure française) :

- Lundi 26 juillet, à partir de 2h25 : épreuve individuelle

- Dimanche 1er août, à partir de 2h : épreuve par équipes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Une voiture percute une terrasse de bar à Paris : un mort, six blessés 

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

Quatrième vague : jeunes, non-vaccinés, femmes enceintes... Quel est le profil des patients hospitalisés ?

Le ministre Alain Griset est convoqué au tribunal pour omission de déclaration de patrimoine

EN DIRECT - JO de Tokyo : la judokate Romane Dicko médaillée de bronze en +78 kg

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.