Le journal de bord du Vendée : Le Cléac’h annonce « cinq jours compliqués », alors que Thomson réduit encore son retard

Le journal de bord du Vendée : Le Cléac’h annonce « cinq jours compliqués », alors que Thomson réduit encore son retard
SPORT
DirectLCI
VOILE - Partis de Vendée le 6 novembre, les skippers sont embarqués pour un tour du monde à la voile en solitaire, sans escale et sans assistance. Ce samedi soir, à moins d'une semaine de l'arrivée, le leader Armel Le Cléac'h (Banque Populaire VIII) a encore vu son avance sur Alex Thomson (Hugo Boss) se réduire de 177 à 105 miles.

"On cogite un peu, ça va être cinq jours compliqués", reconnaît samedi Armel Le Cléac'h. Toujours leader duVendée Globe  et alors que l'arrivée se précise, le dauphin de la dernière édition doit faire face au retour d’Alex Thomson, qui ne cesse de grappiller du terrain dans les zones sans vent de l'Atlantique nord.

Le duel entre les deux hommes dure quasiment depuis le départ des Sables d'Olonne le 6 novembre. Au pointage de 18h00 samedi, Thomson, qui fait le yoyo depuis plusieurs jours, compte seulement 105 milles de retard sur Le Cléac'h, alors qu’il en comptait 177 vendredi matin. Le tout, à 1590 milles de l'arrivée, toujours estimée jeudi 19 janvier.

Les conditions favorisent ceux qui sont derrièreArmel Le Cléac'h, leader du Vendée Globe

Autant de signes qui fragilisent -un peu, peut-être- la sérénité dont Le Cleac'h fait preuve depuis le départ, alors qu'il n'a jamais semblé aussi prêt de remporter, à sa 3e tentative, la fameuse course à la voile en monocoque (Imoca) en solitaire sans assistance et sans escale.

"Ca n'a rien à voir par rapport à il y quatre ans, où il n'y avait pas d'opportunités pour revenir. Là, les conditions (jusqu'à l'arrivée) favorisent ceux qui sont derrière. Ce n'est pas le même scénario. Depuis le cap Horn, on a eu tout contre nous, on n'a pas eu de moment pour repartir bien devant. C'est comme ça", expliquait samedi Le Cléac'h, après un coup de frein qui dure depuis plusieurs jours.

Le premier qui entrera dans la dorsale du Golfe de Gascogne s'imposera

À n'en pas douter, le premier qui entrera dans la dorsale du Golfe de Gascogne s'imposera. Mardi, les dés seront donc presque jetés. D'autant que les deux rivaux, qui s'apprêtent à quitter une zone sans vent, vont maintenant rapidement retrouver de la vitesse.

"C'est sûr qu'il va y avoir de la bagarre. On saura à peu près où on en est dans deux, trois jours. On cogite un peu, on imagine les différents scénarios. Ca va être cinq jours compliqués, j'aurais préféré un final plus détendu, ce ne sera pas le cas", est conscient le Français.

Pour la dernière place sur le podium, Jérémie Beyou (Maître Coq) va traverser à son tour dimanche une zone compliquée, dans une bulle sans vent. Son arrivée est prévue entre le 22 et 23 janvier.

Plus d'articles

Lire et commenter