Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

Le médecin de Maradona inculpé pour homicide involontaire, comment en sommes-nous arrivés là ?

REBONDISSEMENT - Le médecin personnel du Ballon d'or argentin a été inculpé, dimanche 29 novembre, pour homicide involontaire. Quelques jours après la mort du gamin en or, Leopoldo Luque est devenu le coupable idéal.

Après l'émotion, surgissent les questions. Dimanche 29 novembre, le médecin de Diego Maradona est visé par une enquête pour homicide involontaire quatre jours après le décès de l'idole du football d'un arrêt cardiaque à son domicile. Juste avant cette annonce, la police avait perquisitionné le cabinet et le domicile du docteur Leopoldo Luque à la recherche d'éléments sur une éventuelle négligence professionnelle. L'objectif ? "Déterminer si, lors de l'hospitalisation à domicile de Diego Maradona, il y avait eu des irrégularités", indique une source au quotidien argentin. 

Depuis samedi, l'investigation sur la mort du Pibe de Oro a pris un autre tournant. En effet, les déclarations des trois filles du champion du monde ont alimenté les soupçons de négligence à l'égard du médecin âgé de 39 ans. Dalma, Gianinna et Jana n'ont pas dissimulé les doutes qu'elles avaient sur la bonne prise en charge de leur père depuis son opération d'un hématome à la tête le 2 novembre. Elles ont réclamé l'examen des médicaments que le spécialiste Leopoldo Luque et son équipe lui avaient prescrit dans les derniers mois du traitement.

Depuis le 11 novembre, Diego Maradona était en convalescence dans une maison à Tigre, près de Buenos Aires. Après huit jours d'hospitalisation, son médecin l'avait autorisé à sortir pour se reposer non loin du domicile de sa fille Giannina. 

Lire aussi

La famille de Diego Maradona n'est pas la seule à être critique sur le traitement médical réservé au joueur. Le médecin historique du "Diez", Alfredo Cahe, a tiré vendredi 27 novembre à boulets rouges sur les décisions prises par son homologue. "Diego aurait dû rester non seulement dans cette clinique (Olivos, où il a été opéré) mais aussi dans un lieu hospitalisé avec une infrastructure différente. Comme lorsque nous l'avons emmené à Cuba, que tout le monde a protesté, mais tout s'est très bien déroulé là-bas", a assuré le spécialiste Alfredo Cahe dans une interview donnée au quotidien argentin Pagina 12. Le médecin a aussi émis des doutes sur la nécessité de l'opération d'un hématome à la tête.

Une dispute aurait éclaté

À travers cette investigation, les enquêteurs cherchent par exemple à savoir à quelle fréquence le médecin de Diego Maradona venait lui rendre visite. Sur ce sujet, les témoignages joueraient en la défaveur du Dr Luque. Selon deux témoins de l'affaire, une violente dispute aurait éclaté entre les deux hommes, le 19 novembre. Depuis ce jour, le professionnel de santé n'aurait pas revu son patient. Les deux hommes se contentaient d'échanger par téléphone. Seule une infirmière était présente pour assister la star internationale. 

Au sein de l'opinion publique argentine, Leopoldo Luque n'a pas fait l'unanimité ces dernières semaines. Mi-novembre, le médecin avait provoqué un véritable tollé en publiant une photo de l'international argentin, un bandage sur la tête, sur un lit d'hôpital. Le cliché - qui sera le dernier de Diego Maradona - avait été pris après une intervention visant à drainer un œdème cérébral. Face à la vague de critiques, le médecin s'était finalement excusé. 

Je ne suis pas responsable de tout cela- Leopoldo Luque, médecin de Diego Maradona

Alors que les autorités argentines se penchent sur lui, le médecin a réaffirmé son innocence, dimanche 29 novembre, dans les médias du pays déclarant qu'il "n'était pas le responsable de tout cela" selon le quotidien national Clarín. Le médecin de Maradona a expliqué avoir "fait l'impossible" pour un patient qu'il jugeait "ingérable". Quand on lui parle d'une potentielle négligence envers son patient, le docteur de la star internationale répond le contraire : "J'en ai plutôt fait trop que pas assez." Lors de cette conférence de presse organisée à son domicile, il n'a pas hésité à faire part de sa tristesse : "Je suis très mal, parce que mon ami est mort" 

Plusieurs zones d'ombre persistent sur ce qui s'est passé dans les heures précédant la mort du Pibe de Oro. L'infirmière - en service lorsque Maradona est décédé - avait fait une déclaration au procureur le jour de la mort de Diego, et ensuite l'a modifiée, pour finalement aller devant la télévision et dire que ce qu'elle avait indiqué lui avait été imposé,"il y a donc une certaine contradiction dans sa déclaration", a précisé un membre de la famille qui a requis l'anonymat.

Quelques heures après sa mort, l'avocat et ami du Diez, Matias Morla, avait dénoncé le fait "que l'ambulance a mis plus d'une demi-heure pour arriver à la maison où se trouvait le 10". Il avait prévenu qu'il irait "jusqu'au bout". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Pas d'évolution des restrictions nationales cette semaine", annonce Gabriel Attal

EN DIRECT - Investiture de Joe Biden : départ imminent de la Maison Blanche pour Donald Trump

En plein couvre-feu, il tombe en panne et se fait arrêter par la BAC

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

La vitamine D protège-t-elle des formes graves du Covid-19 ?

Lire et commenter