Le système Armstrong commence à tomber avec lui

Le système Armstrong commence à tomber avec lui

DirectLCI
CYCLISME – Ayant enfin décidé de collaborer avec la justice sportive, Lance Armstrong a livré le nom de ceux qui l'ont aidé à se doper durant sa carrière. Et parmi eux, le Belge Johan Bruyneel, directeur sportif de l'ancien coureur américain lorsqu'il avait remporté sept Tour de France entre 1999 et 2005, qui vient d'être suspendu dix ans.

Ce n'est sans doute qu'un début. Quelques semaines après les révélations du journal Américain USA Today , expliquant début avril que Lance Armstrong avait décidé de collaborer avec l'Agence américaine antidopage (USADA), Johan Bruyneel a été suspendu hier de toute activité dans le sport pour dix ans. Une sanction que l'ancien directeur sportif, passé par toutes les équipes d'Armstrong du temps de ses sept victoires sur le Tour de France (1999-2005) et retiré du peloton depuis son licenciement par RadioShack en 2012, ne comprend pas.

Le Belge n'excluant pas, sur son blog , "de faire appel auprès Tribunal arbitral du sport". Mais, l'ancien patron d'US Postal aura bien du mal à faire valoir sa bonne foi, tant Armstrong l'a placé au centre du vaste de réseau de dopage qu'ils ont mis en place à la fin des années 1990. Pourtant, s'estimant "persécuté" par l'USADA, qui l'a destitué de son palmarès et radié à vie en octobre 2012, le Texan avait jusque-là refusé de coopérer.

L'entraîneur, la masseuse et les mécaniciens étaient dans le coup

Mais fin 2013, il a décidé de changer de braquet, visiblement amadoué par une réduction de peine, lui permettant de courir à nouveau des triathlons et des marathons, qui sont pour lui une source de revenus. Et Big Tex (un des surnoms de Lance) avait des choses à dire et des noms à donner. Bruyneel, donc, mais aussi le sulfureux docteur Michele Ferrari ainsi que la masseuse Emma O'Reilly ou l'entraîneur Jose Marti puis les mécaniciens Julien De Vriese et Philippe Maire. Tous les trois étant chargés de la " livraison" des produits...

Bref, "le programme de dopage le plus sophistiqué de l'histoire du sport", comme l'avait révélé de rapport préalable de USADA en octobre 2012. Reste à savoir si l'ancien champion a aussi évoqué le cas de Hein Verbruggen, l'ex-président de l'Union cycliste internationale (UCI), soupçonné de l'avoir couvert toutes ces années. L'onde de choc du scandale Armstrong n'a pas fini de faire trembler.


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter