Ligue des champions : la chance au tirage pour le PSG ?

Kylian Mbappé, auteur d'un doublé contre l'Istanbul Basaksehir, le 9 décembre 2020.

LOTERIE - Seule équipe française qualifiée pour la phase finale, le PSG va connaître son futur adversaire en huitièmes de finale de la Ligue des champions lors du tirage au sort prévu ce lundi 14 décembre. Premier de son groupe, le club de la capitale devrait être relativement protégé, même si une mauvaise surprise n'est pas à exclure.

C'est un air de déjà vu. Après les éliminations sans gloire de l'Olympique de Marseille et du Stade Rennais, bonnets d'âne de leur groupe, avec respectivement trois et un point, le PSG sera le seul représentant français en huitièmes de finale. Qualifié dès mardi 8 décembre, suite à la victoire de Leipzig face à Manchester United (3-2), Paris a néanmoins dû attendre le lendemain, la fin de son match interrompu face à l'Istanbul Basaksehir après des paroles supposées racistes de l'un des arbitres envers Pierre Achille Webo, le coach-adjoint du club stambouliote, pour connaître sa position finale dans sa poule.

Vainqueurs des champions de Turquie (5-1), les coéquipiers de Neymar, déchaîné et auteur d'un triplé, ont assuré la première place de leur groupe. Ce qui leur offre la garantie d'éviter le Bayern Munich, le Borussia Dortmund, Manchester City, Liverpool, Chelsea, le Real Madrid et la Juventus Turin lors du tirage au sort de la phase finale, prévu ce lundi 14 décembre (à 12h, en live commenté sur LCI), au siège de l'UEFA. C'est donc un adversaire, a priori, plus abordable qui devrait leur être proposé lors des huitièmes, qui se joueront les 16-17 et 23-24 février pour les matches aller et les 9-10 et 16-17 mars pour les matches retour.

Toute l'info sur

Le parcours du PSG en Ligue des champions

Tout du moins sur le papier. Car, une fois n'est pas coutume, les vice-champions d'Europe pourraient hériter du Barça, qu'ils ont souvent affrontés ces dernières années en huitièmes et en quarts. La bande à Messi a laissé aux Parisiens des souvenirs amers, dont la douloureuse "remontada" de 2017. Le PSG pourrait aussi retrouver une autre vieille connaissance, qui lui a mieux réussi, l'Atalanta Bergame, qu'il a battu en quarts de finale (2-1) lors du "Final 8" disputé à Lisbonne, au Portugal, en août dernier. 

Mönchengladbach, adversaire le plus probable

Parmi leurs autres adversaires probables, les joueurs de Thomas Tuchel seraient bien inspirés de ne pas tirer l'Atlético de Madrid, leader de la Liga qu'ils n'ont jamais affronté en C1, et, dans une moindre mesure, le FC Séville, tenant de la Ligue Europa, balayé par Chelsea (4-0). Avec des effectifs peu expérimentés en Coupe d'Europe, la Lazio Rome, sortie des poules de la C1 pour la première fois depuis 20 ans, le FC Porto, qui n'a franchi les huitièmes qu'une fois lors de ces quatre dernières participations, et le Borussia Mönchengladbach apparaissent comme les équipes les moins à même d'inquiéter le PSG. 

Lire aussi

Du point de vue des probabilités, c'est justement à Gladbach que Paris a le plus de chances d'être opposé, selon les calculs du journaliste Alexis Martín-Tamayo (18,88%), plus connu sous le pseudo de "MisterChip", et du mathématicien Julien Guyon (19,2 %). Gare toutefois à ne pas se voir trop beau. Les coéquipiers de Marcus Thuram et Alassane Pléa, tous les deux passés par la Ligue 1, se sont qualifiés dans un groupe très relevé, qui comptait le Real Madrid, l'Inter Milan et le Shakhtar Donetsk. La méfiance sera de mise.

Les adversaires possibles du PSG :

Borussia Mönchengladbach

Atlético de Madrid

Barcelone

FC Séville

Atalanta Bergame

Lazio Rome

Porto

Rendez-vous ce lundi 14 décembre à 12h sur LCI pour suivre en live commenté le tirage au sort.

Le nouvel épisode du podcast CLUB MARGOTTON : Lilian Thuram, la mission d'une vie.

Ecoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée !

Bien sûr, il a été champion du Monde de Football en 1998. Il a porté 142 fois le maillot de l’équipe de France. Un record. Pourtant, très tôt, il a regardé au-delà du ballon rond et su que son statut lui permettrait d’être une voix forte de la lutte contre les discriminations. Aujourd’hui, c’est son combat quotidien. Lilian Thuram écrit, il s’engage et lorsqu’il prend le temps de se confier, c’est de l’émotion à fleur de peau, une belle matière à réflexion.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Déconfinement : les pistes du gouvernement

EN DIRECT - Covid-19 : 30.472 personnes hospitalisées, 5914 patients en réanimation

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Résistance au vaccin, circulation en France, létalité : 3 choses à savoir sur le variant brésilien

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Lire et commenter