Le PSG ne sanctionne pas Aurier… pour le moment

SPORT

FAIT DIVERS – Le PSG a décidé de ne pas sanctionner Serge Aurier, placé en garde à vue jusqu’à mardi midi dans un commissariat du VIIIe arrondissement de Paris, après une altercation avec des policiers de la BAC, lundi matin.

Ne pas prendre de décision précipitée. C’est l’option choisie par le Paris Saint-Germain, qui ne souhaiterait pas sanctionner son joueur… pour le moment. Car l’affaire est entre les mains de la justice, et des zones d’ombres subsistent sur les conditions d’arrestation de l’Ivoirien de 23 ans.

Lors de son interpellation à la sortie d’une boîte de nuit parisienne, survenue lundi, à l’aube, Serge Aurier aurait refusé d’obtempérer face aux forces de l’ordre, et aurait frappé l’un des agents de la BAC d’un coup de coude au thorax. Le policier, qui a porté plainte, s’est ensuite vu reconnaître un jour d’ITT (incapacité totale de travail).

L'affaire de trop ?

Une version contestée par le joueur, qui assure que ce sont les policiers qui se seraient montrés véhéments et violents face à lui dès le début du contrôle. Le latéral parisien a donc, à son tour, déposé plainte pour violences policières, faisant constater deux blessures (au front et à la lèvre).

A LIRE AUSSI >> Serge Aurier n'est plus en garde à vue

Face à ces rebondissements, le PSG préfère donc temporiser et observer de loin l’évolution de l’affaire avant de se risquer à une sanction disciplinaire contre son joueur. Il a néanmoins réagi via un communiqué publié sur le site du club . "A ce stade du dossier, le Club tient à rappeler que son joueur, comme tout citoyen, bénéficie de la présomption d'innocence. Par ailleurs, le Club souligne son attachement au respect des forces de l'ordre et de leurs missions, qu'elles remplissent parfois dans des conditions difficiles. Aucun commentaire supplémentaire ne sera livré par le Club avant la décision de justice."

Déjà dans la tourmente suite à l’épisode Périscope, Serge Aurier s’en était tiré avec quelques semaines de mise à pied. Son transfert du club avait été évoqué, sans suite. Ce nouvel écart de conduite poussera-t-il le club de la capitale à transférer son joueur dès cet été ?

A LIRE AUSSI >>  Le dérapage d'Aurier sur Périscope

Serge Aurier devra s’expliquer de cette nouvelle histoire extra-sportive devant la 30e chambre correctionnelle, le 26 septembre prochain.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter