Le journal des playoffs : San Antonio et Tony Parker font exploser OKC

SPORT

NBA - Les Spurs, en démonstration la nuit dernière dans le sillage de Tony Parker (22 points) et Danny Green (21 points, 7/10 à 3 points), n’ont fait qu'une bouchée d’Oklahoma City au AT&T Center, dans le cadre de la deuxième manche des Finales de la Conférence Ouest (112-77). Un carton qui leur permet de mener 2-0 dans la série.

Des Finales ? Mais quelles Finales ? On avait laissé l'équipe d'OKC éparpillée façon puzzle lundi soir à San Antonio (122-105) , à l'issue du match 1 des Finales de la Conférence Ouest de la NBA. Le coach du Thunder, Scott Brooks, avait alors eu une révélation : "On va devoir jouer bien mieux défensivement pour gagner." Puis on a retrouvé tout ce petit monde dans la nuit de mercredi à jeudi pour le match 2, toujours dans le Texas... Et les Spurs ont administré une nouvelle fessée (112-77) qui laisse encore moins de doutes quant à la conclusion de l'affrontement, puisque cet avantage de 2-0 offre statistiquement 94% de chance de remporter une série.

C'est que, contrairement à Brooks, Tony Parker a, lui, tenu la promesse faite lundi soir : "Je me sens bien. Et je pense que cela ira encore mieux dans le match 2." Bingo : après son double-double (14 points, 12 passes), le Français a effectivement appuyé sur l'accélérateur (22 points, 10/17 aux tirs, 5 passes), découpant à lui seul la défense adverse façon Dexter tandis que ses coéquipiers gravitaient autour de lui, en apesanteur. C'est Danny Green qui se fend d’un hallucinant 7/10 à trois points ou les intérieurs qui dominent sous le cercle de façon indécente (53 rebonds à 38). "Tony est le moteur qui nous fait avancer", s'est (encore) délecté son entraîneur Gregg Popovich.

Tony Parker "espère bien être à 100 % d'ici dimanche"

Résultat : on a vu une seule équipe sur le parquet, OKC finissant la première mi-temps assommée par un 48-18 qui a fait passer le score de 31-34 à 79-52... Certes, l'absence de Serge Ibaka peut expliquer cette fébrilité défensive, mais pas le 2/20 à trois points, ni les stats maigrichonnes des deux stars, Westbrook (15 points, 7/24) et Durant (15 points, 6/16), lesquelles ont d'ailleurs fini par se hurler dessus durant un temps mort... On a alors compris que le Thunder dépendait exclusivement du rendement de ces individualités et improvisait en fonction de leur humeur.

Cela peut parfois donner l'impression d'un basket abouti mais, face à un collectif aussi équilibré que celui des Spurs, basé sur une défense capable d'étouffer n'importe quel soliste et un jeu de transition proche de la perfection, le contraste a été saisissant. Tony Parker a regardé le dernier quart-temps depuis le banc. "Je ne crois pas que cela me soit déjà arrivé dans une finale de conférence, souriait-il après coup. Je me sens de mieux en mieux. Ma cuisse tire encore un peu sur des sprints longs mais j’espère bien être à 100 % d’ici dimanche. Pour le reste, on ne s’excite pas. On a fait un grand match mais on sait très bien que le plus dur reste à venir et qu'OKC va être super agressif dans le match 3. C’est toujours très dur d’aller gagner là-bas. On en est tous bien conscients." Ça promet.

Le résumé du match 2 en vidéo :

Lire et commenter