"On est pas loin, p*** !" : après leur courte défaite, les basketteurs français prennent rendez-vous pour Paris 2024

"On est pas loin, p*** !" : après leur courte défaite, les basketteurs français prennent rendez-vous pour Paris 2024

OPTIMISME - Invaincue jusque-là dans le tournoi, l'équipe de France s'est inclinée samedi en finale du tournoi olympique de basket (82-87) contre les États-Unis. Battus par plus forts, les Bleus veulent revenir encore meilleurs et visent le titre lors des JO de Paris.

Frustration et regrets. Battue par un Kevin Durant des grands jours (29 points), l'équipe de France de Basket a échoué d'une courte tête face aux États-Unis en finale des Jeux Olympiques (82-87). Énormes de courage et d'abnégation, les Bleus n'ont finalement pas réussi à aller au bout de leur rêve doré. Les larmes d'un Rudy Gobert, énorme (16 points, 8 rebonds) mais inconsolable au coup de sifflet final, suffisent à comprendre l'ampleur de la déception tricolore. "Ce sont des petits détails, il y a des moments où on a perdu notre concentration, on leur a donné trop de choses faciles. C'est ce qui nous coûte le match", a déploré le pivot au micro de France Télévision qui regrette notamment sa maladresse sur aux lancers francs (6/13). "Si j'en mets cinq de plus ça change le cours du match", admet-il. 

Toute l'info sur

Tokyo 2021 : des JO sous le signe du Covid

Si près, si loin...

Même son de cloche du côté d'un Evan Fournier bien contenu ce samedi (16 points, 5/15 aux tirs). "On est pas loin, putain", se désole le nouvel arrière des New York Knicks. "On manque encore de lucidité sur certaines situations, il y a Kevin Durant qui est exceptionnel mais on est un joli groupe, qui n'a pas encore beaucoup d'expérience ensemble", renchérit-il. "Ça se joue à des détails", confirme l'ancien joueur des San Antonio Spurs Nando De Colo. "Par moments on les a peut-être laissés un peu trop jouer. Je pense qu'il y a eu des bons moments, qu'on a contrôlé le match plutôt bien sur plus de la moitié. Mais dès qu'ils ont eu leurs moments forts, ça nous a fait vraiment très mal", explique l'arrière (12 points, 7 passes décisives, 5 rebonds). 

Nous rêvions de la médaille d'or. Mais notre rêve ne s'arrête pas là.- Rudy Gobert

Malgré la déception, les Bleus n'en oublient pas leur tournoi de grande qualité, marqué par une demi-finale d'anthologie contre la Slovénie. "Le fait d'être déçu prouve que le basket français est arrivé à ce stade où on ne se satisfait pas d'une médaille d'argent olympique. Il y a dix, quinze ans, on faisait une cinquième place au Mondial et on était content...", assène le capitaine tricolore Nicolas Batum, frustré d'être passé à un cheveu de l'exploit. "On était venus pour faire quelque chose de grand de spécial, on l'avait annoncé depuis le début, on n'y croyait pas forcément depuis le début mais c'était vraiment notre mentalité. On a fait quelques erreurs, mais on est à ça", a regretté le joueur des Los Angeles Clippers en zone mixte. 

"Nous y croirons à chaque fois, même si on n'est pas suivis par les gens à l'extérieur, car on sait qu'on pourra finir sur la plus haute marche olympique un jour", insiste l'ailier. 

Lire aussi

"Il faut qu'on continue de grimper, qu'on prenne de plus en plus d'expérience et qu'on aille chercher cet or", confirme Evan Fournier qui dit avoir pris beaucoup de "plaisir" dans cette équipe "extraordinaire". "Nous rêvions de la médaille d'or. Mais notre rêve ne s'arrête pas là. Il y a les Jeux à Paris dans trois ans. On espère utiliser toutes ces expériences pour progresser encore plus, revenir encore plus fort et aller prendre cette médaille d’or", conclut avec ambition Rudy Gobert. Le rendez-vous est pris. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : une prime exceptionnelle de 400 euros pour les employés des restaurants universitaires

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Procès des attentats du 13-Novembre : "En réalité, il était déjà mort mais l'information n'avait pas été transmise"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.