JO d'hiver 2018 : le comité d'organisation présente ses excuses après le "smartphonegate"

POLÉMIQUE - Après avoir décidé de ne pas offrir aux athlètes iraniens et nord-coréens des smartphones Samsung, contrairement aux autres délégations, le président du comité d'organisation des Jeux a envoyé une lettre d'excuses au responsable du comité olympique iranien pour mettre un terme à cette affaire.

C’est une affaire qui a failli virer à l’incident diplomatique. Mercredi, le Comité international olympique (CIO) a décidé d'offrir des smartphones dernier cri du constructeur et sponsor sud-coréen Samsung à tous les athlètes engagés. A quelques exceptions près. En effet, dans un premier temps, deux délégations n’ont pas eu la chance de bénéficier de ces téléphones ultra-modernes, à savoir celles de l’Iran et de la Corée du Nord, en raison des sanctions internationales touchant ces deux pays.


Ce samedi, devant la polémique naissante du "smartphonegate", le président du POCOG (le comité d'organisation des Jeux de Pyeongchang) a envoyé une lettre d'excuses au responsable du comité olympique iranien dans le but d’apaiser la situation. "Une lettre a été envoyée aujourd'hui par le président du POCOG M. Lee Hee-beom au chef de mission du Comité national olympique iranien afin de présenter des excuses pour le malentendu lié à la distribution de téléphones portables aux athlètes iraniens", a expliqué le comité d'organisation dans un communiqué avant d’ajouter : "Le Comité international olympique a confirmé que les athlètes iraniens étaient autorisés à recevoir et conserver les téléphones."

L'Iran vent debout

Devant les vives protestations des athlètes et des autorités iraniens qui avaient notamment menacé Samsung de représailles commerciales, le CIO avait rétropédalé et accepté dès jeudi de fournir des smartphones aux  concurrents des deux pays concernés, à condition que les Nord-Coréens rendent les appareils avant leur retour au pays. Sur les réseaux sociaux iraniens, un mot-clé "Non aux produits Samsung" avait aussi vu le jour. Vendredi, l'agence de presse sud-coréenne Yonhap a indiqué que les sportifs nord-coréens avaient de leur côté refusé les smartphones offerts, sans qu’aucune raison officielle ne soit avancée.


Un responsable de Samsung avait également contacté l'ambassadeur iranien en Corée du Sud Hassan pour s'excuser, mais malgré ce geste, les  athlètes de la République islamique avaient refusé vendredi d'aller chercher les smartphones olympiques. Dans son communiqué de samedi, le Comité d'organisation a assuré que Samsung "n'a pas été impliqué dans le processus de prise de décision lié à la distribution des smartphones".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jeux olympiques d'hiver 2018 : le monde a rendez-vous à Pyeongchang

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter