Barça-PSG : Javier Pastore joue au foot… comme il conduit sa voiture (et préfère Unai Emery à Laurent Blanc)

Barça-PSG : Javier Pastore joue au foot… comme il conduit sa voiture (et préfère Unai Emery à Laurent Blanc)

WTF – Dans un entretien accordé au quotidien espagnol "El Pais" ce mercredi, jour de Barça-PSG, Javier Pastore décrit son style de jeu d’une manière inattendue. Et en profite, au passage, pour glisser un tacle à Laurent Blanc.

Il y a quelque chose d’irrationnel, de l’ordre des émotions que procure un artiste à ses adorateurs, dans l’amour que suscite Javier Pastore chez les afficionados du PSG, voire chez les amoureux de football en général. Le meneur de jeu argentin a eu beau manquer de régularité, puis enchaîner les pépins physiques, tandis que d’autres joueurs prenaient sa place sur le terrain, dans les cœurs, rien n’y a fait. 

Il le doit à un style de jeu quelque peu anachronique, plus basé sur l’anticipation que sur la vitesse, sur l’élégance que sur l’efficacité. Avant le chaud déplacement de son équipe à Barcelone ce mercredi soir, en 8es de finale retour de Ligue des champions, il s’épanche sur ce qui fait sa singularité.

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

Avant, quand nous perdions le ballon, nous faisions cinq pas en arrière et attendions"- Javier Pastore

"Il s’agit d’avoir conscience de la distance et du temps, explique ainsi El Flaco dans les colonnes d’El Pais, tout en filant une drôle de métaphore. Il faut connaître la vitesse à laquelle court le défenseur qui vient essayer de t’arrêter, sentir s’il vient rapidement ou plus doucement. Mais c’est quelque chose de rare. Moi, je passe ma vie à observer ce qui se passe autour de moi. En voiture, je sais quand le feu va passer au rouge ou quand une autre voiture va me doubler. Je fais le trajet jusqu’à chez moi en ayant eu tous les feux directement au vert. Je n'en ai pratiquement aucun de rouge. Et quand je vois que le feu pour piétons passe au rouge, je sais que le mien va passer au vert."

Lire aussi

Avant que l’on sache à combien de feux s’arrête Blaise Matuidi en moyenne sur un trajet, Javier Pastore s’attarde aussi sur son efficacité récemment retrouvée (une passe décisive face à l’OM et un but contre contre Niort). Il l’attribue à Unai Emery et, en complimentant son entraîneur, il le compare, de façon peu flatteuse, à son prédécesseur, Laurent Blanc. Jugez plutôt : "Emery sait que je préfère revenir au milieu pour donner la dernière passe et créer des actions. Alors il me crie dessus toute la journée pour que je vienne dans la surface. Je suis plus à l’aise, aussi, parce que nous récupérons plus facilement le ballon. Avant, quand nous perdions le ballon, nous faisions cinq pas en arrière et attendions. Maintenant, nous sommes beaucoup plus près. Ainsi il est plus facile de presser. Emery nous le demande énormément et, contre le Barça, c’est primordial."

En vidéo

La Quotidienne du 08/03 : Spéciale Barça-PSG

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 en France : plus de 400 décès à l'hôpital en 24h et environ 4.000 cas confirmés

EN DIRECT - Vendée Globe : Kevin Escoffier sain et sauf après avoir été secouru par Jean Le Cam

Vendée Globe : Escoffier en détresse, délicate opération de sauvetage en cours

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Loi sécurité, violences policières, maintien de l'ordre... Gérald Darmanin tient sa ligne devant les députés

Lire et commenter