Le catcheur légendaire Hulk Hogan viré de la WWE après des propos racistes

Le catcheur légendaire Hulk Hogan viré de la WWE après des propos racistes

HULKAMANIA - Vent de discorde à la WWE. La célèbre fédération de sport-divertissement a licencié sans attendre son plus célèbre employé, le moustachu Hulk Hogan. Le tort de ce dernier ? Des propos racistes tenus voilà sept ans.

On a beau être une entreprise qui emploie des messieurs-dames à la plastique vertigineuse à s'envoyer gentiment des mandales plusieurs fois par semaine, ce n'est pas pour autant qu'on ne tient pas à son image de marque.

"Putains de nègres"

Voilà le raisonnement que la WWE (World Wrestling Entertainment) a tenu avant d'écarter sans l'ombre d'une hésitation celui qui incarne le plus la figure du catcheur, le célèbre Hulk Hogan. La raison ? Des propos racistes, tenus en 2008, sur une fameuse sex-tape , révélée en 2012. Le géant aux bacchantes dignes d'Astérix s'y plaignait des relations entretenues par sa fille, Brooke, jeune starlette de téléréalité, chanteuse et pistonnée dans le monde du catch à quelques occasions. 

Relayés par le  National Enquirer , les propos sont édifiants : "Je n'ai pas deux poids deux mesures. Je veux dire que je suis raciste, à un certain point, putains de nègres." Nègre : le fameux "N-word", celui qui choque tant les Etats-Unis, à un point tel que, même lorsque Barack Obama l'utilise pour démontrer le problème que ce pays a avec le racisme, il finit par choquer son monde. 

Mais le problème Hogan ne s'arrête pas à ces propos, qu'il a accompagnés d'une phrase supplémentaire : "Je crois que nous sommes tous un petit peu racistes : putains de nègres."

Le racisme, gangrène du catch

Dans un univers – celui du catch – assez marqué par les stéréotypes raciaux (pour ne pas dire racistes), les propos du plus grand catcheur de tous les temps (médiatiquement, en tout cas) sont une épine dans le pied d'une entreprise milliardaire, qui souhaite plus que tout lisser son image. Ce dont témoigne le communiqué publié jeudi : "La WWE a mis fin au contrat qui la liait à Terry Bollea (ndlr, le vrai nom de Hulk Hogan). La WWE est engagée dans la promotion d'individus, quelles que soient leurs origines, comme peut le démontrer la diversité de ses employés, de ses stars ou de ses fans à travers le monde." Un discours à relativiser quand on connaît le très faible nombre de catcheurs noirs à avoir remporté le titre suprême de la WWE.

Invité à réagir, Hogan n'a pas cherché à diminuer la portée de ses propos : "Il y a huit ans, j'ai utilisé un langage haineux pendant une conversation. C'était inacceptable, je n'ai aucune excuse pour ça et je m'excuse de l'avoir fait", a-t-il confié au magazine  People . Le multiple champion du monde se défend néanmoins d'être raciste, aujourd'hui : "Ce n'est pas ce que je suis. Je crois fermement que chaque personne sur terre est importante et qu’aucune ne devrait être traitée en fonction de sa race, de son genre, de sa sexualité ou de sa religion."

A LIRE AUSSI
>>  Il cambriole la star du catch Daniel Bryan et subit une prise de soumission
>> 
Le catcheur reçoit un coup mortel, le combat continue >>  Darren Young, catcheur, gay, et mis sur la touche pour une tournée aux Emirats arabes unis

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le cap des 10.000 personnes hospitalisées se rapproche, 1749 patients en soins critiques

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

VIDÉO - "Ça ne finit pas de tomber" : la galère des automobilistes bloqués par la neige sur l’A89

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Éric Zemmour reconnaît un geste "fort inélégant" au lendemain de son doigt d'honneur

Covid-19 : pourquoi l'OMS a-t-elle nommé le nouveau variant "Omicron" ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.