L’IAAF se défend (difficilement) des accusations de dopage organisé en athlétisme

SPORT

DOPAGE – Accusé par un documentaire allemand de couvrir un dopage généralisé chez les athlètes, l’IAAF tente de se défendre à deux semaines des championnats du monde de Pékin.

Tout part d’un documentaire diffusé samedi dernier par la chaîne allemande ARD. Les journalistes y expliquent avoir eu accès à une liste secrète de l’IAAF contenant les résultats sanguins de 12.000 tests. Menés sur 5000 athlètes entre 2001 et 2012, ces tests montreraient qu’un athlète médaillé sur six (hors sprint) serait dopé. Les valeurs monteraient même à un sur trois si on compte les profils suspects.

Des faits qui poussent Michael Ashenden un expert du dopage sanguin intervenant dans le documentaire, à placer l’athlétisme "au même niveau que le cyclisme il y a vingt ans". Surtout, cette liste provenant de la fédération internationale mais étant secrète, prouverait que l’IAAF protégerait des athlètes, et notamment les fédérations de Russie et du Kenya. Les deux fédérations les plus citées par le documentaire.

Les Mondiaux de Pékin (22-30 août) s'annoncent tendus

Le documentaire a fait réagir les plus hautes instances, en particulier l’Agence mondiale antidopage qui a annoncé vouloir ouvrir une enquête. "L'AMA s'engage à assurer la protection de la confidentialité des athlètes, et c'est pourquoi elle a demandé à sa commission indépendante d'ouvrir urgemment une enquête, a expliqué Craig Reedie (président de l’Agence). Nous avons confiance dans l'IAAF, qui a officiellement accepté de coopérer entièrement avec la commission en ce qui concerne ses investigations."

EN SAVOIR + >>  Piratage de données et soupçons de dopage, la Sky et Froome redoutent de nouvelles accusations

Une dernière annonce qui a fait sortir l’IAAF de son silence. Annonçant dans un communiqué qu’elle allait collaborer pour prouver que les accusations sont fausses. "Leurs conclusions occultent le fait qu'ils n'ont aucune idée des actions menées par l'IAAF pour surveiller les profils. Ils ignorent que plus de 60 athlètes ont ainsi été sanctionnés sur la base de tests sanguins anormaux, tous récoltés depuis 2009, et que ces athlètes comptent 140 médailles internationales notables, trois records du monde, six victoires dans les World Marathon Majors, 13 autres victoires majeures en marathon, tous exposés par l'IAAF comme des tricheurs." Pas de quoi calmer les suspicions. Les Mondiaux de Pékin (22 au 30 août) s’annoncent très mouvementés. 

Sur le même sujet

Lire et commenter