Lassé, Jean-Claude Killy quitte le CIO

Lassé, Jean-Claude Killy quitte le CIO

DirectLCI
OLYMPISME - Membre du Comité international olympique depuis 1995, l'ancien triple champion olympique de ski alpin a décidé de quitter l'instance. A 70 ans, Jean-Claude Killy démissionne quelques semaines après les JO de Sotchi, dont il a chapeauté l'organisation.

"J'ai 70 ans, il faut que je bouge." C'est ainsi que Jean-Claude Killy a expliqué à L'Equipe Magazine , dans un entretien à paraître samedi, qu'il quittait le Comité international olympique (CIO), après presque vingt ans de service.

"J'arrête parce que, avec les Jeux d'hiver de Sotchi, quand on a fait comme moi la campagne de Russie pendant sept ans, il est difficile de trouver, à mon âge, quelque chose d'autre d'aussi riche, d'aussi excitant, raconte notamment celui qui a gagné trois médailles d'or lors des JO de Grenoble, 1968. J'arrête parce que mon olympisme a commencé aux Jeux d'Innsbrück (1964) il y a cinquante ans, j'étais skieur. Un demi-siècle tout juste, dont presque vingt ans passés au CIO."

"J'ai la conviction que Poutine est un homme bien"

Ces dernières années, l'ancien skieur s'est en effet consacré à l'organisation des Jeux olympiques de Sotchi, qui se sont déroulés en février dernier. Une implication, pour laquelle il a récemment été décoré par Vladimir Poutine, et qui lui a valu des reproches quant à sa proximité assumée avec le président russe.


"Mon image en a pris un coup ? Ce n'est pas grand-chose, se défend encore Killy. J'ai passé sept ans à travailler en direct avec le chef d'un Etat de 145 millions d'habitants. Je dois être l'un de ceux qui le connaissent le mieux. J'ai la conviction que Poutine est un homme bien".

Durant sa longue carrière, Killy a aussi occupé les fonctions de membre du comité exécutif alpin de la Fédération internationale de ski, coprésident du comité d'organisation des JO 1992 ou encore président directeur général d’Amaury Sport Organisation, propriétaire du Tour de France et du Paris-Dakar.

Plus d'articles