"Très nul sur ces deux dernières balles ": l'immense déception de Fourcade, 5e sur le 20 km du biathlon

SPORT
ÉCHEC - C'était une course pour l'histoire. Au terme d'un 20km dantesque et semé d'embûches, notamment au tir, Martin Fourcade a tout tenté pour conserver son titre, mais Johannes Boe, son plus grand rival, s'est imposé. Le français est arrivé avec 42 secondes de retard sur le Norvégien et échoue au pied du podium.

Le défi était immense, la course pouvait être historique et, dans un sens, elle l'a été. Ce midi, heure française, Martin Fourcade est entré dans l'histoire, s'il en avait encore besoin..., mais pas forcément comme il l'aurait voulu. Sur la piste d'Alpensia, celle qui lui a permis de remporter la médaille d'or en poursuite, ce jeudi, ce titre sur 20 km en individuel ne pouvait pas lui échapper. Et pourtant... Après deux échecs au tir en fin de course, Martin Fourcade n'a pu monter sur le podium et échoue à la cinquième place. 

C'est beaucoup de colèreMartin Fourcade

Au dernier tour, en échouant sur deux tirs, la médaille d'or s'est éloignée, celle d'argent également, le bronze disparaissait peu à peu et c'est au pied du podium que le champion est arrivé. Il a eu beau se démener sur la neige et tout donner après cet échec, il n'a rien pu faire pour battre son rival norvégien, Johannes Boe. 


Interrogé par nos confrères de France TV, le champion n'est pas déçu mais en colère. "De la colère contre moi-même,  j'ai été très nul sur ces dernières balles, il ne me restait rien à faire pour aller chercher ce titre. Il ne se passe rien, pas de réaction. C'est beaucoup de colère, ce soir", a-t-il déclaré. "Je suis en forme, je joue devant mais aujourd'hui, il m'a manqué de la force pour concrétiser. Je ne serai pas médaillé et ça ne me remonterais même pas le moral ce soir", a-t-il encore soufflé, avant de partir répondre aux questions des autres journalistes.  

Un peu plus tard sur Twitter, le champion déçu, et toujours énervé, a semblé en mesure de relativiser. Un peu...

Finalement, c'est peut-être Simon Desthieux, son co-équipier, qui analyse le mieux cette course : "Martin est humain, c'est pas une machine", reconnaissant tout de même assez sèchement que l'échec au tir est "impardonnable". Reste désormais l'espoir de décrocher une médaille d'or en relais. "C'est maintenant mon objectif prioritaire de ces JO, devant l'individuel et la mass start", a-t-il déclaré à l'AFP en début de semaine. Mais nul doute que pour cette course, le Martin Fourcade revanchard et vexé saura relever le défi. Enfin on l'espère. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jeux olympiques d'hiver 2018 : le monde a rendez-vous à Pyeongchang

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter