Le maillot "à poil" des cyclistes colombiennes fait jaser

SPORT
DirectLCI
CYCLISME - Sur le Tour de Toscane, les six coureuses d'une équipe venue de Bogota ont défrayé la chronique en posant avec des combinaisons au goût douteux, laissant croire que celles-ci étaient nues. A ceux qui y voyaient l'instrumentalisation misogyne du corps de la femme, sa conceptrice, parce qu'il s'agit d'une femme, a répondu qu'elle n'y avait pas vu de mal.

L'équipe colombienne de IDRD a fait parler d'elle sur le Tour de Toscane. Dans le monde entier, on s'est ému de la combinaison de cette formation féminine venue de Bogota. Au niveau des épaules, rien d'anormal. En revanche, à partir du nombril et jusqu'à l'entre-jambe, c'est un morceau de textile couleur chair, qui termine l'accoutrement, donnant l'impression que les cyclistes sont nues.

Tous les goûts ne sont pas dans la nature

A l'heure où l'on criait à la misogynie,  El Tiempo, un quotidien colombien, nous apprenait que la responsable de ce maillot de mauvais goût faisait partie de l'équipe . Il s'agit de la coureuse Angie Rojas, qui se définit elle-même sur sa bio Twitter comme "passionnée du Christ et professionnelle aux multiples facettes, à la recherche de grands défis et d'aventures inconnues". Elle l'assure : "Ce maillot a été créé sans malice, sans aucune intention d'utiliser la femme pour promouvoir les produits des sponsors de cette équipe." Cette alliance de rose pale, avec du jaune et du rouge, ce ne serait en fait qu'une question d'esthétisme. Pas fan de cette "collection", le président de l'UCI, Brian Cookson, a d'ailleurs fait savoir qu'il considérait ce maillot comme "inacceptable".   

Sur le même sujet

Lire et commenter