La Grande Odyssée – Jean Combazard : "Nous participons à la course pour prendre du plaisir avec nos chiens"

La Grande Odyssée – Jean Combazard : "Nous participons à la course pour prendre du plaisir avec nos chiens"
La Grande Odyssée : l'aventure grandeur nature

À 60 ans, Jean Combazard participe à la 17e édition de La Grande Odyssée Savoir Mont Blanc avec ses huskys de Sibérie. Une course qu’il aborde avec autant d’enthousiasme que sa première fois en 2008.

On peut qualifier Jean Combazard comme le vétéran de la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc. Depuis samedi, il participe pour la quatorzième fois à la célèbre course de chiens de traîneau. Une compétition qu’il aborde avant tout pour le plaisir.

Qu’est-ce qui vous a poussé à pratiquer ce sport ?

Ce sport est venu accidentellement en 1992. Ma première Husky, Hivère au Coeur de loup, de chez Jean-Claude Valette, était simplement venue pour m'accompagner pour courir. Nous avons connu des personnes qui entraînaient leurs chiens en forêt de Ferrières en Brie et nous avons entraîné notre chienne avec eux. Ils nous ont fait découvrir les courses. Nous avons eu un deuxième chien. Ensuite, nous avons fait une portée avec notre chienne et avons gardé les chiots. Avec ces chiens nous avons été Champion d'Europe FISTC* en moyenne distance catégorie 6 chiens. Les chiens ont vieilli, nous avons refait une portée et nous avons de nouveau été Champion d'Europe en 2005. Une portée plus tard, avec le Dallas d'Isabelle Travadon, nous nous sommes rendu compte que nous avions suffisamment de chiens pour faire la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc. 

Nous avons donc proposé notre candidature pour l'édition 2008 et surprise nous avons été retenus. Nous avons donc préparé nos chiens avec des conseils d'Isabelle et Philippe Travadon et de Daniel et Liliane Fournier. Et maintenant nous en sommes à notre 14e participation. 

Toute l'info sur

La Grande Odyssée : l'aventure grandeur nature

Suzuki toujours dans l’aventure de la Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc

'Nous avons notre propre lignée de huskys de Sibérie"

Pourquoi avoir choisi de courir avec des huskys de Sibérie ?

Pour l'amour de la race et du chien de traîneau. Tous nos chiens sont des descendants de notre première chienne Hivère au Coeur de Loup, c'est notre plus grande fierté, nous avons notre propre lignée Des Rêves de l'Hiver Blanc. Nous n’avons jamais gagné la Grande Odyssée Savoie Mont Blanc, et peut-être que nous ne la gagnerons jamais, mais cela n'est pas grave car nous la faisons pour prendre du plaisir avec nos chiens et pas pour le résultat. 

Combien de temps par semaine consacrez-vous à votre passion ?

Nous ne comptons pas, mais je pense que c'est l'équivalent d'un travail à temps plein.

Pourriez-vous nous décrire une journée type d’entrainement ?

Réveil, soupe pour les chiens, petit-déj pour nous, préparation du matériel, préparation de chiens, entraînement, retour d'entraînement, hydratation, décontraction, massage des chiens dans le parc, repas, repos des chiens, détente des chiens dans le parc, jeu. En fin de journée un deuxième repas. Et cela, avant La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc, c'est 6 jours sur 7.

Lire aussi

Des souvenirs plein la tête

Vous avez participé à presque toutes les éditions de La Grande Odyssée Savoie Mont Blanc. Quel est votre meilleur souvenir ?

Difficile de choisir, j’ai énormément de souvenirs depuis la première participation en 2008. J’en retiendrai quatre : l'arrivée de la dernière étape de ma première participation en 2008 ; l'arrivée de la dernière étape en franchissant la ligne d'arrivée avec 3 dossards Combazard (Jocelyne mon épouse, Jenny, ma fille, et moi) ; l'arrivée à Lans-le-Villard où j'ai eu la surprise d'être accueilli à l'arrivée par ma fille Jenny qui m'a fait la surprise de venir nous rejoindre sans que je le sache ; la cerise sur le gâteau, c'était l'édition 2020 ou nous avons fait un bout de route avec Jocelyne sur le retour de Bonneval ou les deux attelages étaient ensemble sur quelques kilomètres.

On dit que votre attelage de huskys de Sibérie présente les chiens parmi les plus beaux de la course, pensez-vous qu’ils seront aussi les plus rapides ?

Pour nous, l'important n'est pas de gagner, mais de terminer la course avec des chiens en forme qui gueulent encore à l'arrivée et sans blessure. Si en plus nous gagnons, nous en serons encore plus heureux. 

*FISTC : Fédération Internationale Sportive de Traîneau à Chien

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccination : "À terme, il y aura évidemment des doses pour tout le monde", affirme Olivier Véran

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter