Luc Abalo : "Il faut foncer"

Luc Abalo : "Il faut foncer"

DirectLCI
HANDBALL - L'équipe de France joue sa demi-finale de l'Euro vendredi, à 18h30 face à l'Espagne, championne du monde en titre. S'il jure attaquer le match "avec humilité", l'ailier droit Luc Abalo l'annonce : "On veut aller au bout".

Claude Onesta annonçait la France outsider au départ, la situation a-t-elle changé ?
Il y a le champion du monde (l'Espagne) et le champion d'Europe (le Danemark) en titre parmi les quatre qualifiés, ils restent les favoris. Nous allons attaquer le match avec beaucoup d'humilité.

Il a aussi rappelé que ''l'appétit vient en mangeant'…
(Il réfléchit) Vous savez, quand nous commençons une compétition, c'est toujours pour aller au bout. Ça veut tout dire. C'est ce qui fait notre force et nous a motivés depuis tant d'années. Maintenant, ça ne signifie pas qu'on va le faire. Ce sera très compliqué.

Vous connaissez bien l'Espagne, où vous avez joué 4 saisons. Sur quoi va se jouer le match ?
La préparation va beaucoup compter, avec l'analyse vidéo, car l'Espagne a une défense différente des autres, elle tend beaucoup de pièges. On va essayer d'être vigilant là-dessus, c'est la clé du match. Il faudra aussi contenir leur jeu avec le pivot (Aguinagalde, meilleur pivot du Mondial 2013, ndlr), leur gros point fort.

Les gardiens espagnols sont en difficulté dans cet Euro, cela peut-il jouer ?
Sur un match, face à une telle équipe composée de grands joueurs, tout est possible. Arrivé en demi-finale, les statistiques ne veulent plus rien dire. Un joueur pas bon jusque-là peut réussit le match de sa vie.

Vous faites partie des cadres, qui ont tout gagné. Votre expérience doit-elle faire la différence ?
Elle peut nous aider, bien sûr, mais comme c'est le cas depuis le début. On ne se relâche jamais. Avec Guigou, Karabatic, Narcisse, Sorhaindo et Omeyer, on a gagné beaucoup de choses, on est considérés parmi les meilleurs joueurs du monde à nos postes. Alors quel que soit le match, dès qu'on a un pied sur le terrain, on doit tirer l'équipe vers le haut. Tout le temps.

Vous êtes pourtant l'un des joueurs les plus sollicités depuis le début, comment vous sentez-vous ?
Pas fatigué, ni physiquement, ni mentalement. De toute façon, à ce niveau de la compétition, on ne s'écoute plus, il faut juste foncer et, au contraire, s'aider avec les gens qui nous motivent. C'est pour jouer ce genre de matches que je fais du hand alors on ne va pas se chercher d'excuses. Même si on était fatigués, on ne le dirait pas.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter