Barça-PSG : quelles (lourdes) conséquences aura la déroute historique concédées par les Parisiens

Barça-PSG : quelles (lourdes) conséquences aura la déroute historique concédées par les Parisiens

FOOTBALL – Le Paris Saint-Germain a perdu beaucoup plus qu’un match, mercredi soir à Barcelone, en 8es de finale retour de la Ligue des champions. Sa saison, voire le projet qatari dans son ensemble, vont forcément subir des dommages après cette déconvenue historique.

Si le Qatar a doté le PSG d’un budget de 500 millions d’euros, c’est dans le but avoué de remporter, un jour, la Ligue des champions. Ces quatre dernières années, les quadruples champions de France ont échoué en quarts de finale. Cette saison, il fallait passer ce cap. 

Mais le tirage au sort a dressé Barcelone sur leur route, dès les 8es. Un Barça qu’ils ne connaissaient que trop bien : en quatre double confrontations sur les quatre dernières années, les Catalans avaient toujours pris l’avantage. Sauf que cette fois, il y a eu 4-0 à l’aller, le 14 février, puis un retentissant et historique 6-1 au retour, mercredi soir. Cela change, en soi, beaucoup de choses. Et pose plusieurs questions.

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

Quel impact sur la fin de la saison ?

Les saisons précédentes, Paris avait déjà dû se remettre d’éliminations douloureuses. La différence, c’est qu’il était alors un confortable leader de la Ligue 1. Cette saison, Monaco et Nice lui mènent la vie dure. Et l’irrégularité dont souffre le PSG depuis le départ de Zlatan ne devrait pas s’arranger après la terrible raclée de mercredi soir. "Il faudra vite évacuer cette soirée, j'espère qu'elle ne nous plombera pas mentalement", s’est ainsi immédiatement inquiété Hatem Ben Arfa. Avant que Marco Verratti ne prévienne : "C'est impossible d'être positif maintenant, mais dans les jours suivants, on doit trouver la force." C’est peut-être plus facile à dire qu’à faire.

Lire aussi

Comment va réagir l’Émir du Qatar ?

C’est de notoriété publique : Tamim ben Hamad Al Thani, propriétaire du PSG via le fonds Qatar Sports Investments (QSI), est du genre sanguin. Surtout, les performances sportives de son club sont pour lui, avant tout, un enjeu d’image à l’international. L’an passé, il avait, à titre d’exemple, très mal vécu l’élimination contre Manchester City, détenu par la famille royale d’Abou Dhabi. En 2017, point de rivalité locale, mais une humiliation historique en mondovision. Qui n’a pu que lui hérisser le poil. Certains se demandaient, mercredi soir, si le Qatar n’allait pas se désengager du PSG plus vite que prévu… Quoi qu’il en soit, il ferait, avant, un peu de ménage dans la direction et le staff du club.

Lire aussi

Nasser Al-Khelaïfi et Unai Emery déjà sur la sellette ?

L’été dernier, la colère froide de l’Émir s’était finalement traduite par une interview de Nasser Al-Khelaïfi dans Le Parisien, où il se désavouait en annonçant le départ de Laurent Blanc… quelques semaines après avoir prolongé son contrat. En coulisses, le président du PSG avait lui-même eu droit à un sévère recadrage. Il a réagi en licenciant son entraîneur puis en jetant son dévolu sur Unai Emery. Lequel ne devrait logiquement pas survivre à une telle déconvenue, même en remportant les titres nationaux, puisque ce serait toujours moins bien que ce qu’avait fait son prédécesseur… Et les sorts du président et du coach pourraient bien, cette fois, être liés. Il faut savoir que Nasser Al-Khelaïfi est un ami d’enfance de l’Émir. Mais que, dans le cercle proche de ce dernier, ils sont plusieurs à briguer le poste de président et à savonner la planche de celui qui l’occupe depuis 2011.

Lire aussi

Quels joueurs sont susceptibles de partir ?

Plus grosse valeur sur le marché, et courtisé par les plus grands, Barcelone en premier lieu, Marco Verratti pourrait cette fois tenter de forcer son départ. Ces dernières années, ses dirigeants l’ont maintenu en place à coups d’augmentations de salaire tous les six mois (on exagère à peine), mais cela n’avais pas empêché son agent de tenir, publiquement, des propos contradictoires sur les intentions de départ de son poulain. S’il estime, à 24 ans, qu’il a fait le tour de la question à Paris, et qu’il aurait ailleurs de meilleures chances de gagner la Ligue des champions, l’Italien entamerait un bras de fer cet été. Dans l’autre sens, le PSG pourrait décider de se séparer de Thiago Silva, qui s’est littéralement liquéfié à Barcelone, sans assumer son rôle de leader, au contraire du jeune Presnel Kimpembe à l’aller. Enfin, les vieux briscards que sont Maxwell et Thiago Motta seront envoyés à la retraite. Et sans doute remplacés par des recrues.

En vidéo

Ligue des Champions : le Barça inflige 6-1 au PSG

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Nouveaux raids israéliens sur Gaza, l'armée dément finalement l'envoi de troupes au sol

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

Dans les villes mixtes d'Israël, un climat insurrectionnel qui inquiète au plus au point

EN DIRECT - Covid-19 : la Guyane reconfinée jusqu'au 30 mai face à la flambée de l'épidémie

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.